L’Unité du genre humain

L’Unité du genre humain est une des logiques profondes qui anime la gauche. Ce qui montre par ailleurs que la gauche est une matrice du mondialisme.

• « Le genre humain vivra en paix, lorsqu’il ne formera qu’un seul corps, la NATION UNIQUE »

Anacharsis Cloots (1755-1794), révolutionnaire prussien engagé dans la Révolution Française et naturalisé français à la suite de son ouvrage La République Universelle (1792) (dont est tiré la citation ci-dessus)

Article du blog « Bibliothèque de combat » décryptant cette logique à travers l’analyse de l’aspect religieux du Gender et des LBGT :

Ces derniers temps, nous assistons – éberlués – à un déferlement d’orientations sociétales plus ahurissantes les unes que les autres pour tout individu un tant soit peu sain d’esprit :
– promotion de toutes les formes de sexualités déviantes (adultère, polygamie, homosexualité, transsexualité,…) dans les médias, dans l’éducation, dans les arts, dans le monde professionnel ou dans la publicité,
– autorisation du mariage civil des invertis,
– introduction à l’école de la théorie du « Gender » selon laquelle les enfants ne seraient pas sexués dès leur naissance et pourraient « choisir » la sexualité ou le sexe qui leur convient,
– omniprésence du lobby LGBT (Lesbiennes/Gays/Bi/Trans) auprès du Gouvernement pour influer sur les lois à faire évoluer.
Ce mouvement est à la fois mondial, apparemment subit, mais paradoxalement sûr de lui et déterminé : il ira jusqu’au bout de sa folie.
Il se trame donc quelque chose. Quelque chose d’anormal. De louche. D’occulte. Qui échappe au sens commun.
Mais tenter de l’expliquer rationnellement semble bien difficile. D’où cela vient-il ? Uniquement du sacro-saint principe « d’égalité » que proclame la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ? Il suffit de constater le fanatisme absolu des sinistres Peillon et Vallaud-Belkacem à appliquer ces dispositions pour en douter.
La raison profonde qui motive ces gens est en réalité religieuse. Le fond de l’Histoire est en effet toujours religieux, comme l’affirme Pierre Hillard avec sagesse. Elle s’explique par la recherche de l’Unité primordiale, propre à tout être humain. Mais elle a deux directions radicalement opposées. Voici quelques éléments de réflexions :
1) La recherche de l’Unité selon le Christianisme
Le grand penseur contre-révolutionnaire catholique aux inspirations teintées d’ésotérisme Joseph de Maistre va nous aider à comprendre (cf. sa biographie par Jean-Marc Vivenza) :
– Dieu n’est pas un Etre sexué. Il rassemble en Lui toutes les perfections de façon unie. Ainsi, Il est tout à la fois Juste (notion plutôt virile) et Miséricordieux (notion plutôt féminine).
– Au jardin d’Eden, Adam, le premier Homme, était parfaitement uni à Dieu et possédait donc ces qualités masculines et féminines en lui. La naissance d’Eve de sa côte a dissocié cette unité métaphysique en 2 personnes devant s’unir. Le péché originel brisera, à la fois spirituellement et physiquement, cette unité.
– Dieu s’est incarné en Jésus-Christ pour racheter la faute d’Adam et les péchés de tous ses descendants, afin de restaurer en Lui l’Unité primordiale perdue. Cf. Jean 17.22-23 : « Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes un – moi en eux, et toi en moi – afin qu’ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. »
– Dans l’au-delà, les êtres ne seront plus sexués, puisque la reproduction ne sera plus nécessaire (cf. Luc 20 – 34, 36 : « Les enfants de ce siècle prennent des femmes et des maris ; mais ceux qui seront trouvés dignes d’avoir part au siècle à venir et à la résurrection des morts ne prendront ni femmes ni maris. Car ils ne pourront plus mourir, parce qu’ils seront semblables aux anges, et qu’ils seront fils de Dieu, étant fils de la résurrection.« ).
Ainsi donc, pour les chrétiens, le retour à l’Unité entre l’Homme et Dieu passe par l’Union avec le Rédempteur et Messie Jésus-Christ, qui seul peut réparer la blessure due au péché originel. Et sur Terre, l’homme – pleinement homme – doit s’unir à une femme – pleinement femme – dans une parfaite complémentarité (excepté l’ecclésiastique qui s’unit directement à Dieu), fusionnant physiquement à travers leurs enfants.
2) La recherche de l’Unité selon l’Humanisme athée
L’athée, lui, ne croit ni en Dieu, ni en l’au-delà. Il rejette les dogmes de toutes les religions, à commencer par celui du Péché originel. Ses pensées sont purement matérialistes. Se considérant sans faute, il n’a besoin de personne au-dessus de lui. Ni Dieu ni Maître. Ou plutôt : il est lui-même son propre Dieu et son propre Maître.
Il reste cependant un être humain, et recherche donc, consciemment ou non, l’Unité primordiale. Non pas au Ciel auquel il ne croit pas parce qu’il ne le voit pas, mais l’Unité sur Terre, autrement dit le Paradis sur Terre (conception communiste).
Cette recherche de l’Unité ne peut passer que par la fusion avec les autres humains qui l’entourent (appelée « solidarité » ou « vivre-ensemble »), et notamment :
– la fusion spirituelle, via les dogmes de la Tolérance et de la Démocratie : toute vérité est relative, chacun en possède une partie, les mettre en commun par le « dialogue » au sein d’un syncrétisme universel devient donc une nécessité vitale… tout comme écarter – violemment si besoin – ceux qui prétendent connaître une vérité supérieure ;
– la fusion spatio-temporelle, via la suppression de toutes les frontières et l’abolition de la propriété privée ;
– et très logiquement, la fusion sexuelle, aussi bien intellectuellement que physiquement.
Ainsi donc, les Lesbiennes / Gays / Bi / Trans deviennent un enjeu spirituel fondamental.
En effet :
– Une lesbienne est une femme qui fusionne en elle des désirs, des attitudes et des pensées purement masculins pour posséder une autre femme ;
– De même, un sodomite fusionne en lui des concepts purement féminins avant d’accepter de se faire dominer par un individu du même sexe ;
– Dans cette logique, le bisexuel est encore un cran au-dessus : il fusionne parfaitement dans son esprit des désirs tant masculins que féminins et les dispense autour de lui sans aucune forme de discrimination ;
– Mais la quintessence de la fusion sexuelle, c’est-à-dire l’Unité retrouvée, vit dans le transsexuel, non seulement spirituellement, mais encore physiquement. C’est un homme-femme parfait. Et c’est ce vers quoi doit tendre l’Humanité tout entière pour se régénérer. Pas étonnant qu’ils soient tant choyés aujourd’hui.
– Dans cette optique, l’orgie, très pratiquée chez nos « élites », est une autre forme de fusion sexuelle à caractère religieux sous-jacent.
Ainsi, la théorie du Gender n’est rien d’autre qu’une préparation scolaire mentale permettant de gravir progressivement les échelons LGBT vers l’Unité du genre humain.
On comprend dès lors que les « LGBT » ne sont pas un simple « lobby » comme un autre. Nichés au cœur du Système républicain, ils représentent l’aboutissement religieux ultime de la recherche de l’Unité athée sur Terre. Et le rôle de Caroline Fourest n’est par conséquent pas celui d’une simple journaliste militante : c’est au contraire celui d’une Grande Prêtresse de la religion humaniste – ses amies FEMEN en étant les apôtres.
Bibliothèque de Combat
Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’Unité du genre humain

  1. Ping : La gauche est religieuse | Dégauchisez-vous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s