Haine de soi

suicide

« On dirait que l’histoire de France a été écrite par ses ennemis » – Henri Pirenne, historien belge.

Pourquoi la gauche est-elle anti-française ?

Tout esprit lucide aura remarqué que la gauche est constamment en lutte contre tout ce qui fait la France. On a constamment affaire à une force dirigée contre soi qui veut dissoudre la France et qui la calomnie sans cesse. On a l’impression que la gauche vit mentalement dans un pays opposé et hostile à la France.

Des personnalités (écrivains, intellectuels, politiciens, journalistes etc.) plus ou moins de droite constate cette mentalité antifrançaise de la gauche mais très peu tentent d’expliquer l’origine de ce phénomène. Quand il y a une explication, en général elle ne remonte pas plus loin que Mai 68. Éric Zemmour par exemple parle du suicide français mais ne remonte pas à la cause de cette pathologie. Voici l’origine du problème :

La gauche c’est les Lumières. Celles-ci ont pour projet de faire table rase du passé pour créer un homme nouveau, un monde nouveau. « Les Lumières vont promouvoir un modèle de société, un modèle d’individu qui a abdiqué toute trace du passé, toute particularité, toute caractéristique ». Toute appartenance, tout héritage, est assimilé a un passé dont il faut se défaire. Le rejet de ce passé engendrera mécaniquement le rejet de soi-même. Tout ce qui nous constitue en tant que français devra être combattu.

Ainsi, la gauche devient-elle une forme de masochisme. Il faut sans cesse s’autodétruire. Tout ce qui va dans le sens de sa propre flagellation, de sa propre dissolution est promu et considéré comme bon. À l’inverse, tout ce qui permet de se protéger ou d’affirmer son identité est vu comme mal et dangereux. Cela forge une mentalité qui est constamment orientée contre soi.

L’académicien de droite Abel Bonnard constatait déjà cette mentalité en 1936 :

« La France est le seul pays où la nation ait en permanence son gouvernement contre soi, le seul où une guerre sinistre et grotesque ait été déclarée à Dieu, le seul où l’ordre ne subsiste que par survivance, sans être jamais soutenu ni fortifié, le seul où l’enseignement officiel n’ait pas d’autre tâche que de détruire obstinément tout ce qu’il devrait conserver, et dérobe à la nation la connaissance de sa propre grandeur. »

Il n’y a rien d’étonnant puisque la philosophie qui sous-tendait le système politique à cette époque était la même qu’aujourd’hui, à savoir la philosophie des Lumières. La différence est que plus on avance dans le temps, plus cette philosophie produit des fruits néfastes.

Cette explication est valable pour les autres pays (européens notamment) puisque c’est la même philosophie qui s’y est développée. On retrouve ainsi les mêmes caractéristiques puisque les mêmes causes produisent les mêmes effets.

Conséquences :

• Immigration massive extra-européenne qui peu à peu remplace le peuple autochtone, le tout sous couvert de « générosité » (un des innombrables mots d’intoxication utilisés par la gauche). Le peuple blanc autochtone c’est le passé, c’est le mal, donc on l’éradique via la venue de peuples extra-européens. La gauche déteste le peuple d’origine, donc tout est bon pour l’effacer. Son faux amour des immigrés, de la « diversité », du métissage forcé et tout le reste n’est que le reflet de sa haine du peuple blanc autochtone. Cela donne ce qu’on appelle l’ethno-masochisme. Ensuite, pour empêcher ce même peuple autochtone de protester, la gauche lui brandit l’antiracisme.

• L’antiracisme qui est une arme utilisée par la gauche contre le peuple autochtone (blanc dans le cas européen).

• Antichristianisme permanent. Le catholicisme est la cible principale de la politique de table rase. En plus, il a fait la France, il est consubstantiel à la France. La gauche doit donc le détruire. Ainsi, tout est bon pour falsifier, mentir et calomnier tout ce qui touche de près ou de loin au catholicisme.

• Repentance et culpabilisation (Voir cette émission sur le sujet).
On entend dire que cette culpabilisation viendrait du passé colonialiste, esclavagiste ou collaborateur pendant la Seconde Guerre mondiale de tel ou tel pays, or comme le dit Jean-Yves Le Gallou : « Cette culpabilisation touche même le peuple suisse qui a été neutre de 1939 à 1945, qui n’a jamais eu de colonies, ni pratiqué l’esclavage ! ».
On entend aussi dire que tel ou tel pays devrait accepter l’immigration massive et le multiculturalisme en provenance du continent africain en raison, également, de son passé colonialiste, esclavagiste ou collaborateur. Or la Suède a également été neutre de 1939 à 1945 et n’a jamais eu de colonies. Alors pourquoi ce pays est-il complètement pourri par l’idéologie du « vivre-ensemble » ?
La véritable raison est que ces pays reposent également sur la philosophie des Lumières. Ce qui conduit logiquement à la haine de soi.

• Falsification de l’Histoire de manière à rendre la France haïssable. Hostilité contre tout ce qui ne va pas dans le sens de la gauche. (Voir l’article ici)

• Américanisation. Comme on se renie, le vide est comblé par autre chose.

• Xénophilie (Un bon article sur le sujet).

Etc.

Exemples :

« On notera l’étrange absence de la police la nuit de la Saint-Sylvestre mais sa présence massive contre PEGIDA… »
Les masses d’immigrés clandestins qui violent des Allemandes, c’est normal, mais les Allemands qui conteste cette invasion, c’est mal.

Manuel Valls : « Sans les Juifs de France, la France ne serait pas la France ».
La France a été faite par le catholicisme, mais par haine de celui-ci, on se tourne vers des minorités et on raconte n’importe quoi.

Dreuz.info : « L’extrême gauche espagnole demande pardon à l’Islam que les rois catholiques aient libéré l’Espagne » – Manuel Gomez.
Se faire envahir, c’est bien, expulser les envahisseurs, c’est mal. Tout s’inverse dans la pensée de gauche.

– Les politiciens « français » ne souhaitent pas de joyeux Noël aux français, au nom de la laïcité. Pourquoi souhaitent-t-ils joyeux Ramadan et joyeux Hanoucca alors ? Car Noël c’est chrétien et ça fait partie de la culture française, donc à effacer.

« On a une télévision d’hommes blancs de plus de 50 ans et ça, il va falloir que ça change » , avait annoncé Delphine Ernotte à son arrivée à la direction de France Télévisions, en septembre 2015.
Le blanc c’est le passé, place à la « diversité ».

 – « L’équipe nationale allemande de handball est trop blanche pour les promoteurs du multiculturalisme »
Le blanc c’est le passé, place à la « diversité ».

« Pour Jean-Luc Mélenchon, il faut en finir avec cette idée « inacceptable » de « Français de souche » »
Le blanc, le peuple autochtone, ne doit pas être nommé vu qu’il n’existe pas, la réalité n’existant pas dans la pensée de gauche.

« Allemagne : le parti anti-immigration AFD interdit de télévision pendant les élections »
Il faut accepter l’immigration extra-européenne, il faut accepter de se dissoudre, le refuser c’est mal.

Ainsi pour Bernard Cazeneuve, à travers une tribune du site « l’Obs Le plus » du 02 avril 2012, évoquer « les racines chrétiennes de la France », c’est « faire une relecture historique frelatée » qui a « rendu la France peu à peu nauséeuse ».
Haine de soi pure. La réalité historique devient dans un cerveau de gauche, une « relecture frelatée ». De plus, il confirme lui-même que la France lui donne envie de vomir, ce qui est logique puisqu’il est de gauche. Il est cohérent avec lui-même. Mais pourquoi reste t-il français alors ? Pourquoi a-t-il la nationalité française ?

« De Valls à Cazeneuve un même amour de l’Islam et une même haine de l’identité chrétienne de la France »
Ce faux amour de l’Islam n’est que le reflet de la haine de la France chrétienne, ce qui est bien confirmé par Philippe de Villiers qui a côtoyé cette classe politique de l’intérieur.

– Eric Zemmour à propos de Christiane Taubira : « Elle est le symbole de cette gauche antiraciste qui estime que c’est aux Français de souche de s’adapter à la culture des derniers arrivés sous peine d’être accusés de racisme. »

– Quand un acteur blanc joue un noir, protester contre cette décision c’est bien.
Par contre, quand un acteur noir joue un blanc, protester contre cette décision c’est mal, ça fait de vous des « racistes ». Il n’y a pas encore eu d’article des médias subventionnés de gauche (pléonasme) sur ce sujet, mais s’il y en a un jour, on pourra être certain que la manière de présenter sera totalement différente et orienté contre ceux qui protestent que Lancelot soit noir.

– La polémique autour du livre « Aristote au mont Saint-Michel » de Sylvain Gouguenheim. On considère généralement que l’Occident a découvert le savoir grec au Moyen Âge, grâce aux traductions arabes. La vulgate consiste en ceci : les « ténèbres » culturelles du Moyen Âge n’ont été dissipées que grâce aux lumières d’une société musulmane brillante et cultivée, infiniment plus tolérante que nos temps féodaux, qui aurait transmis à l’Occident l’essentiel de l’héritage de la Grèce classique. Sylvain Gouguenheim démontre que tout cela est faux et que l’Europe a toujours maintenu ses contacts avec le monde grec. La chrétienté médiévale connaissait la philosophie, la science et la médecine grecques grâce à un mouvement de traduction directe du grec vers le latin. Le but de la vulgate moderne étant d’amoindrir le prestige de tout ce qui est occidental et chrétien et de faire croire que l’on aurait une dette envers des peuples extra-européens.
L’historien et archéologue Guy Rachet explique l’origine de cette propagande : « Cela remonte à loin. C’est Voltaire qui, dans le cadre de ses polémiques à l’encontre de l’Église, a magnifié le rôle imaginaire des savants musulmans au détriment de la transmission assurée par les clercs catholiques depuis le Haut Moyen Age. C’est pourtant, bien grâce à ces clercs que l’héritage grec nous a été transmis par l’intermédiaire souvent de traductions latines ».
On reconnaît ici la haine de soi typique de la pensée de gauche et en particulier son antichristianisme.

« Le Front national doit-il nier le fondement « chrétien » et « blanc » de l’Europe ? C’est ce que lui demande Jacques Sapir » (medias-presse.info)
Jacques Sapir, un faux patriote français, qui a gardé un logiciel de gauche.

– « Allemagne: Une politicienne de gauche s’excuse auprès des réfugiés après avoir été violée par 3 d’entre eux » (lesobservateurs.ch)
La rejet de soi est poussé tellement loin qu’il confine presque à la pathologie mentale.

« Violé par un demandeur d’asile, un politicien norvégien (de gauche) se sent coupable de l’expulsion de son violeur ! » (medias-presse.info)
Autre cas d’ethno-masochisme.

« Suède : La vice-Premier Ministre pleure car elle ne peut plus accueillir de migrants »
Ethno-masochisme. Xénophilie.

« Abattre un Européen c’est faire d’une pierre deux coups, supprimer en même temps un oppresseur et un opprimé. » – Jean-Paul Sartre, communiste

« Le Blanc est raciste de naissance, parce qu’il est Blanc » – Gabrielle Teissier, Mediapart, 04/07/2015

« Les Occidentaux, ça n’a pas de réalité. Personnellement je ne souhaite pas être un occidental (…) Je ne veux pas être un blanc catholique (…) je préfère être un noir athée » – Jean-Luc Mélenchon, à l’Université d’été du PS le 30 Août 2008.

– « Métissons-nous, le blanc est sale » : l’argumentaire pro-migrants (egaliteetreconciliation.fr)
La haine de soi : raison profonde de la promotion de l’immigration et du métissage par la gauche. On se déteste, donc il faut se métisser pour pouvoir s’effacer.

–  « Polémique aux États-Unis : Un prof d’université réclame un « génocide des Blancs » »
La haine de soi qui va au bout de sa logique.

– Haine de soi dans les manuels scolaires de la République : http://www.bvoltaire.fr/virginievota/haine-de-soi-et-deracinement-les-nouveaux-reperes-pour-collegiens,255140

– Haine de soi même à Stanford : http://www.bvoltaire.fr/xavierscot/a-stanford-on-refuse-desormais-detudier-la-civilisation-occidentale,255989

– La haine de soi de la gauche sur l’affaire du rappeur anti-français Black M invité pour la commémoration du centenaire de la bataille de Verdun dépasse l’entendement : http://www.medias-presse.info/cette-gauche-qui-nous-prend-pour-des-kouffars/54473
Invité un rappeur qui insulte la France et les français pour commémorer une bataille qui a fait des centaines de milliers de morts est normal pour la gauche. Insulter nos aïeux morts au combat est normal. Ce qui est anormal pour elle c’est de protester contre cette insulte.

– La gauche produit la même haine de soi partout où elle est présente : http://reinformation.tv/autriche-president-van-der-bellen-hait-pays-neuville-55615-2/

– La haine de soi de la gauche réunie dans un livre de propagande qui se fait passer pour de l’histoire : http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article14407

– Le journaliste et historien Jean Sévillia à propos de l’historiquement correct :

« Globalement, il s’agit d’une lecture du passé commandée par l’idéologie actuellement dominante. Quelle est cette idéologie ? Celle d’un monde sans frontières, où les enracinements sont condamnés par principe ; d’un monde multiculturel, où toutes les civilisations sont déclarées égales ; d’un monde voué au libre-échange humain et matériel, où toute référence morale et métaphysique est bannie dès lors qu’elle paraît faire obstacle au libre-arbitre individuel. Dans la pratique, en France, le politiquement correct appliqué à l’histoire se traduit par un anti-occidentalisme systématique, par l’aversion à l’égard de notre héritage national, et surtout par une animosité non-dissimulée envers la présence du christianisme dans notre histoire, spécifiquement envers le catholicisme. »
L’idéologie dominante dont il parle est simplement l’idéologie de gauche. Conséquence : la haine de soi se manifeste en histoire.

– La haine de soi en histoire identifiée par Charles Maurras en 1928 : https://bibliothequedecombat.wordpress.com/2012/07/07/lhistoire-falsifiee/
On n’aimait pas l’histoire qui avait fait la France : comme on adore celle qui la défait ! »)

– La haine de soi en histoire – et la falsification qui s’en suit – dénoncée en 1930 dans un livre collectif : https://www.youtube.com/watch?v=pWC-6A1zC20

– Le philosophe Louis Jugnet évoquant la pensée de Charles Maurras explique l’humanitarisme critiqué par ce dernier :

« L’humanitarisme est un état d’esprit plutôt qu’une institution, mais il inspire les structures politiques issues de la Révolution (Romantisme et Révolution, Trois idées politiques, Réflexions sur la Révolution de 1789, etc.). Il se caractérise par un amour à la fois abstrait de l’homme en général (de préférence s’il est loin de nous, c’est ce que le phénoménologue Max Scheler nomme « l’amour du lointain », par opposition à l’amour du prochain, car il n’engage à rien d’autre qu’à des proclamations verbales ou écrites, alors que le prochain en chair et en os est souvent difficile à supporter…), et par un déferlement sentimental masochiste, toujours prêt à inonder de larmes les criminels, les destructeurs ou les ennemis de son pays, et à manifester sa haine pour les défenseurs de la tradition, de l’orthodoxie doctrinale ou de la sécurité matérielle de la patrie. Loin d’être identique à la charité, comme le croient trop de chrétiens modernes, il en est la plus honteuse et nuisible contrefaçon. »
On retrouve le couple haine de soi/xénophilie engendré par la gauche. La haine de soi existait déjà à l’époque de Charles Maurras donc elle ne peut pas être la conséquence de Mai 68.

– L’historien français Fustel de Coulanges parlait déjà de la haine de soi en 1872 dans la Revue des Deux Mondes ! :

« Le véritable patriotisme n’est pas l’amour du sol, c’est l’amour du passé, c’est le respect pour les générations qui nous ont précédés. Nos historiens ne nous apprennent qu’à les maudire, et ne nous recommandent que de ne pas leur ressembler. Ils brisent la tradition française, et ils s’imaginent qu’il restera un patriotisme français. Ils vont répétant que l’étranger vaut mieux que la France, et ils se figurent qu’on aimera la France. Depuis cinquante ans, c’est l’Angleterre que nous aimons, c’est l’Allemagne que nous louons, c’est l’Amérique que nous admirons. Chacun se fait son idéal hors de France. Nous nous croyons libéraux et patriotes quand nous avons médit de la patrie. Involontairement et sans nous en apercevoir, nous nous accoutumons à rougir d’elle et à la renier. Nous nourrissons au fond de notre âme une sorte de haine inconsciente à l’égard de nous-mêmes. C’est l’opposé de cet amour de soi qu’on dit être naturel à l’homme ; c’est le renoncement à nous-mêmes. C’est une sorte de fureur de nous calomnier et de nous détruire, semblable à cette monomanie du suicide dont vous voyez certains individus tourmentés. Nos plus cruels ennemis n’ont pas besoin d’inventer les calomnies et les injures : ils n’ont que la peine de répéter ce que nous disons de nous-mêmes. Leurs historiens les plus hostiles n’ont qu’à traduire les nôtres. Quand l’un d’eux écrit que « la race gauloise était une race pourrie », il ne fait que répéter ce que nous avons dit en d’autres termes. Quand M. de Sybel parle de « la corruption incurable » de l’ancienne société française, il n’est que l’écho affaibli de la plupart de nos historiens. M. de Bismarck disait naguère que la France était une nation orgueilleuse, ambitieuse, ennemie du repos de l’Europe ; c’est chez nos historiens qu’il avait pris ces accusations. Nous avons appris récemment que l’étranger nous détestait ; il y avait cinquante ans que nous nous appliquions à convaincre l’Europe que nous étions haïssables. L’histoire française combattait pour l’Allemagne contre la France. Elle énervait chez nous le patriotisme ; elle le surexcitait chez nos ennemis. Elle nous apprenait à nous diviser, elle enseignait aux autres à se réunir contre nous, et elle semblait justifier d’avance leurs attaques et leurs convoitises. »
Cette haine de soi en histoire rejoint ce que dit Jean Sévillia plus haut.

– Extrait d’un article de la revue des dominicains d’Avrillé Le Sel de la Terre n°94 :

« Avant même Jules Ferry et Ferdinand Buisson, les vrais pères de la « Laïcité » sont les grands pontes de l’enseignement d’État sous la Restauration et sous l’Empire : Quinet, Cousin, Villemain, Michelet, Renouvier, etc.
Or cet enseignement d’État – férocement anti-catholique – est déjà islamophile. La démonstration en est faite dès 1843 dans un recueil publié par Nicolas Deschamps sous le titre : Le Monopole universitaire, destructeur de la religion et des lois. L’auteur présente la pensée des grands maîtres et des inspecteurs de l’enseignement d’État. Le résultat est accablant. La seule ligne directrice de l’Université semble être la haine de l’Église. Les papes, les évêques, les saints, les docteurs de l’Église, tous les grands hommes du christianisme sont insultés et calomniés. Tandis que les ennemis de l’Église sont encensés. Très exactement : encensés dans les matières où ils se séparent de l’Église, et critiqués uniquement sur les points où, par hasard, ils restent en accord avec elle.
L’islam ne fait pas exception. Le recueil cite plusieurs exemples, dont l’un demeure très actuel : le mythe de l’islam civilisateur. »
La haine de soi à l’Université déjà en 1843 ! Cela se couple avec une xénophilie : comme on se déteste, on se raccroche à ce qui vient de l’extérieur, à savoir l’islam dans le cas présent. Note : On est à ce moment là sous la monarchie de juillet (1830-1848). Encore une preuve que monarchie n’est pas forcément synonyme d’anti-République. La monarchie de juillet repose sur les Lumières, donc la haine de soi s’y développe de manière logique.


Extrait d’un article de Michel Geoffroy sur Polémia :

« Car l’oligarchie, ralliée au cosmopolitisme, a désormais « la haine », comme disent « les jeunes des banlieues », de l’identité européenne. Le Grand Remplacement est conçu comme la punition eschatologique des Européens pour les crimes que leurs ancêtres sont censés avoir commis dans l’Histoire. Cette idéologie folle imprègne toute l’oligarchie qui se complaît dans un ethno-masochisme maladif et qui repose sur une lecture biaisée de l’histoire européenne et systématiquement insultante pour nos ancêtres.
Également ralliée au libéralisme/libertaire, l’oligarchie considère qu’il faut aussi déconstruire les nations européennes pour assurer le triomphe du marché, censé apporter liberté et prospérité pour tous. L’Union européenne repose sur ce credo libéral qui présente les frontières, les identités et les nations comme autant d’injustes « discriminations » qu’il faut abolir. Et moins les résultats sont au rendez-vous et plus l’oligarchie persévère dans la « modernisation », c’est-à-dire la déconstruction, de tout ce qui constituait la trame des sociétés européennes. »

Commentaire : Michel Geoffroy incarne ces personnes de droite qui n’arrivent pas à comprendre le problème à la racine. L’oligarchie à la haine de l’identité européenne, d’accord. Mais le militant de gauche de base est aussi dans le même cas, et pourtant il ne fait pas partie de l’oligarchie. Donc le problème de fond n’est pas l’oligarchie en tant que telle, mais la philosophie qui la structure et qui est la même que le militant de gauche de base. Le Grand Remplacement n’est pas une sorte de punition aux prétendus crimes, mais la conséquence logique de cette philosophie qui structure l’oligarchie – le militant de gauche de base prône également le remplacement de population. Il nous parle d’ethno-masochisme sans comprendre d’où cela vient. L’Union européenne présente les frontières, les identités et les nations comme autant d’injustes « discriminations » qu’il faut abolir, d’accord, mais d’où cela vient-il ? Bref, Michel Geoffroy est incapable de comprendre l’origine du problème et de le dénoncer. Il n’arrive pas à comprendre que tout cela est la conséquence de la philosophie des Lumières.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Haine de soi

  1. Ping : Négation et falsification du réel | Dégauchisez-vous !

  2. Ping : Adrien Abauzit, « comment peut-on être de Gauche ?  (conférence) | «pour une France Chrétienne et enracinée

  3. Ping : Adrien Abauzit, « la Contre Histoire du général De Gaulle  (partie 1) | «pour une France Chrétienne et enracinée

  4. Ping : DEGAUCHISATION : n°1 « minorité . La diversité est le corollaire de la haine de soi. | «pour une France Chrétienne et enracinée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s