Novlangue

Décrypter le langage de la gauche

Dictionnaire de novlangue établis par la fondation Polémia :

Dans le roman de George Orwell, « 1984 », Syme, un collègue de Winston, en charge du dictionnaire Novlangue, explique le but du Novlangue :
« Ne voyez-vous pas que le véritable but du Novlangue est de restreindre les limites de la pensée ? A la fin nous rendrons littéralement impossible le crime par la pensée car il n’y aura plus de mots pour l’exprimer. »
Ce petit dictionnaire publié par POLEMIA comprend plus de 250 mots parmi les plus employés aujourd’hui par l’élite dirigeante et notamment les médias.

Il comprend cinq types de mots :

  • les mots trompeurs, qui ont changé de sens et qui signifient souvent le contraire de ce qu’ils exprimaient auparavant ;
  • les mots subliminaux, qui sont utilisés pour produire certains effets de répulsion ou d’approbation chez le récepteur ;
  • les mots marqueurs, qui expriment l’idéologie dominante ;
  • les mots tabous, que l’idéologie dominante s’efforce de supprimer ;
  • les mots sidérants, qui visent à disqualifier les adversaires du Système.

Quand cela est apparu nécessaire, une traduction en français courant a été proposée : elle est signalée par la mention : trad. (pour traduction) suivie de la traduction proposée.

• A •

AFRICAIN. Homme pauvre, en général de couleur plus ou moins noire, qui vit principalement en Afrique et qui deviendra européen grâce à l’éducation et à la démocratie de marché ; selon l’idéologie dominante, un Africain immigrant en Europe devient naturellement un Européen auquel il est par nature égal, sinon supérieur.

ALLIE. Mot trompeur : terme ayant changé de sens. Il ne signifie pas une alliance entre partenaires égaux mais une relation de dépendance (trad. :satellite, tributaire. « La France est l’alliée des Etats-Unis » –, trad. « le gouvernement est subordonné aux Etats-Unis »).

AMBITION. Mot subliminal employé dans les médias pour décrire et valoriser les déclarations d’intention du président de la République, du gouvernement ou d’un ministre (trad. : promesse, discours).

AMOUR. Mot très employé dans les chansons (« love ») et censé tout résoudre (trad. : niaiserie). Voir aussi « dialogue ».

ANGLAIS. Langue des dominants. Note : il est de bon ton de ponctuer son discours d’anglicismes voire d’expressions purement anglaises (trad. : jargon).

ANTISEMITE. Mot trompeur ayant changé de sens ; aujourd’hui peut désigner toute personne critiquant une personne de religion ou d’origine juive, l’Etat d’Israël (selon les tribunaux) ou bien toute personne désignant l’identité juive d’une autre.

ARCHAÏSME. Mot péjoratif utilisé par l’élite dirigeante pour désigner l’identité nationale, s’écrivant en général au pluriel (trad : traditions)

ART MODERNE, ART CONTEMPORAIN. Mot trompeur. Théorie artistique inventée pour l’essentiel à la fin du XIXe et au début du XXe siècle et qui n’a donc rien de vraiment moderne ni contemporain (trad. : académisme, art officiel).

ATTAQUER (S’) A. Expression subliminale destinée à suggérer une martiale résolution (en général on « s’attaque à » des réformes) (trad. : envisager).

AUTRE. Voir « Respect ».

• B •

BANLIEUE, BANLIEUE SENSIBLE. Mot trompeur : zones où la population d’origine immigrée africaine est majoritaire (trad. : zone de résidence d’immigrants) ; voir aussi « Populaire ».

BATAILLE. Mot subliminal destiné à valoriser l’action pourtant souvent sans risques du personnel politique (ex. : « S. Royal se lance dans la bataille des élections ») ; on dit aussi « A l’assaut » ou « Se battre pour » (trad. : métier).

BEUR (BEURETTE AU FEMININ). Mot traduisant la réalité de la non-intégration des immigrés d’origine maghrébine qui se désignent d’abord par leur ethnie et non par leur nationalité (trad. : d’origine nord-africaine, Nord-Africain).

BOUC EMISSAIRE. Concept sidérant par lequel l’élite dirigeante s’efforce de masquer l’identité des personnes qui commettent le plus souvent des crimes et des délits, à la condition bien sûr que celles ci ne soient pas d’origine européenne et de religion catholique : lorsqu’un délit est commis par ces personnes, l’élite dirigeante s’empresse d’affirmer qu’il ne faut pas traiter telle ou telle catégorie de la population en « bouc émissaire » ; voir aussi « Stigmatiser ».

BOUGER (cf. FAIRE BOUGER). Terme par lequel l’élite dirigeante valorise le « bougisme », c’est-à-dire tout ce qui peut ébranler la société traditionnelle et ses normes (trad. : perturber) ; voir aussi « Changement » et « Rupture » et « Bousculer »..

BOUSCULER. L’élite dirigeante aime à dire qu’elle bouscule les tabous ; il s’agit bien évidemment de ceux des autres car pour les siens (présentés alors comme des « Valeurs ») elle se veut intraitable (trad. : détruire).

BLACK. Mot utilisé à la place de « Noir » par référence aux Noirs américains – qui s’intitulent, eux, des Afro-Américains (trad. : Noir) ; on ne connaît pas le féminin de cette expression.

BRAS DE FER: (cf « sécurité : Sarkozy engage un bras de fer avec la gauche » titre du Figaro du 25/2/08) : terme subliminal destiné à faire croire à la détermination et à l’effort de ceux qui sont censés s’y livrer (trad : débat)

BRANCHÉ. Mot ayant changé de sens ; signifiant initialement « pendu aux branches », il signifie aujourd’hui conforme à l’idéologie cosmopolite et marchande et grand utilisateur des nouvelles technologies ; voir aussi « Câblé » (trad. : conformiste).

• C •

CALME. Mot trompeur ; se dit d’un Réveillon où l’on n’incendie « que » 878 véhicules (trad. : violent).

CARITATIF. Mot trompeur ; adjectif donné à la charité, qui ne se préoccupe pas au sens propre du prochain s’il est européen mais des « autres » à la condition qu’ils résident loin de notre continent (trad. : indifférent).

CHANGEMENT. Mot trompeur car initialement connoté à gauche (cf. « changement de société ») et aujourd’hui repris par l’élite dirigeante pour signifier son intention de mettre fin à l’identité française ; voir « Rupture » et « Bouger ».

CHANTIER (SI POSSIBLE « GRAND »). Terme destiné à valoriser l’action du gouvernement en place mais exprimant souvent la réalité ; il traduit un effet d’annonce et en général des actions inabouties (= laissées en chantier) (ex. : « Le premier ministre ouvre le chantier de la réforme des retraites ») (trad. : inachèvement).

CHARGE. Expression subliminale, utilisée dans son sens militaire, pour suggérer que le personnel politique fait preuve de détermination (ex. :« à la charge », « sonne la charge contre »).

CHAT (PRONONCER TCHAT’). S’utilise lorsqu’un responsable entend « dialoguer » avec la France d’en bas via Internet (trad. : conversation, dialogue en ligne).

CHOIX (« C’EST MON CHOIX »). Manifestation d’hédonisme encouragée par le Système car ce « choix » ne s’exerce jamais en faveur d’actions à caractère collectif ; voir aussi « Liberté » (trad. : caprice).

CITOYEN. Mot trompeur : ce substantif, devenu adjectif, caractérise ce qui se conforme à l’idéologie dominante (ex. : trier ses déchets est un « comportement citoyen ») (trad : moutonnier, docile, sujet).

CLIENT. Se disait autrefois d’une personne redevable à un personnage puissant ; aujourd’hui, personne censée être en position de force au sein du marché (« le client est roi ») ; ce terme est de plus en plus employé dans la sphère publique et traduit la progression de l’idéologie marchande dans la fonction publique.

COCHON (SOUPE AU). Menace contre l’ordre public et discriminatoire quand elle est destinée aux pauvres, pour certains préfets (trad. : porc). Note : pour éviter toute difficulté avec certains passagers les compagnies aériennes sont de plus en plus nombreuses à offrir des repas « garantis sans porc ».

COLONIALISME. Mot sidérant qualifiant un système « injuste, contraire aux trois mots fondateurs de notre République » (N. Sarkozy le 3/12/07) et cause de tous les échecs et malheurs des ex-pays coloniaux, principalement en Afrique ; crime lorsque le colon est européen uniquement (trad. : colonisation, civilisation). Note : affirmer que l’Europe serait en voie de colonisation est passible de poursuites judiciaires.

COMMUNAUTARISME. Néologisme destiné à traduire le fait que les populations d’origine immigrée conservent leurs particularités et leurs préférences culturelles ou ethniques, à contre-courant de l’idéologie « antiraciste » qui prétend ne voir que des individus égaux et interchangeables. Le communautarisme est donc périodiquement décrié par l’élite dirigeante tout en étant par la force des choses (c’est-à-dire par la dynamique démographique de l’immigration) reconnu. Voir « Racisme » et « Intégration » (trad. : identité).

COMMUNICATION. Activité principale des hommes politiques qui se mettent d’autant plus en scène qu’il ont moins de prise sur la réalité (trad : spectacle) ; voir aussi « pédagogie »

COMPREHENSION. Mot trompeur : la compréhension est requise des usagers lorsqu’un service, en général public, dysfonctionne, ce qui permet de le dispenser de présenter des excuses (trad. : résignation).

CONCERTATION. Mot un peu moins à la mode que dans les années 1970 ; remplacé par « Dialogue », qui se veut plus participatif (trad. :pourparlers).

CONDAMNER. En général associé à « fermement » ; se dit quand le pouvoir est impuissant à empêcher certains agissements : il les condamne a posteriori d’autant plus fermement qu’il reste sur le mode virtuel (trad. : incantation).

CONSTRUCTION EUROPEENNE. Mot trompeur ; c’est la mise en œuvre de l’idéologie libre-échangiste et cosmopolite par les institutions européennes au sein de l’espace indéterminé appelé Union européenne contre la volonté de peuples autochtones (trad. : enterrement de l’Europe).

COURAGE. Mot trompeur ; on dit qu’un homme politique dit de droite en fait preuve lorsqu’il se rallie bruyamment encore plus à l’idéologie dominante (en général sur les questions de société) alors qu’il ne retire que des avantages de cette posture (trad. : conversion).

CRIME. Mot tabou ; sa nature et sa gravité varient, en application de la législation dite « antiraciste », en fonction de l’identité de l’auteur et de la victime ; ainsi un « crime raciste » est nécessairement commis par un Français de souche ; un immigré ou un Français d’origine immigrée ne provoque que des « drames » ou ne commet que des « violences » (trad. : crime). Voir « Déséquilibré ».

CULTURE. Mot trompeur ; activités subventionnées par les collectivités publiques et incomprises par la majorité des Français quand elles relèvent de l’art cosmopolite déraciné (trad. : ahurissement).

• D •

DEFAVORISÉ. Mot trompeur, issu de l’immigration (cf. « quartier défavorisé ») bénéficiant en général d’aides et de prestations publiques préférencielles dans le cadre de la « politique de la ville » (trad. : étranger, subventionné).

DÉFENSE. Terme recouvrant les activités qui visent officiellement en Europe à ne pas faire la guerre.

DEGENERER. Mot subliminal employé de préférence lorsque des violences sont commises par des personnes issues de l’immigration ou de religion musulmane, pour suggérer que finalement telle n’était pas leur intention initiale et donc presque les excuser (ex « le conflit pour le contrôle d’une mosquée de Nîmes dégénère en fusillade », « Le Monde » du 21 février 2008.)

DETERMINATION. Mot subliminal destiné à suggérer le volontarisme présumé du gouvernement ou du président de la République (voir « Volonté ») ; en général consiste en déclarations non suivies d’effets concrets (trad. : intentions, paroles).

DERAPAGE. Mot sidérant : caractérise des propos qui vont à l’encontre de l’idéologie dominante. Voir aussi « polémique »

DEREGULATION. Mot désormais connoté positivement au sein de l’Union européenne et destiné à traduire le fait que le domaine du marché ne cesse de s’étendre aux dépens de la souveraineté politique (trad. : chaos) ; voir aussi « Ordre ».

DESEQUILIBRE. Qualificatif lénifiant employé lorsqu’un crime est commis par une personne d’origine immigrée : pour l’élite dirigeante et « antiraciste » par construction un criminel d’origine immigrée ne peut-être dans son état normal ; Voir aussi « crime » et « troubles »

DEVELOPPEMENT DURABLE. Mesures coercitives préconisées par les gouvernements occidentaux au nom de la préservation de la planète (trad. : prohibition).

DIALOGUE. Mot trompeur signifiant en général l’acceptation des arguments d’autrui (ex : « dialogue interreligieux ») et non la confrontation des points de vue (trad. : affaiblissement). Voir aussi « Concertation ».

DISCRIMINATION POSITIVE. Mot trompeur ; discrimination à l’encontre des Français d’origine européenne (trad. : privilège, domination). NDLR : Les « discriminations » sont toutes réputées inacceptables sauf la discrimination par l’argent, qui est hautement morale pour le Système.

DIVERSITE (FAVORISER LA). Mot trompeur ; c’est favoriser le recrutement ou la présence de personnes issues de l’immigration ou de celles qui ont des parents immigrés (trad. : système des castes).

DOUCE. Se conjugue en général au pluriel (ex. : « circulations douces », « énergies douces »). Mot destiné à valoraliser des processus qui sont réputés peu consommateurs d’énergies fossiles mais qui sont de moindre rendement et qui exigent en général une plus grande dépense d’énergie humaine (trad. : rétrograde) ; voir aussi « Propre » (qui se dit plutôt au singulier).

DROITS DE L’HOMME. Expression trompeuse ; doctrine au nom de laquelle il est porté atteinte aujourd’hui à la souveraineté des peuples et aux droits des citoyens (trad. : idéologie), à l’encontre de la tradition républicaine.

DROITS SOCIAUX. Droits créances revendiqués par certains groupes à l’encontre des autres (trad. : privilèges).

DROITE, GAUCHE. Termes trompeurs ayant perdu toute pertinence à la fin du XXe siècle depuis que la gauche socialiste et communiste s’est ralliée à l’économie de marché et que la droite a adopté l’idéologie égalitaire et cosmopolite des socialistes. Ne désigne plus que des itinéraires personnels et des ancrages locaux différents (trad. : partis au pouvoir).

DURABLE. Qualificatif destiné à vanter la qualité d’un produit ou d’une action censée préserver la liberté de choix des générations futures auxquelles on ne donne pas naissance (trad. : soutenable). Voir « développement durable ».

• E •

ECHAUFFOUREES. Se dit des violences commises, en général en groupe, par des personnes issues de l’immigration à l’encontre des forces de police (ex. échauffourées entre jeunes et policiers à Trappes). Note : on dit aussi « affrontements ». (trad. : agressions).

EFFORT (ex. : le gouvernement promet de « ne pas relâcher l’effort sur les réformes »). Mot trompeur ; présentation valorisante de l’action du pouvoir alors que souvent les efforts sont en réalité réclamés des citoyens ou des usagers (trad. : sacrifices)

EGALITE. Mot trompeur ; ayant changé de sens à la fin du XXe siècle, il ne désigne plus l’égalité juridique des personnes ni l’égalité des revenus mais celle des statuts sociaux et des ethnies réduite à une question de parité statistique (qui menace moins l’élite au pouvoir que la remise en cause du pouvoir économique) (trad. : égalisation).

EMBLEMATIQUE. Mot très employé par l’élite dirigeante pour donner du relief à une action ou une déclaration qui n’en a pas forcément (trad. : notable).

EMEUTES. Mot en général écrit au pluriel et associé à la nuit (ex. : « nuit d’émeutes à Villiers-le-Bel) ; la nuit ne permet pas de distinguer la couleur des émeutiers, ce qui fait qu’en général les médias montrent surtout des émeutiers blancs (trad. : insurrection).

ENNEMI. Mot tabou pour l’élite dirigeante qui prétend avoir mis fin aux guerres car elle a détruit les frontières ; seuls le « terrorisme » et d’une façon générale tous les « ismes » sont désignés à la vindicte du système

ENTREPRISE. Mot aujourd’hui valorisé (ex. : « les créateurs de richesses ») et principale préoccupation affichée des pouvoirs publics (trad. : patronat).

EQUITABLE. (cf. « commerce équitable »). Mot sidérant destiné à inciter les consommateurs européens à acheter des produits censés favoriser les petits commerçants et producteurs d’Amérique du sud et d’Afrique ; à noter que pour l’élite dirigeante il est inéquitable de préconiser « d’acheter français » (trad . plus cher)

ESPACE (cf « Espace culturel » ou « Espace de vie « ). Zone en général effectivement peu fréquentée par les Français d’en bas dès lors que les artistes prétendent y faire de l’art ou de la culture (trad. : zone).

ESTABLISHMENT. Mot tabou, sauf par la droite nationale, pour désigner la nouvelle classe au pouvoir dans les sociétés occidentales depuis la chute de l’Union soviétique (trad. : caste dirigeante).

ETAT DE DROIT. Mot trompeur ; soumission de la volonté nationale à la sanction des juges, si possibles européens (trad. : théocratie).

ETHIQUE. Mot trompeur ; c’est par ce terme que l’élite dirigeante désigne son idéologie et ses intérêts (trad. : inquisition). Voir aussi « Valeurs ».

ETHNIQUE, PUBLICITE ETHNIQUE. Publicité et commerce s’adressant prioritairement aux personnes issues de l’immigration ou aux personnes de couleur (trad. : discriminatoire).

ETRANGER. Mot sidérant ; par définition personne supérieure en droits et en talents par rapport aux autochtones en particulier dès lors que ceux-ci sont français ; voir aussi « Autre » et « Exception »

EXCEPTION (cf « Exception française », « Exception culturelle »). Singularité de la nation française par rapport au monde anglo-saxon, qui semble en général illégitime aux yeux de l’élite au pouvoir (trad. : identité nationale).

EXCLUSIF. Terme destiné à marquer qu’une information revêt une importance particulière pour la classe médiatique (ex. : « entretien exclusif ») ; mais en général elle n’a rien d’exclusif car elle est destinée à être reprise par tous les médias (trad. : signalé).

EXCLUSION. Mot sidérant destiné à disqualifier les préférences des Français d’origine européenne et de religion chrétienne. La référence aux « phobies » remplit la même fonction sidérante (trad. : préférence).

EXTREME DROITE. Mot sidérant ; qualificatif péjoratif donné à la droite de conviction et à ceux qui contestent le système dominant (trad. : droite).

EXTREME GAUCHE. Groupes politiques déclarant s’opposer au capitalisme ; mais vers 40 ans les personnes d’extrême gauche s’y rallient habituellement (trad. : imposteurs).

• F •

FASCISME. Mot sidérant ; forme politique d’autant plus vigoureusement combattue par l’élite dirigeante qu’elle a disparu de la scène politique européenne en 1945 ; « fasciste » désigne aujourd’hui toute personne qui n’adhère pas à l’idéologie dominante ou toute autorité qui ne découle pas du système marchand (trad. : dissident et autorité).

FEMMES. Personnes qui doivent exercer les mêmes métiers que les hommes (ex. : les téléfilms mettant en scène « la femme gendarme », la « femme juge » ou la « « femme flic ») et éviter les maternités si elles sont d’origine européenne (trad. : garçonne). Note : il est de bon ton devant une assemblée quelle qu’elle soit de relever le faible nombre relatif de femmes présentes.

FLAMBÉE. Expression subliminale en général associée à « violences » (ex. : « flambée de violences au Kenya ») ; elle traduit le fait que les violences urbaines s’accompagnent souvent d’incendies et qu’elles sont brusques et imprévisibles alors qu’elles sont souvent habituelles.

FONDS DE COMMERCE. Mot sidérant ; expression péjorative pour désigner les prises de position des partis qualifiés de « populistes » ou « xénophobes » (trad. : programme).

FRANCE. Mot trompeur ; dans les médias, désigne en fait le gouvernement (ex. : « La France réclame un moratoire sur les OGM ») (trad. : le gouvernement).

FRILOSITÉ. Terme sidérant et péjoratif appliqué aux comportements qui ne sont pas conformes aux attentes de l’élire dirigeante et de préférence aux seuls Français de souche ; voir « Peurs » (trad. : résistance).

FRONTIERES. Mot tabou. Principal obstacle à la prospérité et à l’entente entre les peuples selon l’idéologie dominante ; il faut donc préconiser « un monde sans frontières ». Note : les bonnes frontières doivent être « ouvertes » sauf bien sûr aux Etats-unis et en israël. (trad. : protection).

• G •

GALERE. Se dit de toute difficulté, même la plus petite (trad. : contrariété).

GAUCHE. Voir « Droite. ».

GAUCHISTE. Personne faisant profession de lutter contre le capitalisme mais dont l’action concrète consiste principalement à saper ce qui résiste encore à sa domination (trad. : leurre ; compagnon de route du capitalisme) ; voir aussi « Extrême gauche ».

GEANT. Mot sidérant ; il se dit d’une entreprise russe uniquement (ex. : « le géant gazier Gasprom ») et jamais d’une entreprise américaine : sans doute pour suggérer une menace latente.

GENIAL. Adjectif passe-partout mais qui ne désigne pas en général des choses ou des personnes qui sortent de l’ordinaire (trad. : bien).

GLOBALISATION. Mot d’origine américaine pour dire domination du système anglo-saxon (trad. : capitalisme).

GOUVERNANCE. Mot qui désigne un mode de direction imposé par les marchés aux entreprises, aux organisations et aux Etats (trad. : direction) ; voir « Transparence ».

GRANDE-BRETAGNE. Paradis libéral et référence obligée en termes de réforme de l’Etat pour les anglophiles français du XXIe siècle.

GRAVE. Interjection ponctuant le langage des banlieues ; en général ne signale rien de véritablement grave.

GRATUIT. Mot trompeur destiné à appâter le consommateur potentiel ; en général il faut acheter plus pour obtenir quelque chose de « gratuit » ; voir « soldes ». Note : « journal gratuit » : la gratuité de ce journal a pour contrepartie sa soumission à l’idéologie dominante et à la publicité.

GRENELLE. Terme remontant à 1936 et désignant d’abord la médiatisation d’accords nationaux entre « partenaires sociaux » au ministère du Travail. Désigne aujourd’hui par extension l’action des pouvoirs publics médiatisée (ex. : « Grenelle de l’environnement » ) (trad. : mise en scène, grand-messe).

GUILLEMETS. Ils s’emploient dans la presse écrite non pour exprimer une citation fidèle mais pour essayer de disqualifier les propos ou les positions cités (ex.: -la Serbie « refuse » l’indépendance du Kossovo-, -le Liechtenstein dénonce une « attaque » de l’Allemagne -: « Le Monde » du 21 février 2008 ; -les russes « choisissent » dimanche le successeur de M.Vladimir Poutine –« le « Bulletin quotidien » du 29 février 2008) ; à la radio ou à la télévision le présentateur dira « je cite », dans le même sens.

• H •

HANDICAPÉS. Mot sidérant qui se conjugue en général au plurie ; groupes organisés prétendant parler au nom des personnes et réclamant avec de plus en plus d’insistance des droits sur la société.

HISTOIRE, sans histoire. Mot trompeur ; précision systématiquement apportée par les médias lorsqu’un crime ou un délit a été commis par une personne issue de l’immigration : elle est toujours issue d’un quartier ou d’une famille « sans histoire » comme pour suggérer que son comportement serait tout à fait exceptionnel et donc presque excusable (contraire : « bien connu des services de police »). Note : le recours à « incompréhensible » (ex. :un geste incompréhensible.) remplit la même fonction lénifiante. Voir aussi « Déséquilibré ».

HUMANISME. Terme trompeur ayant changé de sens ; il n’a plus de rapport avec la culture enracinée des « humanités » mais désigne l’idéologie des droits de l’homme ou l’idéologie de la franc-maçonnerie (trad. : idéologie).

HUMANITAIRE. Activité principale des forces armées des pays de l’Union européenne au-delà de leurs frontières ; « désastre humanitaire » : médiatisation des malheurs de certaines populations africaines ou d’Asie ; « action humanitaire » : médiatisation de la tentative d’imposer les valeurs occidentales à des populations plus ou moins rétives ; on dit aussi « faire de l’humanitaire » car il s’agit souvent pour certains d’un véritable métier.

• I •

IDENTITÉ. Terme tabou sauf lors des discours électoraux ; pour l’élite dirigeante l’identité de la France réside cependant dans ses « valeurs » uniquement (trad. : nature). Note : la manifestation de l’identité des « autres » s’appelle « communautarisme ».

IMMIGRATION. L’immigration est une « chance pour la France » sauf lorsqu’elle provient de l’est de l’Europe (trad. : peuplement).

INACCEPTABLE. Adverbe trompeur : se dit en général des situations que le système est incapable de maîtriser (ex « les violences sont inacceptables ») (trad. : toléré) ; appliqué à des « propos » que le système médiatique considère comme à caractère raciste ou antisémite, ce qualificatif signifie que leur auteur fera prochainement l’objet de poursuites pénales.

INCIVILITÉS. Mot trompeur : actes réprimés par la loi sauf lorsqu’ils sont commis par des personnes issues de l’immigration africaine et maghrébine (trad. : violences, délits)

INCOMPRÉHENSIBLE. Voir « Histoires »

INCONTOURNABLE. Mot sidérant ; il traduit la volonté d’enfermer la réflexion et la décision dans les seules alternatives autorisées par le Système (trad. : obligatoire).

INDEPENDANCE. Terme tabou désormais interdit aux Européens et politiquement incorrect au sein de l’Union européenne, qui préfère le concept « d’autonomie stratégique » (trad. : souveraineté, liberté).

INELUCTABLE. Terme sidérant exprimant la croyance que celui qui l’utilise connaît le sens de l’histoire et destiné à désarmer toute opposition (trad. : possible, souhaité).

INFORMATION. Terme trompeur véhiculé par la classe médiatique pour faire croire à son rôle de défense des libertés alors que sa fonction réelle est de tuer tout débat (trad. : fabrication).

INGERENCE. Terme connoté positivement désormais dès lors que cette ingérence prétend se faire au nom de « l’humanitaire » ou du « maintien de la paix » (trad. : violation).

INQUIETUDE (parfois associé à « vive »). Mot politiquement correct employé quand on veut minorer l’ampleur des atteintes ou des menaces pesant sur les personnes ou les intérêts européens ou catholiques (ex. « les inquiétudes de la communauté catholique d’Algérie », « Le Monde » du 26/02/2008). Note : la référence au « sentiment » remplit la même fonction lénifiante (ex. : « le sentiment d’insécurité » pour éviter d’écrire « délinquance »)

INSERTION. Voir « Intégration ».

INTEGRATION. Mot trompeur ; politique destinée à favoriser l’installation de communautés immigrées en France dans le respect contradictoire de leur « identité » propre et de celui des « valeurs » de la République, après l’échec des politiques d’assimimilation ; dans le discours dominant elle n’est jamais suffisante et il faut toujours appeler les Français – jamais les étrangers – à plus d’efforts en la matière (trad. : éclatement).

INTOLERANCE. Terme sidérant employé de façon péjorative pour toute manifestation identitaire sans distinction dès lors qu’elle émane des Français de souche.

ISLAM. Religion de paix, de tolérance et d’ouverture à l’autre ; prétendre le contraire expose à des poursuites judiciaires ou à des fatwas ; « islamisme » : comportement des musulmans qui ne correspond pas à la définition politiquement correcte de l’Islam (trad. Islam).

• J •

JARDIN. Quand il est « à la française », le terme est désormais à connotation péjorative pour l’élite dirigeante Note : pour elle le jardin anglais, c’est mieux.

JEUNES, JEUNES MAJEURS. Mot trompeur ; personnes de nationalité française ou non, issues de l’immigration africaine (et/ou maghrébine) ; s’emploie en général quand elles commettent des violences en groupes (trad. : d’origine immigrée). Voir aussi « Jeune homme » et « Préadolescent ».

JOURNAL. Voir « Gratuit ».

JUIF. Mot tabou ; rarement employé sauf si le locuteur se déclare juif lui-même ; s’emploie avec un qualificatif positif exclusivement (ex. : « les enfants juifs ») ; voir « Antisémite ».

• K •

KAMIKAZE. Mot trompeur car utilisé à contresens ; désigne aujourd’hui les auteurs surarmés d’attentats suicides contre des civils sans défense (alors que le kamikaze était un militaire qui en temps de guerre attaquait des cibles militaires extrêmement bien défendues) (trad. : attentat suicide).

• L •

LAÏCITÉ. Mot trompeur ayant changé de sens à la fin du XXe siècle ; à l’origine, séparation de l’Eglise et de l’Etat ; aujourd’hui, soutien apporté par les collectivités publiques à l’exercice des religions autres que chrétienne (« laïcité positive ») trad. : soutien à l’islam).

LEADER. Mot subliminal employé uniquement pour désigner les présidents et responsables nationaux des partis populistes et d’extrême droite (par référence subliminale à Führer, sans doute) (trad. : président).

LIBERATION, LIBERTE. Mot trompeur ; définition de la liberté réduite à la seule expression des pulsions individuelles et principalement entendue comme la remise en cause des normes comportementales admises dans les sociétés européennes. Terme employé pour marginaliser la définition de la liberté entendue comme participation à la vie publique et maîtrise de son destin. Note : ce terme convient par conséquent parfaitement aux individus consommateurs/sujets du Système (trad. : dérèglement).

• M •

MAJORITE (ex. : « les partis de la majorité »). Mot trompeur destiné à suggérer que les partis aux pouvoirs rassemblent la majorité des français (trad. les partis de la majorité représentée au Parlement)

MARCHÉ. Mot sidérant. Mode de régulation de l’économie considéré comme intrinsèquement supérieur à tout autre dans tous les domaines ; censé avoir « triomphé de tous les autres modes de régulation ; s’écrit en général au pluriel pour faire plus rassurant (trad. : gouvernement des choses).

MALIN. Adjectif trompeur désignant les consommateurs qui croient avoir fait de bonnes affaires alors qu’ils sont en réalité instrumentalisés par la publicité (trad. : naïf).

MECHANTS. Note : il est intéressant de remarquer qui incarne aujourd’hui le méchant au cinéma ou dans les téléfilms : le méchant est en général un blanc (si possible russe ou serbe) ou à la rigueur un chinois, un militaire (spécialement s’il est européen) ou un prêtre (s’il est catholique) ; le blanc est violent, raciste, homophobe et souvent borné ; le méchant est aussi incarné par le terroriste originaire du Moyen-Orient. Voir aussi « stéréotype »

MEMOIRE. Mot sidérant ; culpabilisation du passé national et dénigrement de l’identité française et européenne (trad. : dénigrement).

METISSAGE. Mot sidérant présenté comme l’avenir de l’humanité et destiné en réalité à valoriser l’immigration de peuplement en Europe ; par extension qualité valorisée par l’élite dirigeante (ex. : « musiques métisses ») ; voir aussi « Mêlées des cultures » expression que le système a tenté de promouvoir à l’occasion de la coupe du monde de rugby

MICHU. (cf Mme Michu). Terme méprisant désignant dans le discours de l’élite dirigeante la Française de base, lectrice de la presse « people » et foncièrement bornée (trad. : les électeurs). Note : cette expression curieusement ne dérange pas du tout les féministes.

MINORITÉS. Terme trompeur s’employant de préférence au pluriel et désignant les groupes qui cherchent à imposer leurs préférences à la majorité (trad. : factions) ; « minorités visibles » : personnes de couleur ou issues de l’immigration africaine. Note : l’utilisation du mot « minorité » vise à faire oublier que dans certains lieux ces « minorités » sont en fait majoritaires.

MOBILISATION (cf. « Borloo mobilise la planète »). Mot trompeur emprunté à la chose militaire pour donner une image résolue à des politiques qui le sont en général moins ; voir aussi « Se mobiliser » (trad. : gesticulation), mot désignant aussi les initiatives prises par les organisations de gauche et d’extrème gauche (ex. : « mobilisation en faveur des sans-papiers »).

MODERNISATION. Mot trompeur ; action conduite par le gouvernement pour faire évoluer la société et les institutions françaises conformément au modèle marchand anglo-saxon et en général en allant à l’encontre de la volonté nationale (trad. : mise au pas) ; voir aussi « Changement », « Réforme ».

MONDIAL. Terme marqueur du discours cosmopolite (voir aussi « Planète ») (trad. : international).

MONDIALISATION. Terme confus destiné à remplacer « capitalisme mondial » qui faisait vieux jeu mais qui désigne la même chose (trad. : capitalisme).

MORT. Mot tabou sauf si elle est spectaculaire (cf « une mort tragique »).

MOSAÏQUE. Mot marqueur du discours cosmopolite et destiné à valoriser le métissage culturel ou autre (trad. : cacophonie).

MOUVEMENTS SOCIAUX. Action de ceux qui, en s’arrêtant de travailler pour obtenir des avantages sociaux ou professionnels, obligent les autres à se déplacer à pied ou à voiture (trad. : grèves).

MUSÉE. Très à la mode et donne une bonne idée de la façon dont le Système conçoit la culture européenne : comme un objet mort mis en exposition (trad. : morgue).

MUSIQUE. Mot trompeur ; bruit habituellement fortement rythmé et associé à des paroles de sonorité anglaise, qui envahit l’espace privé et public et qui est destiné à empêcher les personnes de penser en silence et à les déculturer (trad. : brouillage).

• N •

NATION. Mot tabou ; construction réputée arbitraire, à la source de tous les maux de l’Europe et constituant un obstacle à l’efficacité totale du marché selon l’idéologie dominante (voir « Frontières »).

NATIONALITE. Formalité pour le moment encore nécessaire au sein de l’Union européenne à l’exercice de certains droits ou à l’accès à certaines professions ; depuis la loi Pleven de 1972 la préférence nationale est jugée discriminatoire (trad. : avantage, papiers).

NAUSEABOND. Mot sidérant en général associé à des propos critiques relatifs à des personnes issues de l’immigration ou d’origine juive ou bien concernant l’Etat d’Israël ; voir aussi : « Relents nauséabonds ».

NAZI. Incarnation moderne de Satan, en particulier sous sa forme « néo-nazi » ; sous sa forme groupusculaire le « néo-nazi » est très utile au système pour renforcer la législation liberticide

NEGATIONNISME. Mot sidérant pour « révisionnisme ». Note : l’élite au pouvoir qui pratique un révisionnisme permanent et culpabilisant à l’égard de l’histoire nationale engage pourtant une lutte résolue contre les révisionnistes.

NEGRE. Mot tabou sauf sous la plume d’un écrivain africain ou antillais.

NOIR. Mot tabou sauf si le locuteur est noir lui-même ; personne pauvre et ayant été discriminée par les Blancs ; on se doit de déplorer de ne pas en voir assez à la télévision ; dans les téléfilms les Noirs incarnent en général les bons, les médecins et les policiers (trad. : Noir). Note : les races n’existent pas, mais certains noirs se définissent comme tels et réclament la reconnaissance de leur « communauté » avec la création du CRAN (conseil représentatif des associations noires).

NOMADE. Qualificatif valorisant associé aux comportements d’essence cosmopolite (trad. : vagabond).

• O •

OBSERVATOIRE. Structure mise en place par les pouvoirs publics quand il ne peut empécher certaines choses ; il se borne alors à « observer » (ex. : « observatoire de la délinquance »).

OGM. « organismes génétiquement modifiés ». Expression sidérante. Les OGM sont réputés dangereux pour la santé pour la principale raison qu’on ne connaît pas leurs effets sur la santé ; ne pas confondre avec ONG (organisations non gouvernementales) qui, elles, sont toujours bénéfiques et doivent être respectées car elles concurrencent utilement les nations.

ORDRE. Mot tabou sauf s’il se prétend « mondial » (trad. : chaos).

OUTING. Manifestation publique de l’inclination homosexuelle ou de l’affiliation à la franc-maçonnerie d’un personnage politique et qui ne lui procure que des avantages médiatiques (trad. confession hypocrite)

OUVERTURE. Mot trompeur qui qualifie le ralliement au parti au pouvoir de personnes issues des partis politiques de gauche ou de la « société civile » ; l’ouverture ne se fait jamais à droite et on réclame en général « plus d’ouverture » (trad. : tromperie).

• P •

PAIX. Mot trompeur ; ce qu’est censée apporter l’Union européenne aux Européens voire aux autres peuples lorsqu’elle prétend s’interposer pour prévenir les conflits (ex. : « force de paix ») (trad. : soumission).

PARITÉ. Mot sidérant ; se dit quand on veut au moins la moitié de personnes de sexe féminin dans un groupe (trad. : féminisation). Voir « Femme ».

PARTAGE. Mot trompeur ; se dit de la bienveillance des institutions publiques à l’égard des immigrés (trad. : préférence étrangère) ; « partagé » : terme destiné à faire croire à la bienveillance d’une institution à l’égard de ceux qui ne bénéficient pas des services qu’elle rend (ex. : « Le progrès ne vaut que s’il est partagé », slogan de la SNCF) (trad. : réservé).

PARTENAIRE. Mot valorisant utilisé à la place d’associé ou de fournisseur, qui font trop mercantile.

PATRIE. Mot tabou car considéré comme trop connoté à droite depuis 1940. Note : « patrie » renvoie à « identité » et à « nation », deux concepts hautement suspects pour l’élite dirigeante ; dans les médias, le seul patriotisme autorisé est celui des Etats-Ubis et d’une façon générale des peuples qui ne sont pas européens.

PATRIMOINE. L’Establishment veut « changer la France » (cf. N. Sarkozy le 8 janvier 2008) mais prétend sauvegarder son patrimoine (trad. : apparences).

PAUVRE. Mot tabou ; personne non solvable donc inintéressante pour le Système, sauf si elle permet de faire appel à la générosité médiatisée. Note : on préfère le vocable plus sociologisant de « pauvreté » mot rarement employé : on préfère le vocable plus sociologisant de « pauvreté » (trad. : pauvre).

PEDAGOGIE. Mot trompeur ; l’élite dominante considère qu’il faut en faire quand elle rencontre une opposition ou une résistance qu’elle ne soupçonnait pas (trad. : propagande).

PEDOPHILE. Mot sidérant ; personnage qui sert de prétexte périodiquement à renforcer le contrôle policier de l’usage d’Internet (ex. : « un réseau pédophile démantelé »). Note : au cinéma les prêtres catholiques sont souvent pédophiles.

PEOPLE (prononcer pipole). Qualificatif un peu méprisant appliqué à la presse qui met en scène la vie privée de la nouvelle classe dirigeante, ce qui est censé intéresser le peuple.

PERPETUITE. Mot trompeur ; condamnation pénale permettant d’être libéré pour bonne conduite au bout d’un peu plus de temps que les autres.

PEUPLE. Mot tabou y compris à gauche ; en général ne s’écrit plus qu’au pluriel pour désigner ceux qui ne sont pas européens ; les peuples européens sont en effet réputés constituer un obstacle aux « réformes », à l’Union européenne et mal voter.

PEUR. Mot sidérant ; quand elles s’écrivent au pluriel, elles sont condamnables car elles expriment la « frilosité » des Français de souche devant la mondialisation ; pour l’Establishment, la seule peur légitime et obligatoire est celle du réchauffement climatique (trad. : dénonciation).

PHOBIES. Mot sidérant ; voir « Exclusion ».

PLANETE. Terme marqueur de tout discours cosmopolite (voir « Mondial »).

PLURIEL. Mot trompeur ; nouvelle qualité intrinsèque des choses pour l’élite dirigeante (ex. : « la France plurielle », « la majorité plurielle ») : terme voulant signifier que le manque d’homogénéité serait une qualité (trad. : carnavalesque).

POPULAIRE (cf « quartier populaire »). Terme trompeur qui désigne aujourd’hui les zones où la population est majoritairement d’origine immigrée (trad. : immigré) ; voir « Banlieue ».

POPULISME. Mot sidérant destiné à disqualifier la prise en compte des aspirations populaires lorsqu’elles vont à l’encontre de l’idéologie dominante (trad. : démocratie).

POLEMIQUE. Mot sidérant exclusivement employé lorsqu’un personnage politique fait une déclaration ou prend une initiative susceptible d’aller à l’encontre de l’idéologie dominante. On dit alors qu’il « suscite la polémique » ou « une levée de boucliers » ; lorsque cette personne appartient à la droite de conviction on dit « tollé » ; de même « controverse », « réactions ».

POUTINE. Second grand Satan derrière Ben Laden ; présenté comme une nouvelle incarnation de Staline car il prétend résister au nouvel ordre mondial Note : le Staline d’après 1948 seulement. En général, on ne dit pas le « président » Poutine.

PRAGMATISME. Mot trompeur ; qualité valorisée par le Système car censée caractériser l’esprit anglo-saxon ; tend à valoriser le comportement de l’élite dirigeante quand elle ne respecte pas les règles qu’elle impose au reste de la société (trad. : hypocrisie).

PRECAUTION (PRINCIPE DE). Doit s’appliquer en tout sous le contrôle vigilant de la justice, sauf en matière de peuplement (trad. : pusillanimité).

PREFERENCES SEXUELLES. Terme trompeur ayant pour finalité de banaliser l’homosexualité ; de même « orientation sexuelle » (trad. : homosexualité).

PREMIER. Terme subliminal destiné à remplacer et à valoriser celui de « primitif » (ex. : « Musée des arts premiers ») (trad. : primitif).

PROBLEME. Terme passe-partout qui sert à donner la posture de l’expert à celui qui l’utilise.

PROPRE. Se dit d’un dispositif censé limiter les rejets d’émissions toxiques dans l’atmosphère (ex. : « voiture propre ») (trad. : argument publicitaire). Voir aussi « douces »

PROXIMITE (cf. « juge de proximité », « police de proximité »). Elle est réputée curieusement tout résoudre pour ceux qui font profession de foi mondialiste.

• Q •

QUARTIER. Doit être « sensible » sinon n’intéresse pas ; voir « Banlieue ».

QUOTIDIEN (cf. « le quotidien des Français »). Trad. : les conditions de vie.

• R •

RACE. Mot tabou ; les races n’existent pas et prétendre le contraire expose à des poursuites judiciaires ; on peut à la rigueur employer le mot « ethnie », « interethnique » ou « communauté » mais avec prudence et si possible toujours au pluriel (ex. : « les violences interethniques au Keny ») (trad. autorisée : ethnie). Note : pour ne pas utiliser le mot race les médias ont recours à des formulations alambiquées, ex. : « les violences politico-ethniques au kenya », « Les Echos » du 26/02/08.

RACISTE. Mot sidérant ayant changé de sens ; au siècle précédent : personne affirmant en général la supériorité d’une race (la sienne) par rapport aux autres ; aujourd’hui : personne affirmant que les races humaines existent (trad. : observateur).

RACISME. Voir « Xénophobie ».

REFORMES. Mot trompeur ; principale activité de la classe politique consistant à essayer de modifier les sociétés européennes dans le sens conforme à l’idéologie dominante et non pas conformément aux attentes des citoyens (trad. : bouleversements) Voir aussi « Rupture » et « Changement ».

REFUGIE. Mot trompeur ; étranger réclamant et en général obtenant le droit de s’installer en France au motif de l’instabilité politique de son pays d’origine (trad. : immigrant fin connaisseur de notre droit).

REGULARISATION. Acte par lequel la personne publique donne des droits à ceux dont elle n’a pu empêcher l’entrée sur le territoire ou l’activité illégale (trad. : encouragement).

RELIGION. Mot employé de préférence au pluriel et sans déterminant particulier pour bien marquer que l’Europe « ne doit pas être un club chrétien » (J. Attali). Voir aussi l’expression « le retour du religieux » qui remplit la même fonction.

RESSOURCE HUMAINE. Le mot « ressource » est révélateur de l’estime portée à la personne humaine par le Système marchand (trad. : personnel).

RESPECT. Mot trompeur repris du langage des banlieues ; les « jeunes » voulant qu’on leur témoigne du respect (trad. : soumission). « Respect de l’autre » : nouvel impératif moral de l’Establishment signifiant qu’il convient prioritairement de ne se préoccuper ni de ses proches ni de ses concitoyens (trad. : xénophilie, soumission).

REPENTANCE. Mot sidérant ; déformation du repentir car elle consiste à faire repentance pour des fautes que l’on n’a pas commises (voir « Mémoire ») (trad. : rééducation).

REPROBATION, REPROBATION UNANIME. Mot sidérant destiné à suggérer que celui qui tient des propos ou qui agit à contresens de l’idéologie dominante suscite la réprobation de la majorité du peuple français, alors qu’il ne suscite que celle de l’élite dirigeante. Voir aussi « Polémique » et « Tollé »

RESPONSABLE. Mot trompeur destiné à valoriser les comportements conformes aux attentes de l’Establishment (cf. « éco-responsable ») ; voir « Citoyen ».

RICHES. Mot tabou sauf dans la presse « people ».

RISQUE (cf. « risques majeurs »). L’élite dirigeante aime à dire qu’elle se préoccupe de les prévenir (voir « Précaution ») et donc qu’elle sait gouverner et prévoir.

ROM. Trad. : Romanichel.

RUPTURE. Mot trompeur car utilisé par toutes les familles politiques (cf. « rupture avec le capitalisme », « rupture avec le socialisme ») ; désigne aujourd’hui l’action visant à détruire les défenses immunitaires de la société contre la domination du marché et du cosmopolitisme.

RUSSIE. Mot sidérant ; sorte d’enfer mafieux toujours opposé au paradis libéral de la société multiraciale et mondialisée. Dans les films, les Russes (si possible d’extrême droite) incarnent de plus en plus souvent les méchants.

• S •

SANS ABRI, SANS DOMICILE FIXE. Personnes n’ayant plus leur place dans le Système, sinon périodiquement comme faire-valoir de la classe médiatique ; n’intéressent que s’ils ne sont pas d’origine européenne (trad. : miséreux).

SANS PAPIERS. Néologisme trompeur désignant un étranger ayant franchi irrégulièrement les frontières de l’Union européenne et obtenant de ce fait même le droit aux prestations sociales et à un titre de séjour par le pays d’accueil à l’issue de quelques manifestations médiatisées et de durée variable (trad. : parasite). Note : On ne dit pas encore « Sans argent » pour désigner un voleur.

SECURITE. Mot trompeur ; prétexte à une réduction permanente des libertés des citoyens (trad. : surveillance). Note : « pour votre sécurité » est aussi devenue l’explication passe-partout à tous les dysfonctionnements liés à des travaux.

SENIORS. Personnes âgées et qui ne veulent pas le reconnaître (trad. : âgé).

SENSIBLE. Mot trompeur ; se dit d’une zone d’habitation comprenant une majorité de résidents issus de l’immigration ; voir « Banlieue » (trad. : étranger).

SENSIBILITÉS. Mot trompeur s’écrivant en général au pluriel (ex. : « les différentes sensibilités associatives et politiques ») ; l’Establishment veut en tenir le plus grand compte sauf si elles sont discordantes par rapport à l’idéologie dominante (trad. : les opinions et tendances de gauche).

SIDA. Maladie suscitant une mobilisation permanente des pouvoirs publics et des médias car en Europe elle touche prioritairement les Africains et les homosexuels.

SIECLE. Club influent au sein de l’Etablishment dont les médias ne parlent jamais (« le Siècle »).

SOCIAL. Mot trompeur, qualifiant des comportements qui ont souvent pour effet de créer des difficultés d’existence pour certaines catégories de la population (ex « plan social » = plan de licenciement

SOCIETE CIVILE. Mot trompeur ; qualifie les représentants autoproclamés de groupes qui prétendent parler au nom du peuple français mais sans l’onction de son suffrage (trad. : groupes de pression).

SOLDES. Grande fête populaire dédiée à la Consommation qui succède habituellement au Nouvel An et qui conduit des gens à acheter avec enthousiasme des produits souvent de mauvaise qualité mais réputés « moins chers » (trad. : arnaque).

SOLIDARITE, SOLIDAIRE. Mot trompeur ; prétexte à agitation médiatique et en général à de nouveaux prélèvements, grâce à la mise en scène de « victimes » « emblématiques ».

SOMBRE. Mot sidérant (cf. « les heures sombres de notre histoire ») ; se dit principalement de la période historique qui s’étend, selon les pays, de 1933 à 1945 et en France de 1940 à 1945, par opposition aux heures lumineuses que nous vivons aujourd’hui ; par extension, désigne toute période de l’histoire européenne que l’élite au pouvoir décide de condamner (ex. : « L’aventure coloniale a été en son principe une page sombre de notre histoire », Bernard-Henri Lévy dans « Le Point » du 8/12/05).

SOUVERAINETE. Mot tabou et de plus en plus incorrect pour l’élite dirigeante qui considère que seuls les marchés exercent une souveraineté légitime (ex. : « les fonds souverains »). Voir « Indépendance ».

SPORT. Activité encouragée par l’élite dirigeante car elle permet de tenter de canaliser l’énergie de la jeunesse, parce qu’elle est devenue un commerce et enfin parce qu’elle est présentée comme un modèle « d’intégration », seule activité où la passion nationale est licite (trad. : spectacle).

STEREOTYPES. L’élite dirigeante aime dénoncer les stéréotypes (par exemple sexistes) que véhiculerait notre culture ; mais c’est pour imposer finalement ses propres stéréotypes par exemple dans le cinéma ( ex : valorisation de la femme dominante et libérée, valorisation de l’homme blanc homosexuel, dévalorisation du mariage, valorisation du métissage, de l’homme de couleur tolérant et victime du méchant blanc raciste et borné, dévalorisation du prêtre pédophile, opposition entre le héros viril américain, et le méchant russe ou le méchant chinois, le gentil musulman et le méchant terroriste )

STIGMATISER. Mot sidérant ; comportement, sanctionné par les tribunaux, attribué à un Français de souche quand il désigne une personne appartenant à une autre communauté ayant commis des délits (trad. : désigner). Voir aussi « Bouc émissaire ».

SUBSIDIARITE. Mot subliminal utilisé au sein de l’Union européenne pour faire comprendre que les Etats n’exercent plus que des compétences résiduelles (trad. : abandon).

SUPER. Adjectif imprécis à la mode destiné à valoriser artificiellement certaines personnes ou certaines choses (son contraire est « nul »).

SYSTEME. Mot tabou car il désigne justement la nouvelle répartition des pouvoirs intervenue au sein des sociétés occidentales depuis la chute de l’Union soviétique (trad. : oligarchie).

• T •

TCHETCHENES. Mot trompeur ; présentés par les médias avant tout comme des « séparatistes » sans préciser en général qu’ils sont musulmans et se réclament souvent d’Al Quaïda (trad. : terroristes).

TECHNOLOGIES. Elles doivent être « nouvelles » pour intéresser.

TELEVISION (« télé »). Système de conditionnement de la population et destiné à vendre de la publicité et à réduire le temps libre des individus (trad. : chaînes).

TENTATION. Mot sidérant souvent associé à « protectionniste » et d’une façon générale à des comportements ou des paroles allant à l’encontre de l’idéologie dominante ; la référence subliminale au concept chrétien de tentation est destinée à suggérer le caractère diabolique et pervers de la démarche (trad. : solution).

TERRORISME. Il faut le « condamner fermement » ; désigne les violences et les attentats commis par les islamistes contre les Etats-Unis, les pays occidentaux et leurs alliés ; en revanche, lorsqu’elles sont commises en Russie elles sont compréhensibles et ce sont les forces de l’ordre qu’il faut condamner.

TESTING. Mot trompeur ; procédé par lequel les associations dites « antiracistes » s’efforcent de démontrer que des discriminations ont lieu et sont le fait des Français de souche ; le testing est désormais reconnu au rang de preuve par la HALDE (trad. : provocation). Note : aucun testing n’est organisé dans les banlieues dites « sensibles ».

TOLERANCE. Mot trompeur ; vertu affichée par le Système, sauf à l’égard de ceux qui contestent sa domination, et qui vise à encourager les comportements destructeurs des valeurs de la société traditionnelle (trad. : laxisme, encouragement).

TOLLÉ. Voir « Polémique ».

TRANSATLANTIQUE. Mot trompeur ; se dit des relations inégales entre l’Europe et les Etats-Unis (« liens transatlantiques ») (trad. : sujétion).

TRANSPARENCE. Qualité revendiquée par un nombre croissant d’organisations et censée être une composante de la démocratie : une activité transparente est en réalité une activité qui fournit aux « marchés » toute l’information, notamment financière, qu’ils demandent pour faire des bénéfices à coup sûr.

TRAVAILLEUR. Mot employé périodiquement par Mme Laguiller lors des élections présidentielles mais qui a changé de sens : au XXe siècle désignait une condition réputée servile ; aujourd’hui désigne plutôt une situation enviée surtout si le travailleur bénéficie d’un contrat à durée indéterminée. « Travailleur immigré » : expression trompeuse car l’essentiel de l’immigration est familiale et non liée au travail.

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES . Expression employée lorsqu’une personne issue de l’immigration ou d’une confession autre que catholique commet des délits : elle est alors présentée comme relevant de « troubles psychologiques » ce qui permet d’inférer que son comportement est anormal et ne correspond pas à la norme du groupe correspondant. Voir aussi « Fragile psychologiquement » et « Déséquilibré »

TSUNAMI. Raz de marée mais en plus savant ; constitue la preuve que le climat se réchauffe et pour la classe médiatique une excellente « information ».

TURQUIE. Pays laïc (voir « Laïcité »), moderne, européen, membre de l’OTAN et que les Etats-Unis souhaiteraient faire entrer dans l’Union européenne ; prétendre le contraire vous exclut de l’élite dirigeante.

• U •

ULTRANATIONALISTE. Terme sidérant pour désigner les mouvements populistes d’Europe orientale et de Russie (trad. : patriote).

UNION EUROPEENNE. Expression trompeuse ; espace sans frontières déterminé uniquement par l’adhésion de ses membres aux « valeurs » du marché, de l’atlantisme et des droits de l’homme et destiné à s’étendre toujours plus (trad. : zone).

• V •

VALEURS. Mot trompeur ; idéologie dominante qui cherche à faire croire qu’il serait illicite de la contester (trad. : idéologie).

VELO. Moyen de transport urbain extrêmement moderne, en général préconisé au nom du développement durable par ceux qui disposent par ailleurs de voitures avec chauffeurs ou qui ne travaillent pas

VICTIME. Personne éminente qui sert de prétexte au renforcement de l’Etat-providence et aux réglementations, à la condition qu’elle soit organisée en groupe et médiatisée.

VILLE, POLITIQUE DE LA VILLE. Concentration de prestations sociales et de financements et de transferts publics au bénéfice de personnes d’origine immigrée et désignées « défavorisées » par antiphrase.

VOILE. Symbole d’émancipation de la femme dans les cités (trad. : je t’impose ma religion).

VIOLENCES. Néologisme trompeur ; s’écrit en général au pluriel et est souvent associé à un qualificatif (ex. : « violences urbaines », « violences conjugales ») ; sert à masquer l’identité des responsables de ces agissements en présentant les faits incriminés comme des sortes de fatalités sociologiques ; « violence routière » : terme inventé pour diluer les statistiques de l’insécurité en mélangeant contraventions, crimes et délits.

VOITURE. Il est « traditionnel » en France de brûler les voitures le soir du Réveillon selon les médias.

VOLONTE, VOULOIR. Mot trompeur : la volition occupe une place importante dans le discours de N. Sarkozy (ex. : « je veux ceci ou cela pour la France ») mais a la même signification que la promesse électorale : elle n’engage que son auditeur (trad. : intention).

• W X Y Z •

WALKMAN. Système inventé pour que les individus ne puissent pas échapper à la « musique » ni aux « informations » (trad. : baladeur).

XENOPHOBIE (voir « Racisme »). Mot sidérant ; ne s’emploie qu’à l’encontre des Français d’origine européenne et de religion chrétienne qui entendent protéger leur identité ou leurs préférences (trad. : identité) ; les agissements comparables des autres groupes sont qualifiés au pire de « communautarisme ».

ZOE (ARCHE DE). Association dont la vocation est d’importer en France des enfants africains ; ses démêlés avec la justice tchadienne a mobilisé l’attention du président de la République et des médias.

Michel Geoffroy
24/05/08
© Polémia

Mise à jour janvier 2009 :

• A •
AFRICAIN. Mot sidérant : homme pauvre qui vit originellement en Afrique. Note :
Selon l’idéologie dominante un Africain immigrant en Europe devient, grâce à
l’éducation et à la démocratie de marché, un Européen auquel il est par nature
égal sinon supérieur ; à noter que les Sud-Africains d’origine européenne n’ont
jamais été considérés comme des « Africains » par l’idéologie dominante.

ALBUM. Mot marqueur : enregistrement de chansons et de « musique » réalisé par un personnage célébré par le Système médiatique (trad. : disque).

ALERTE. Mot marqueur : le Système aime multiplier et médiatiser les dispositifs
d’alerte (ex. : « alerte canicule », « alerte grand froid », « alerte orange ») ; mais en général c’est justement après que les pouvoirs publics se sont révélés
incapables de maîtriser la situation correspondante.

ALLIÉ. Mot trompeur ayant changé de sens : ne signifie pas une alliance entre
partenaires égaux mais plutôt une relation de dépendance (trad. : satellite,
tributaire). Ex. : « La France est l’alliée des Etats-Unis » (trad. : le
gouvernement est subordonné stratégiquement aux Etats-Unis ; on parle
d’ailleurs aussi de « liens transatlantiques »).

AMBITION. Mot subliminal employé dans les médias pour valoriser les
déclarations d’intention du président de la République, du gouvernement ou d’un
ministre (trad. : promesse, discours).

AMOUR. Mot sidérant très employé dans les chansons et dans les
rassemblements de jeunes catholiques (« love ») et censé tout résoudre (trad. :
niaiserie). Voir aussi « dialogue ».

ANGLAIS. Mot marqueur : langue des dominants. Note : Il est de bon ton de
ponctuer son discours d’anglicismes, voire d’expressions purement anglaises
(trad. : jargon) ou d’affirmer que l’anglais devrait être notre seconde langue
maternelle.

ANTISÉMITE. Mot trompeur : aujourd’hui peut désigner (selon les tribunaux)
toute personne critiquant une personne de religion ou d’origine juive, l’Etat
d’Israël ou bien toute personne désignant l’identité juive d’une autre, à la
condition qu’elle soit française de souche. Note : Les propos, écrits et
comportements antisémites sont punis sévèrement par la loi ; cette sévérité est
bien moindre cependant si leur auteur est d’origine immigrée et de confession
musulmane.

ARCHAÏSME. Mot marqueur utilisé par l’élite dirigeante pour désigner l’identité
nationale, s’écrivant en général au pluriel (trad. : tradition).

ARGENTIER. Mot trompeur : nom donné aux responsables de l’économie, des
finances publiques et des banques centrales ou privées dans les médias
lorsqu’une crise est en cours, sans doute pour rassurer ; souvent les argentiers
se rassemblent en effet « au chevet » de quelque chose.

ART MODERNE, ART CONTEMPORAIN. Mot trompeur : théorie artistique inventée
pour l’essentiel à la fin du XIXe et au tout début du XXe siècle et qui n’a donc
rien de vraiment moderne ni de contemporain (trad. : académisme, art officiel).

ASSAINIR. Mot subliminal : employé lorsqu’un homme politique, suspect d’avoir
« pactisé » avec la droite de conviction, est battu lors d’une élection ; ses
ennemis prétendent alors avoir « assaini » la vie politique (trad. : mettre au
pas). Voir aussi « pactiser ».

ATTAQUER (S’) A. Expression subliminale destinée à suggérer une martiale
résolution (en général on « s’attaque à » des réformes) (trad. : envisager).

AUTRE. Voir « respect ».

AVANCÉE : Mot marqueur s’écrivant en général au pluriel ; une avancée signifie
une nouvelle mise en oeuvre de l’idéologie dominante ou une réponse à une
revendication syndicale (« avancée sociale ») (trad. : capitulation).

• B •

BANALISATION. Mot subliminal : en général on se doit de la « refuser » dès lors
qu’il s’agit de comportements ou d’idées qui vont à l’encontre de l’idéologie
dominante ; le terme banalisation suggère en effet que ceux-là ont un caractère
de contravention, sinon criminel.

BANLIEUE, BANLIEUE SENSIBLE. Mot trompeur : zones où la population d’origine
immigrée ou africaine est majoritaire (trad. : zone de résidence d’immigrants) ;
voir aussi « populaire ».

BATAILLE. Mot subliminal destiné à valoriser l’action pourtant souvent sans
risques du personnel politique (ex. : « S. Royal se lance dans la bataille des
élections ») ; voir aussi « bataille pour », « à l’assaut » ou « se battre pour »
(trad. : métier).

BEUR (BEURETTE au féminin). Mot marqueur traduisant la réalité de
« l’intégration » des immigrés d’origine maghrébine qui se désignent d’abord par
leur ethnie et non par leur nationalité (trad. : d’origine nord-africaine, Nord-
Africain).

BLACK. Mot marqueur utilisé à la place de « Noir » par référence aux Noirs
américains – qui s’intitulent, eux, des Afro-Américains (trad. : Noir) ; on ne
connaît pas le féminin de cette expression.

BLOND, BLONDE. Qualificatif subliminal dévalorisant aux yeux de la nouvelle
classe dominante, qui préfère les Noirs et les métis ; curieusement les histoires
anti-blondes ne gênent pas les féministes ni les antiracistes professionnels.

BOUC ÉMISSAIRE. Concept marqueur par lequel l’élite dirigeante s’efforce de
masquer l’identité des personnes qui commettent le plus souvent des crimes et
des délits, à la condition, bien sûr, que celles-ci ne soient pas d’origine
européenne ni de religion catholique : lorsqu’un crime est commis par l’une de
ces personnes, l’élite dirigeante s’empresse d’affirmer qu’il ne faut pas traiter la
catégorie de population dont elle est issue en « bouc émissaire » . Voir aussi
« stigmatiser ».

BOUGER (ou FAIRE BOUGER). Verbe marqueur par lequel la classe dirigeante
valorise tout ce qui peut ébranler la société traditionnelle et ses normes (trad. :
perturber). Voir aussi « changement », « rupture » et « bousculer ».

BOUSCULER. Verbe marqueur : l’élite dirigeante aime à dire qu’elle « bouscule »
les tabous ; il s’agit bien évidemment de ceux des autres car pour les siens
(présentés alors comme des « valeurs ») elle se veut intraitable (trad. :
détruire).

BRANCHÉ. Mot marqueur : initialement « pendu aux branches », il signifie
aujourd’hui conforme à l’idéologie cosmopolite et marchande et grand utilisateur
des « nouvelles technologies ». Voir aussi « câblé » (trad. : conformiste).

BRAS DE FER. Terme subliminal destiné à faire croire à la détermination et à
l’effort de ceux qui sont censés s’y livrer (trad. : débat) ; (cf. « sécurité :
Sarkozy engage un bras de fer avec la gauche », titre du « Figaro » du 25/2/08).

BRAS DROIT. Mot subliminal employé pour désigner les adjoints directs des
responsables des partis politiques que le Système veut diaboliser ; destiné à
suggérer que ceux-ci adoptent des comportements de gangsters.

• C •

CADEAU. Mot trompeur en général associé à une démarche commerciale et
destiné à inciter à acheter en contrepartie d’un prétendu cadeau ; voir aussi
« gratuit ».

CALME. Mot trompeur : se dit d’un Réveillon 2007 où l’on n’incendie « que » 878
véhicules (trad. : violent).

CAPITALISME. Mot tabou à « gauche » comme à « droite » ; voir aussi
« mondialisation » et « travailleur ».

CARITATIF. Mot trompeur : adjectif appliqué à la charité, qui ne se préoccupe
pas au sens propre du prochain s’il est européen mais des « autres » à la
condition qu’ils résident loin de notre continent (trad. : indifférent).

CHANGEMENT. Mot trompeur car initialement connoté à gauche (cf.
« changement de société ») et aujourd’hui repris par l’élite dirigeante pour
signifier son intention de mettre fin à l’identité française. Voir « rupture » et
« bouger » (trad. : défigurer).

CHANTIER (si possible « GRAND »). Mot subliminal destiné à valoriser l’action du
gouvernement en place mais exprimant souvent la réalité ; il traduit un effet
d’annonce et en général des actions inabouties (= laissées en chantier) (ex. :
« Le premier ministre ouvre le chantier de la réforme des retraites ») (trad. :
projet).

CHARGE. Mot subliminal : utilisé dans son sens militaire, pour suggérer que le
personnel politique fait preuve de détermination et de courage (ex. : « à la
charge », « sonne la charge contre ») (trad. : agitation).

CHAT (prononcer TCHAT’). Mot marqueur s’utilisant lorsqu’un responsable entend
« dialoguer » avec la France d’en bas via Internet (trad. : conversation, dialogue
en ligne).

CHOIX (« c’est mon CHOIX »). Mot trompeur : manifestation d’hédonisme
encouragée et canalisée par le Système car ce « choix » ne s’exerce jamais en
faveur d’actions à caractère collectif. Voir aussi « liberté » (trad. : caprice).

CITOYEN. Mot trompeur : ce substantif, devenu adjectif, caractérise ce qui se
conforme à l’idéologie dominante (ex. : trier ses déchets est un « comportement
citoyen ») (trad. : moutonnier, docile).

CLASSE. Mot tabou car décrivant le fait que l’oligarchie s’est constituée en
véritable classe sociale coupée du reste de la population autochtone.

CLIENT. Mot trompeur : autrefois personne redevable à un personnage puissant ;
aujourd’hui, personne censée être en position de force au sein du marché (« le
client est roi ») ; ce terme est de plus en plus employé dans la sphère publique
et traduit la progression de l’idéologie marchande dans la fonction souveraine.

COCHON (Soupe au). Mot tabou et menace contre l’ordre public et
discriminatoire quand elle est destinée aux pauvres, pour certains préfets (trad.
porc). Note : Pour éviter toute difficulté avec certaines communautés les
compagnies aériennes européennes sont de plus en plus nombreuses à imposer
des repas « garantis sans porc ».

COLONIALISME. Mot sidérant : système « injuste, contraire aux trois mots
fondateurs de notre République » (N. Sarkozy le 3/12/07) et cause de tous les
échecs et malheurs des ex-pays coloniaux, principalement en Afrique ; crime
lorsque le colon est européen uniquement (trad. : colonisation, civilisation).
Note : Affirmer que l’Europe serait en voie de colonisation est passible de
poursuites judiciaires.

COMMUNAUTARISME. Mot trompeur destiné à traduire le fait que les populations
d’origine immigrée conservent leurs particularités et leurs préférences culturelles
ou ethniques, à contre-courant de l’idéologie « antiraciste » qui prétend ne voir
que des individus égaux et interchangeables et qui refuse les identités. Le
communautarisme est donc périodiquement décrié par l’élite dirigeante tout en
étant par la force des choses (c’est-à-dire par la dynamique démographique de
l’immigration) reconnu sinon encouragé. Voir « racisme » et « intégration »
(trad. : ethnie, identité).

COMMUNICATION. Mot marqueur : activité principale des hommes politiques qui
se mettent d’autant plus en scène qu’ils ont moins de prise sur la réalité (trad. :
spectacle). Voir aussi « pédagogie ».

COMMUNISTE. Mot progressivement tabou car entré en désuétude en Europe ;
mais un communiste est toujours une personne fréquentable pour l’élite
dirigeante, en particulier si elle permet un fructueux commerce comme en Chine
ou à Cuba.

COMPRÉHENSION. Mot trompeur : la compréhension est requise des usagers
lorsqu’un service, en général public, fonctionne mal, ce qui permet de le
dispenser de présenter des excuses (trad. : résignation).

CONCERTATION. Mot marqueur un peu moins à la mode que dans les années
1970 ; remplacé par « dialogue », qui se veut plus participatif (trad. :
pourparlers).

CONDAMNER. Mot trompeur : en général associé à « fermement » ; se dit quand
le pouvoir est impuissant à empêcher certains agissements : il les condamne a
posteriori d’autant plus fermement qu’il reste sur le mode virtuel (trad. :
incantation).

CONFUSION. Mot marqueur utilisé par les médias quand ceux-ci n’osent pas
caractériser les événements qu’ils décrivent (ex. : « la confusion règne toujours
à Conakry », « Le Monde » du 25 décembre 2008).

CONSERVATEUR. Mot sidérant destiné à dévaloriser une personne qui va à
l’encontre de l’idéologie dominante (ex. : un « prêtre conservateur »).

CONSTRUCTION EUROPÉENNE. Mot trompeur : c’est la mise en oeuvre de
l’idéologie libre-échangiste et cosmopolite par les institutions de l’Union
européenne contre la volonté de peuples autochtones (trad. : enterrement de
l’Europe).

COURAGE. Mot trompeur : on dit qu’un homme politique dit « de droite » en fait
preuve lorsqu’il se rallie bruyamment à l’idéologie dominante (en général sur les
questions de société) alors qu’il ne retire que des avantages de cette posture
(trad. : conversion).

CRIME. Mot parfois tabou : sa nature et sa gravité varient en effet, en application
de la législation dite « antiraciste », en fonction de l’identité de l’auteur et de la
victime ; ainsi un « crime raciste » est nécessairement commis par un Français
de souche ; un immigré ou un Français d’origine immigrée ne provoque que des
« drames » ou ne commet que des « violences » (trad. : crime). Voir aussi
« déséquilibré ».

CULTURE. Mot trompeur : activités subventionnées par les collectivités publiques
et incomprises par la majorité des Français quand elles relèvent de l’art
cosmopolite déraciné (trad. : ahurissement).

• D •

DÉDIÉ. Terme marqueur d’origine religieuse employé aujourd’hui à tout propos
lorsqu’une personne ou une institution se consacre à quelque chose, pour
suggérer sans doute qu’elle le fait avec dévouement et pour le bien de tous
(trad. : chargé de).

DÉFAVORISÉ. Mot trompeur signifiant issu de l’immigration ; cf. « quartier
défavorisé » bénéficiant en général d’aides et de prestations publiques
préférentielles dans le cadre de la « politique de la Ville » ou de la « diversité »
(trad. : étranger, subventionné).

DÉGÉNÉRER. Mot subliminal employé de préférence lorsque des violences sont
commises par des personnes issues de l’immigration ou de religion musulmane,
pour suggérer que finalement telle n’était pas leur intention initiale et donc
presque les excuser (ex. : « le conflit pour le contrôle d’une mosquée de Nîmes
dégénère en fusillade », « Le Monde » du 21 février 2008) (trad. : déboucher
sur).

DÉNONCER. Mot subliminal : on se doit de « dénoncer » les propos et actes
allant à l’encontre de l’idéologie dominante, comme on dénoncerait un délit.

DÉRAPAGE. Mot sidérant : caractérise des propos qui vont à l’encontre de
l’idéologie dominante (« dérapage verbal ») ; voir aussi « polémique » (trad :
propos).

DÉRÉGULATION. Mot marqueur désormais connoté positivement au sein de
l’Union européenne et destiné à traduire le fait que le domaine du marché ne
cesse de s’étendre aux dépens de la souveraineté politique (trad. : chaos). Voir
aussi « ordre ».

DÉRIVE. Mot subliminal s’employant souvent au pluriel comme synonyme de
« dérapage » avec le même sens mais plus atténué.

DÉSÉQUILIBRÉ. Qualificatif subliminal et lénifiant employé lorsqu’un crime est
commis par une personne d’origine immigrée : pour l’idéologie dominante et
« antiraciste » par construction, en effet un criminel d’origine immigrée ne peutêtre
dans son état normal ; voir aussi « crime » et « troubles » (trad. :
délinquant).

DÉTERMINATION. Mot subliminal destiné à suggérer le volontarisme présumé du
gouvernement ou du président de la République. Voir « volonté » ; en général
consiste en déclarations non suivies d’effets concrets (trad. : intentions, paroles).

DÉVELOPPEMENT DURABLE. Mot marqueur : mesures coercitives préconisées par
les gouvernements occidentaux au nom de la préservation de la planète (trad. :
prohibition).

DIALOGUE. Mot trompeur signifiant en général l’acceptation des arguments
d’autrui (ex. : « dialogue inter-religieux ») et non la confrontation des points de
vue (trad. : affaiblissement). Voir « concertation ».

DISCRIMINATION POSITIVE. Expression trompeuse car n’a rien de positif :
désigne la discrimination à l’encontre des Français d’origine européenne (trad. :
privilège, domination). Note : Les « discriminations » sont toutes réputées
inacceptables sauf la discrimination par l’argent, qui est hautement morale pour
le Système.

DIVERSITÉ (Favoriser la). Mot trompeur : favoriser le recrutement ou la
présence de personnes de couleur ou bien issues de l’immigration ou encore de
celles qui ont des parents immigrés (trad. : système des castes).

DOUCE. Se conjugue en général au pluriel (ex. : « circulations douces »,
« énergies douces ») : mot marqueur destiné à valoriser des processus qui sont
réputés peu consommateurs d’énergies fossiles mais qui sont de moindre
rendement et qui exigent donc en général une plus grande dépense d’énergie
humaine (trad. : rétrograde). Voir aussi « propre » (qui se dit plutôt au
singulier).

DROITS DE L’HOMME. Expression trompeuse : doctrine au nom de laquelle il est
porté atteinte aujourd’hui à la souveraineté des peuples et aux droits des
citoyens, à l’encontre de la tradition républicaine (trad. : xénophilie).

DROITS SOCIAUX. Mot trompeur car ce sont en réalité des droits créances
revendiqués par certains groupes à l’encontre de la majorité de la population
(trad. : privilèges).

DROITE, GAUCHE. Termes trompeurs ayant perdu toute pertinence à la fin du
XXe siècle depuis que la gauche socialiste et communiste s’est ralliée à
l’économie de marché et que la droite a adopté l’idéologie égalitaire et
cosmopolite des socialistes. Ne désigne plus que des itinéraires personnels et des
ancrages locaux différents (trad. : partis au pouvoir).

DURABLE. Qualificatif marqueur destiné à vanter la qualité d’un produit ou d’une
action censée préserver la liberté de choix des générations futures auxquelles on
ne donne pas naissance (trad. : soutenable). Voir « développement durable ».

• E •

ÉCHAUFFOURÉES. Mot marqueur : se dit des violences commises, en général en
groupe, par des personnes issues de l’immigration à l’encontre des forces de
police (ex : « Echauffourées entre jeunes et policiers à Trappes », « Le Monde »
du 28/02/08). Note : On dit aussi « affrontements » (trad. : agressions).

EFFORT. Mot trompeur : présentation valorisante de l’action du pouvoir alors que
souvent les vrais efforts sont en réalité réclamés des citoyens ou des usagers ;
ex. : le gouvernement promet de « ne pas relâcher l’effort sur les réformes »
(trad. : sacrifices).

ÉGALITÉ. Mot trompeur : ne désigne plus l’égalité juridique des personnes ni
l’égalité des revenus mais celle des comportements sociaux et des ethnies
réduites à une question de parité statistique (qui menace moins l’élite au pouvoir
que la remise en cause du pouvoir économique) (trad. : égalisation).

EMBELLIE. Mot subliminal en général associé à la publication de résultats et de
statistiques que l’on veut présenter comme favorables à l’élite dirigeante et à sa
politique (ex. : « embellie du chômage ») (trad : flou).

EMBLÉMATIQUE. Mot marqueur : très employé par l’élite dirigeante pour donner
du relief à une action ou une déclaration qui n’en a pas forcément (trad. :
notable).

ÉMEUTES. Mot marqueur : en général écrit au pluriel et associé à la nuit (ex. :
« nuit d’émeutes à Villiers-le-Bel). Note : C’est sans doute parce que la nuit ne
permet pas de bien distinguer la couleur des émeutiers que les médias montrent
surtout des émeutiers blancs (trad. : insurrection). Voir aussi « échauffourées ».

ÉMOTION. Mot sidérant : s’emploie lorsqu’un homme politique fait une
déclaration ou engage une action allant à l’encontre de l’idéologie dominante ; on
dit alors qu’il suscite « l’émotion » sans doute pour suggérer qu’il a perdu le
monopole du coeur. Voir aussi « polémique » et « tollé ».

ENNEMI. Mot tabou pour l’élite dirigeante qui prétend avoir mis fin aux guerres
car elle a détruit les frontières, et qui professe l’amour des « autres » ; seuls le
« terrorisme » et d’une façon générale tous les « ismes » sont désignés à la
vindicte du Système.

ENTREPRISE. Mot marqueur : aujourd’hui valorisé (ex. : « les créateurs de
richesses ») et la principale préoccupation affichée des pouvoirs publics surtout si
elles sont petites (trad. : patronat).

ÉQUIPE. Mot marqueur destiné à suggérer que tous les collaborateurs sont sur
un pied d’égalité et agissent de concert (ex. : « équipe commerciale »).

ÉQUITABLE (cf. « commerce équitable »). Mot sidérant destiné à inciter les
consommateurs européens à acheter des produits censés favoriser les petits
commerçants et producteurs d’Amérique du Sud et d’Afrique ; à noter que pour
l’élite dirigeante il est inéquitable de préconiser « d’acheter français » (trad. :
plus cher).

ESPACE (cf. « Espace culturel » ou « Espace de vie « ). Mot marqueur : zone en
général effectivement peu fréquentée par les Français d’en bas, dès lors que les
artistes prétendent y faire de l’art ou de la culture (trad. : zone).

ESTABLISHMENT. Mot tabou, sauf par la droite nationale, pour désigner la
nouvelle classe au pouvoir dans les sociétés occidentales depuis la chute de
l’Union soviétique (trad. : caste dirigeante, établissement).

ÉTAT DE DROIT. Mot trompeur : soumission de la volonté nationale à la sanction
des juges « européens » interprétant souverainement l’idéologie des droits de
l’homme et des lawyers anglo-saxons (trad. : théocratie).

ÉTHIQUE. Mot trompeur : c’est par ce terme que l’élite dirigeante désigne son
idéologie et ses intérêts (trad. : inquisition). Voir aussi « valeurs ».

ETHNIQUE. Mot marqueur (cf. « publicité ethnique ») : publicité et commerce
s’adressant prioritairement aux personnes issues de l’immigration ou aux
personnes de couleur (trad. : discriminatoire).

ÉTRANGER. Mot sidérant : par définition personne supérieure en droits et en
talents par rapport aux autochtones, en particulier lorsque ces derniers sont
français de souche. Voir aussi « autre » et « exception ».

EXCEPTION. Mot marqueur (cf. « exception française », « exception
culturelle ») : singularité de la nation française par rapport au monde anglosaxon,
qui semble en général illégitime aux yeux de l’élite au pouvoir (trad. :
identité nationale).

EXCLUSIF. Terme trompeur destiné à marquer qu’une information ou un produit
revêtent une importance particulière (ex. : « entretien exclusif ») ; mais en
général elle n’a rien de véritablement exclusif car elle est destinée à être reprise
ou achetée par tous (trad. : signalé).

EXCLUSION. Mot sidérant destiné à disqualifier les préférences des Français
d’origine européenne et de religion chrétienne. La référence aux « phobies »
remplit la même fonction sidérante (trad. : préférence).

EXTREME. Mot marqueur : qualité vantée par la publicité qui prétend vendre des
sensations ou des situations « extrêmes » alors que curieusement le Système
prétend bannir l’extrémisme en politique (trad. : banal).

EXTREME DROITE. Expression sidérante et péjorative donnée à la droite de
conviction et à tous ceux qui contestent le Système dominant (trad. : droite).

EXTREME GAUCHE. Groupes politiques déclarant s’opposer au capitalisme ; mais
vers 40 ans les personnes d’extrême gauche s’y rallient habituellement (trad. :
imposteurs).

• F •

FAMILLE. Mot tabou : pour le Système la famille n’est digne d’intérêt que si elle
est « recomposée » ou « monoparentale ».

FASCISME. Mot sidérant : forme politique d’autant plus vigoureusement
combattue par l’élite dirigeante qu’elle a disparu de la scène politique
européenne en 1945 ; « fasciste » désigne aujourd’hui toute personne qui
n’adhère pas à l’idéologie dominante ou toute autorité qui ne découle pas du
Système marchand (trad. : dissident et autorité).

FEMMES. Mot trompeur : personnes qui doivent exercer les mêmes métiers que
les hommes (ex. : les téléfilms mettant en scène « la femme gendarme », la
« femme juge » ou la « « femme flic ») et éviter les maternités si possible grâce
à l’IVG si elles sont d’origine européenne (trad. : garçonne). Note : Il est de bon
ton devant une assemblée, quelle qu’elle soit, de relever le faible nombre relatif
de femmes présentes.

FETE. Mot trompeur : le Système aime bien organiser des « fêtes » en tous
genres à condition qu’elles ne correspondent pas à celles de la religion catholique
(ex. : fête de la musique, fête des plantes, fête des fleurs, fête du quartier…) ;
ces fêtes sont destinées à suggérer combien les citoyens sont désormais heureux
de vivre au sein du nouvel ordre mondial ; nombreuses fêtes sont en réalité
d’origine commerciale (ex. : fête des grands-mères).

FIDÉLITÉ. Mot trompeur utilisé souvent par les médias et le commerce pour
valoriser artificiellement la situation de dépendance dans laquelle se trouve en
réalité le client, l’auditeur ou le spectateur ; on le remercie alors de sa
« fidélité » qui n’est que de la dépendance.

FLAMBÉE. Mot subliminal en général associé à « violences » (ex. : « flambée de
violences au Kenya ») ; il traduit le fait que les violences urbaines
s’accompagnent souvent d’incendies et qu’elles seraient brusques et
imprévisibles alors qu’elles sont souvent habituelles.

FLIC. Mot marqueur : nom affectueux des forces de l’ordre dans les films ; dans
les banlieues on dit « keuf ».

FONDS DE COMMERCE. Expression sidérante et péjorative pour désigner les
prises de position des partis qualifiés de « populistes » ou « xénophobes »
(trad. : programme).

FORT (ex. : « geste fort », « signal fort »). Adjectif subliminal employé pour
suggérer que celui qui l’emploie engage une action marquante (trad. : conforme
à l’idéologie dominante).

FRANCE. Mot trompeur : dans les médias, désigne en fait le gouvernement et les
groupes qui font pression sur lui (ex. : « La France réclame un moratoire sur les
OGM ») (trad. : le gouvernement).

FRANCO-FRANÇAIS. Expression marqueuse ayant un sens désormais péjoratif
pour la nouvelle classe dirigeante : pour elle il ne faut pas rester dans le « cadre
étroit » de la nation.

FRILOSITÉ. Terme sidérant et péjoratif appliqué aux comportements qui ne sont
pas conformes aux attentes de l’élite dirigeante, et de préférence aux seuls
Français de souche. Voir « peurs » (trad. : résistance).

FRONTIERES. Mot tabou : principal obstacle à la prospérité et à l’entente entre
les peuples selon l’idéologie dominante ; il faut donc préconiser « un monde sans
frontières ». Note : Les bonnes frontières doivent être « ouvertes » sauf aux
Etats-Unis et en Israël (trad. : protection).

• G •

GAFFE. Voir « polémique ».

GALERE. Mot marqueur : se dit de toute difficulté, même la plus petite (trad. :
contrariété).

GAUCHE. Voir « droite, gauche ».

GAUCHISTE. Mot trompeur : personne faisant profession de lutter contre le
capitalisme mais dont l’action concrète consiste principalement à saper ce qui
résiste encore à sa domination (trad. : leurre ; compagnon de route du
capitalisme). Voir aussi « extrême gauche ».

GÉANT. Mot sidérant : il se dit d’une entreprise russe uniquement (ex. : « le
géant gazier Gasprom ») et jamais d’une entreprise américaine, sans doute pour
suggérer une menace latente (trad. : grand).

GÉNIAL. Mot marqueur : adjectif passe-partout mais qui désigne en général des
choses ou des personnes qui ne sortent pas de l’ordinaire (trad. : bien).

GLOBALISATION. Mot sidérant : d’origine américaine pour dire domination du
système financier anglo-saxon (trad. : capitalisme).

GOUVERNANCE. Mot trompeur : désigne un mode de direction imposé par les
marchés aux entreprises, aux organisations et aux Etats. Note : Le mot
gouvernance signifie que l’on ne « gouverne » plus au sens de la souveraineté du
politique (trad. : domination de la fonction marchande). Voir « transparence ».

GRANDE-BRETAGNE. Mot marqueur : paradis libéral et référence obligée en
termes de réforme de l’Etat pour les anglophiles français du XXIe siècle (« Vous
êtes devenus pour nous un modèle, une référence et nous devons nous inspirer
de ce que vous avez su faire, quelle que soit la couleur politique de vos
gouvernements, ces 20 ou 30 dernières années », N. Sarkozy devant le
Parlement britannique, « Le Monde » du 28/3/08).

GRATUIT. Mot trompeur destiné à appâter le consommateur potentiel ; en
général il faut acheter plus pour obtenir quelque chose de « gratuit » ; voir
« soldes ». Note : Dans « journal gratuit », la gratuité de ce journal a pour
contrepartie sa soumission à l’idéologie dominante et à la publicité (trad. : payé).

GRAVE. Mot marqueur : interjection ponctuant le langage des banlieues ; en
général ne signale rien de véritablement grave.

GRENELLE. Mot marqueur faisant référence à 1936 et désignant d’abord la
médiatisation d’accords nationaux entre « partenaires sociaux » au ministère du
Travail. Désigne aujourd’hui par extension l’action des pouvoirs publics
médiatisée (ex. : « Grenelle de l’environnement ») (trad. : grand-messe).

GREVE. Mot trompeur : la grève ne traduit plus la protestation des salariés
contre leur condition ; elle est devenue la manifestation rituelle du pouvoir des
syndicats principalement dans les services publics ou assimilés (voir aussi
« mouvement social »).

GUERRE. Mot tabou puisque le Système prétend nous apporter la paix
perpétuelle ; les Européens ne conduisent d’ailleurs plus que des actions de
« maintien de la paix » ou des « opérations humanitaires » ; mais les Etats-Unis,
qui restent une nation souveraine, déclarent faire « la guerre au terrorisme ».

GUILLEMETS. Artifice de rédaction marqueur : les guillemets s’emploient dans la
presse écrite non pour citer fidèlement mais pour essayer de disqualifier les
propos ou les positions citées (ex. « La Serbie “refuse” l’indépendance du
Kosovo », « Le Lichtenstein dénonce une “attaque” de l’Allemagne », dans « Le
Monde » du 21 février 2008 ; « Les Russes “choisissent” dimanche le successeur
de M. Vladimir Poutine » dans « Le Bulletin quotidien » du 29 février 2008) ; à la
radio ou à la télévision le présentateur dira « je cite » dans le même sens.

• H •

HAINE. Mot trompeur employé par les « jeunes » issus de l’immigration pour
justifier les violences commises contre les forces de l’ordre ou les Français de
souche ; la haine s’attraperait (« on a la haine ») comme une maladie ; ce mot a
également été utilisé par l’extrême gauche pour détourner le sigle du Front
national (« F Haine »).

HANDICAPÉS. Mot sidérant qui se conjugue en général au pluriel ; groupes
organisés prétendant parler au nom des personnes et réclamant avec de plus en
plus d’insistance des droits créances sur la société.

HISTOIRE, SANS HISTOIRE. Mot trompeur : expression subliminale
systématiquement apportée par les médias lorsqu’un crime ou un délit a été
commis par une personne issue de l’immigration ; elle est toujours issue d’un
quartier ou d’une famille « sans histoire » comme pour suggérer que son
comportement serait tout à fait exceptionnel (son contraire : « bien connu des
services de police »). Note : Le recours à « incompréhensible » (ex : « un geste
incompréhensible ») remplit la même fonction lénifiante. Voir aussi
« déséquilibré ».

HUMANISME. Terme trompeur ayant changé de sens : il n’a plus de rapport avec
la culture des « humanités » européennes mais désigne l’idéologie des droits de
l’homme ou l’idéologie de la franc-maçonnerie (trad. : sentimentalisme).

HUMANITAIRE. Mot marqueur : activité principale des forces armées des pays de
l’Union européenne au-delà de leurs frontières ; « désastre humanitaire » :
médiatisation des malheurs de certaines populations africaines ou d’Asie ;
« action humanitaire » : médiatisation de la tentative d’imposer les valeurs
occidentales à des populations plus ou moins rétives ; on dit aussi « faire de
l’humanitaire » car il s’agit souvent d’un véritable métier pour certains fils de
bonne famille.

• I •

IDENTITÉ. Terme tabou sauf lors des discours électoraux : pour l’élite dirigeante
l’identité de la France réside cependant dans ses « valeurs » uniquement (trad. :
nature). Note : La manifestation de l’identité des « autres » s’appelle
« communautarisme ».

IMAGE. Mot sidérant : l’image est l’instrument préféré du Système médiatique
pour influencer l’opinion des pays occidentaux (trad. : mirage).

IMMIGRATION. Elle est une « chance pour la France » sauf lorsqu’elle provient de
l’est de l’Europe ; prétendre le contraire expose à des poursuites judiciaires
(trad. : peuplement, africanisation).

IMMIGRÉ. Mot sidérant : incarnation moderne du juste et du pauvre ayant pris la
place du peuple dans l’idéologie dominante ; pour l’idéologie dominante l’immigré
est toujours une victime et il nous est intrinsèquement supérieur en tout, en
particulier au plan moral, en particulier sous sa forme « sans-papier » (trad. :
étranger).

INACCEPTABLE. Adjectif trompeur : se dit en général des situations que le
Système est incapable de maîtriser et donc bien contraint d’accepter (ex : « les
violences sont inacceptables ») (trad. : toléré). Note : Appliqué à des « propos »
que le Système médiatique considère comme à caractère « raciste ou
antisémite », ce qualificatif signifie que leur auteur fera prochainement l’objet de
poursuites pénales (trad. : punissable).

INCIVILITÉS. Mot trompeur : actes normalement réprimés par la loi sauf
lorsqu’ils sont commis par des personnes issues de l’immigration africaine et
maghrébine (trad. : violences, délits).

INCOMPRÉHENSIBLE. Voir « histoires ».

INCONTOURNABLE. Mot marqueur : il traduit la volonté d’enfermer la réflexion et
la décision dans les seules alternatives autorisées par le Système (trad. :
obligatoire).

INDÉPENDANCE. Terme tabou désormais interdit aux Européens et politiquement
incorrect au sein de l’Union européenne, qui préfère le concept « d’autonomie
stratégique » afin de ne pas heurter les Etats-Unis (trad. : souveraineté, liberté).

INDIGNATION. Mot sidérant : se dit de propos qui vont à l’encontre de l’idéologie
dominante et qui sont alors censés susciter l’indignation, mais en réalité
seulement au sein de l’élite dirigeante. Note : Ils sont en général approuvés
silencieusement par le reste de la population. Voir « polémique » et « tollé ».

INÉLUCTABLE. Terme sidérant exprimant la croyance que celui qui l’utilise
connaît le sens de l’histoire et destiné à désarmer toute opposition (trad. :
possible, souhaité).

INFORMATION. Terme trompeur véhiculé par la classe médiatique pour masquer
le fait que sa fonction réelle est d’empêcher la connaissance des faits qui
contredisent l’idéologie dominante (trad. : fabrication).

INGÉRENCE. Terme marqueur : connoté positivement désormais dès lors qu’elle
prétend se faire au nom de « l’humanitaire » ou du « maintien de la paix »
(trad. : violation).

INQUIÉTUDE (parfois associé à « vive »). Mot trompeur employé quand on veut
minorer l’ampleur des atteintes ou des menaces pesant sur les personnes ou les
intérêts européens ou catholiques (ex. : « Les inquiétudes de la communauté
catholique d’Algérie », « Le Monde » du 26/2/2008). Note : La référence au
« sentiment » remplit la même fonction lénifiante (ex. : « le sentiment
d’insécurité » pour éviter d’écrire « délinquance »).

INSERTION. Voir « Intégration ».

INTÉGRATION. Mot trompeur : politique censée favoriser l’installation de
communautés immigrées en France dans le respect contradictoire de leur
« identité » propre et de celui des « valeurs » de la République, après l’échec des
politiques d’assimilation ; dans le discours dominant elle n’est jamais suffisante
et il faut toujours appeler les Français de souche – jamais ceux qui sont d’origine
immigrée – à plus d’efforts en la matière, ce qui revient à avouer que
l’intégration ne fonctionne pas non plus ; l’intégration est conçue en effet comme
l’adoption par la majorité des pratiques des minorités et non le contraire
(trad. :éclatement).

INTERRUPTION. INTERRUPTION VOLONTAIRE DE GROSSESSE (IVG). Mot
trompeur car l’IVG n’est pas une interruption mais bien la suppression définitive
de la grossesse (trad. : avortement).

INTOLÉRANCE. Terme sidérant employé de façon péjorative pour toute
manifestation identitaire sans distinction dès lors qu’elle émane des Français de
souche (trad. : préférence).

ISLAM. Mot sidérant : religion de paix, de tolérance et d’ouverture à l’autre qui
serait la seconde de France d’après les médias ; prétendre le contraire expose à
des poursuites judiciaires ou à des fatwas.

ISLAMISME. Mot trompeur : comportement des musulmans qui ne correspond
pas à la définition politiquement correcte de l’Islam (trad. Islam).

• J •

JARDIN. Mot marqueur : quand il est « à la française », terme désormais à
connotation péjorative. Note : Le « jardin anglais », c’est mieux pour la nouvelle
classe dominante.

JEUNES. Mot trompeur : personnes de nationalité française ou non, issues de
l’immigration africaine et/ou maghrébine ; s’emploie en général quand elles
commettent des violences en groupes (trad. : d’origine immigrée ou d’origine
maghrébine ou africaine) ; voir aussi « jeune homme », « jeunes majeurs »,
« jeunes adultes », « préadolescent ». Note : La gendarmerie utilise parfois
l’abréviation JHOM pour « jeune homme d’origine maghrébine ».

JOURNAL. Voir « gratuit ».

JUIF. Mot tabou sauf si le locuteur se déclare juif lui-même ; doit s’employer
avec un qualificatif positif exclusivement (ex. : « les enfants juifs », « l’art
juif »). Voir « antisémite ».

JUNTE. Mot sidérant : destiné à disqualifier un gouvernement étranger composé
principalement de militaires, qu’il soit issu ou non d’un coup d’Etat (trad. :
gouvernement). Curieusement l’expression est rarement employée pour désigner
les gouvernements africains résultant pourtant souvent de coups d’Etat
militaires.

• K •

KAMIKAZE. Mot trompeur car utilisé à contresens : désigne aujourd’hui les
auteurs surarmés d’attentats suicides contre des civils sans défense (alors que le
kamikaze était un militaire qui en temps de guerre attaquait des cibles militaires
extrêmement défendues) (trad. : attentat suicide).

• L •

LAÏCITÉ. Mot trompeur : à l’origine, séparation de l’Eglise et de l’Etat ;
aujourd’hui, soutien apporté par les collectivités publiques à l’exercice des
religions autres que chrétienne (« laïcité positive », « la laïcité ne doit pas
exclure les religions », Rama Yade, « Tribune juive », octobre 2008.) ; (trad. :
soutien à l’Islam).

LEADER. Mot subliminal employé uniquement pour désigner les responsables
nationaux des partis qualifiés de « populistes » ou « d’extrême droite », par
référence à Führer sans doute ; voir aussi « tribun » (trad. : président).

LIBÉRATION, LIBERTÉ. Mot trompeur : définition de la liberté réduite à la seule
expression des pulsions individuelles et principalement entendue comme la
remise en cause des normes comportementales traditionnellement admises dans
les sociétés européennes ; terme employé pour marginaliser la définition de la
liberté comme participation à la vie publique et maîtrise de son destin,
souveraineté et dépassement de soi. Note : Ce terme convient par conséquent
parfaitement aux individus consommateurs/sujets du Système (trad. :
dérèglement).

• M •

MAJORITÉ (ex. : « les partis de la majorité »). Mot trompeur destiné à suggérer
que les partis aux pouvoirs rassemblent la majorité des Français alors qu’ils ne
représentent, au mieux, que la majorité des suffrages exprimés (trad. : les partis
de la majorité représentée au Parlement).

MALIN. Mot marqueur : adjectif désignant les consommateurs qui croient avoir
fait de bonnes affaires alors qu’ils sont en réalité instrumentalisés par la publicité
(trad. : naïf).

MALVEILLANCE (Ex. : « Actes de malveillance »). Mot trompeur pour désigner
des sabotages lorsqu’ils sont commis par des personnes d’origine immigrée ou
issues de l’extrême gauche.

MARCHÉ. Mot désormais sidérant : mode de régulation de l’économie considéré
comme intrinsèquement supérieur à tout autre dans tous les domaines et censé
avoir « triomphé » de tous les autres modes de régulation ; s’écrit en général au
pluriel pour faire plus rassurant. Ex. : on ne dit plus « économie de crise » mais
« tourmente des marchés » (trad. : gouvernement des choses). Les marchés
sont aussi dotés par les médias d’une existence propre : on dit par exemple que
les marchés « saluent » telle initiative ou qu’ils « retiennent leur souffle ».

MÉCHANTS. Qualité subliminale : il est intéressant de remarquer qui incarne
aujourd’hui le méchant au cinéma ou dans les téléfilms ; le méchant est en
général un Blanc (si possible russe ou serbe ; le Russe est en général « ultranationaliste ») ou à la rigueur un Chinois, un militaire (spécialement s’il est
européen) ou un prêtre (s’il est catholique) ; le Blanc est violent, raciste,
homophobe et souvent borné ; le méchant est aussi incarné par le terroriste
originaire du Moyen-Orient. Voir aussi « stéréotype ».

MÉDIATION. Mot trompeur : la médiation est la politique consistant dans les
banlieues à donner un emploi rémunéré par le contribuable aux grands frères,
dans l’espoir d’obtenir une certaine tranquillité de la part des populations
d’origine immigrée les plus jeunes (trad. : marchandage, racket).

MÉMOIRE. Mot sidérant : culpabilisation du passé national et dénigrement
systématique de l’identité française et européenne (trad. : dénigrement).

MÉTISSAGE. Mot sidérant : présenté comme l’avenir de l’humanité et destiné en
réalité à valoriser l’immigration de peuplement en Europe ; par extension, qualité
valorisée par l’élite dirigeante (ex. : « musiques métisses ») ; voir aussi « mêlée
des cultures », expression que le Système a tenté de promouvoir à l’occasion de
la Coupe du monde de rugby (trad. : chaos ethnique).

MICHU (cf. « Madame Michu »). Mot marqueur : terme méprisant désignant dans
le discours de l’élite dirigeante la Française de base, lectrice de la presse
« people » et foncièrement bornée (trad. : les électrices). Note : Cette
expression curieusement ne dérange pas du tout les féministes.

MINORITÉS. Terme trompeur s’employant de préférence au pluriel et désignant
les groupes qui cherchent à imposer leurs préférences à la majorité (trad. :
factions) ; « minorités visibles » : personnes de couleur ou issues de
l’immigration africaine. Note : L’utilisation du mot « minorité » vise à faire
oublier que dans certains lieux du territoire ces « minorités » sont désormais
majoritaires.

MIXITÉ. Mot trompeur pour dire féminisation (voir « parité ») ou favoritisme au
profit des personnes d’origine immigrée (ex. « mixité sociale »).

MOBILISATION. Mot trompeur : vocabulaire emprunté à la chose militaire pour
donner une image résolue à des politiques qui le sont en général moins (cf. titre
du « Figaro » d’octobre 2007 : « Borloo mobilise la planète »). Voir aussi « se mobiliser » (trad. : gesticulation) ; mot désignant aussi les initiatives prises par
les organisations de gauche et d’extrême gauche (ex. : « mobilisation en faveur
des sans-papiers »).

MODERNISATION. Mot trompeur : action conduite par le gouvernement pour
faire évoluer la société et les institutions françaises conformément au modèle
marchand anglo-saxon et en général en allant à l’encontre de la volonté
nationale ; la modernisation conduit en général à la suppression de l’entité qui
est soumise à cette action (trad. : suppression). Voir aussi « changement »,
« réforme ».

MODERNITÉ. Mot marqueur : qualité intrinsèque d’une chose pour l’élite
dirigeante du fait même qu’elle se produit maintenant et non pas hier (voir aussi
« contemporain »).

MONDIAL. Terme marqueur du discours cosmopolite (voir aussi « planète »)
(trad. : international).

MONDIALISATION. Mot trompeur destiné à remplacer « capitalisme mondial »
qui faisait vieux jeu mais qui désigne la même chose (trad. : capitalisme).

MORT. Mot tabou sauf si elle est spectaculaire (cf. « une mort tragique »).

MOSAÏQUE. Mot marqueur du discours cosmopolite et destiné à valoriser le
métissage culturel ou autre et la destruction de l’identité européenne (trad. :
cacophonie).

MOUVEMENTS SOCIAUX. Mot trompeur : action des minorités qui, en s’arrêtant
de travailler pour obtenir des avantages sociaux ou professionnels, obligent les
autres à se déplacer à pied ou en voiture et à avoir plus de difficultés pour
travailler (trad. : grèves).

MUSCLÉ. Mot subliminal associé uniquement à une intervention des forces de
l’ordre ; les manifestants ou les « jeunes » ne sont, eux, jamais réputés faire
preuve de leur musculature même si des violences sont commises.

MUSÉE. Mot marqueur : très à la mode et donne une bonne idée de la façon dont
le Système conçoit la culture européenne : comme un objet mort mis en
exposition (trad. : morgue).

MUSIQUE. Mot trompeur : bruit habituellement fortement rythmé et associé en
général à des paroles de sonorité anglaise, qui envahit l’espace privé et public et
qui est destiné à empêcher les personnes de penser en silence et à les déculturer
(trad. : brouillage).

• N •

NATION. Mot tabou en Europe : construction réputée arbitraire, à la source de
tous les maux de l’Europe et constituant un obstacle à l’efficacité totale du
marché selon l’idéologie dominante (voir « frontières »).

NATIONALITÉ. Mot trompeur : formalité pour le moment encore nécessaire au
sein de l’Union européenne à l’exercice de certains droits ou à l’accès à certaines
professions. Note : Depuis la loi Pleven de 1972 la préférence nationale est jugée
discriminatoire (trad. : avantage, papiers).

NATUREL. Mot trompeur destiné à servir d’argument commercial.

NAUSÉABOND. Mot sidérant en général associé à des propos critiques relatifs à
des personnes issues de l’immigration ou d’origine juive ou bien concernant l’Etat
d’Israël. Voir aussi idées « nauséabondes », « relents nauséabonds »,
« exégèses nauséeuses », etc.

NAZI. Mot tabou : incarnation moderne de Satan, en particulier sous sa forme
« néo-nazi » ; sous sa forme groupusculaire ou « skin-head », le « néo-nazi »
est cependant très utile à l’élite dirigeante pour justifier un renforcement de la
législation liberticide et pour diaboliser par amalgame la droite nationale et
identitaire.

NÉGATIONNISME. Mot sidérant pour « révisionnisme » : l’élite au pouvoir qui
pratique un révisionnisme permanent et culpabilisant à l’égard de l’histoire
nationale engage pourtant une lutte résolue contre les « révisionnistes ».

NEGRE. Mot tabou sauf sous la plume d’un écrivain africain ou antillais.

NOIR. Mot tabou sauf si le locuteur se déclare noir lui-même : selon l’idéologie
dominante un Noir est une personne pauvre, ayant été discriminée par les
Blancs ; on se doit de déplorer de ne pas en voir assez à la télévision ; dans les
téléfilms incarnent en général les bons, les médecins et les policiers. Note :
Officiellement les races n’existent pas, mais certains Noirs se définissent comme
tels et réclament la reconnaissance de leur « communauté » avec la création du

CRAN (Conseil représentatif des associations noires) avec la bénédiction du
Système. Voir « black ».

NOMADE. Mot marqueur : qualificatif valorisant associé par l’élite dirigeante aux
comportements d’essence cosmopolite (trad. : vagabond).

NON-DROIT (ex. « zone de non-droit »). Expression trompeuse signifiant qu’au
contraire dans certaines parties du territoire peuplées majoritairement des
personnes d’origine immigrée un nouveau droit d’origine tribal ou religieux tend
à s’imposer.

• O •

OBSERVATOIRE. Mot marqueur : structure mise en place par les pouvoirs publics
quand ils ne peuvent empêcher certaines choses ; ils se bornent alors à agir
contre quelque chose ; ils se bornent à les « observer » (ex. : « observatoire de
la délinquance ») (trad. : bavardage).

OFFENSIVE. Mot trompeur employé à la place d’agression quand l’armée
israélienne en prend l’initiative.

OGM (« Organismes génétiquement modifiés »). Expression sidérante : les OGM
sont réputés dangereux pour la santé pour la principale raison qu’on ne connaît
pas leurs effets sur la santé. Note : Ne pas confondre avec ONG (« Organisations
non gouvernementales ») qui, elles, sont toujours bénéfiques et doivent être
respectées car elles concurrencent utilement les Etats.

OLIGARQUE. Mot subliminal systématiquement employé s’agissant d’un
milliardaire russe ; un milliardaire américain ou saoudien n’est jamais qualifié
ainsi (trad. : milliardaire).

ORDRE. Mot tabou sauf s’il se prétend « mondial » (trad. : chaos).

OUTING. Mot marqueur : manifestation publique de l’inclination homosexuelle ou
de l’affiliation à la franc-maçonnerie d’un personnage politique ou du monde du
spectacle et qui ne lui procure que des avantages médiatiques (trad. : confession
hypocrite, publicité).

OUVERTURE. Mot trompeur qui qualifie le ralliement au parti au pouvoir de
personnes issues des partis politiques de gauche ou de la « société civile » ;
l’ouverture ne se fait jamais à droite et on réclame en général « plus
d’ouverture » (trad. : tromperie).

• P •

PACTISER. Mot subliminal : s’emploie lorsqu’un homme politique décide de se
rapprocher ou de faire alliance avec la droite de conviction ou du moins de ne
pas refuser bruyamment ses suffrages, sans doute pour suggérer le caractère
diabolique de cette attitude.

PAIX. Mot trompeur : ce qu’est censée apporter l’Union européenne aux
Européens voire aux autres peuples lorsqu’elle prétend s’interposer pour prévenir
les conflits (ex. : « force de paix ») (trad. : soumission).

PARADIS. Mot tabou sauf s’il est fiscal : le « paradis fiscal » est une zone où l’on
paye moins d’impôts.

PARCOURS, PARCOURS D’INTÉGRATION. Expression trompeuse inventée par le
Système pour faire croire que des efforts sont requis des immigrés pour obtenir
la nationalité française et tous les avantages qui s’y attachent.

PARENTALITÉ. Mot trompeur s’écrivant en général au pluriel : n’intéresse l’élite
dirigeante que si elles sont « nouvelles », c’est-à-dire en dehors des cas où les
parents sont mariés, de sexe différent et avec des enfants (trad. : négation de la
famille).

PARITÉ. Mot sidérant : se dit quand on veut la moitié de personnes de sexe
féminin dans un groupe (trad. : féminisation, matriarcat) ; curieusement, la
parité au profit des hommes n’est jamais réclamée quand la proportion de
femmes l’emporte. Voir « femme ».

PARTAGE. Mot marqueur : se dit de la bienveillance des institutions publiques à
l’égard des immigrés (trad. : préférence étrangère) ; « partagé » : terme destiné
à faire croire à la bienveillance d’une institution à l’égard de ceux qui ne
bénéficient pas des services qu’elle rend (ex. : « Le progrès ne vaut que s’il est
partagé », slogan de la SNCF) (trad. : réservé) ; « faire partager » : le Système
ne reconnaît pas les relations d’autorité puisqu’il veut faire croire que les peuples
adhèrent librement à son pouvoir ; il feint donc de « faire partager » ses valeurs
et ses contraintes plutôt que de dire qu’il les impose (trad. : imposer).

PARTENAIRE. Mot marqueur : utilisé à la place d’associé ou de fournisseur, qui
font trop mercantile (trad. : associé).

PATRIE. Mot tabou en Europe occidentale : considéré comme trop connoté à
droite depuis 1940. Note : « Patrie» renvoie à « identité » et à « nation », deux
concepts hautement suspects pour l’élite dirigeante ; dans les médias le seul
patriotisme autorisé est celui des Etats-Unis et d’une façon générale des peuples
qui ne sont pas européens.

PATRIMOINE. Mot trompeur : l’Etablissement veut « changer la France » (cf. N.
Sarkozy le 8 janvier 2008) mais prétend sauvegarder son patrimoine, sans doute
à des fins touristiques pour les riches Anglo-Saxons (trad. : apparences).

PAUVRE. Mot tabou : personne non solvable donc inintéressante pour le
Système, sauf si elle permet de faire appel à la générosité médiatisée. Note : On
préfère le vocable plus sociologisant de « pauvreté » (trad. : pauvre).

PÉDAGOGIE. Mot trompeur : l’élite dominante considère qu’il faut en faire plus
quand elle rencontre une opposition ou une résistance qu’elle ne soupçonnait pas
(trad. : propagande).

PÉDOPHILE. Mot sidérant : personnage qui sert de prétexte périodiquement à
renforcer le contrôle policier de l’usage d’Internet (ex. : « un réseau pédophile
démantelé »). Note : Au cinéma les prêtres catholiques sont souvent pédophiles.

PEOPLE (prononcer pipole). Mot marqueur : qualificatif un peu méprisant
appliqué à la presse qui met en scène la vie privée de la nouvelle classe
dirigeante, ce qui est censé intéresser le peuple (trad. : presse du coeur).

PERPÉTUITÉ. Mot trompeur : condamnation pénale permettant d’être libéré pour
bonne conduite au bout d’un peu plus de temps que les autres détenus.

PEUPLE. Mot tabou y compris à gauche : en général ne s’écrit plus qu’au pluriel
et pour désigner ceux qui ne sont pas européens ; les peuples européens sont en
effet réputés « populistes » et constituer un obstacle aux « réformes », à l’Union
européenne, et mal voter. Note : « Masses » ne s’emploie plus.

PEUR. Mot sidérant : quand elles s’écrivent au pluriel, elles sont condamnables
car elles expriment la « frilosité » des Français de souche devant la
mondialisation ; pour l’élite dirigeante, la seule peur légitime et obligatoire est
celle du réchauffement climatique (trad. : dénonciation).

PHOBIES. Mot sidérant : voir « exclusion ».

PIERRE, ABBE PIERRE. Nom sidérant d’un abbé médiatique encensé par le
Système jusqu’au moment où il est devenu infréquentable pour avoir critiqué
l’Etat d’Israël.

PLANETE. Terme marqueur de tout discours cosmopolite (voir « monde»).

PLÉBISCITÉ. Mot subliminal : employé uniquement dans son sens positif
lorsqu’un représentant de l’élite dirigeante reçoit l’approbation de ses pairs ou
recueille une majorité de suffrages, pour suggérer que l’adhésion est massive ;
terme jamais employé au bénéfice d’un opposant à l’idéologie dominante (trad. :
soutenu).

PLURIEL. Mot marqueur : nouvelle qualité intrinsèque des choses pour l’élite
dirigeante (ex. : « la France plurielle », « la majorité plurielle ») ; terme voulant
signifier que le manque d’homogénéité serait une qualité (trad. : carnavalesque).

POLÉMIQUE. Mot sidérant exclusivement employé lorsqu’un personnage politique
fait une déclaration ou prend une initiative susceptible d’aller à l’encontre de
l’idéologie dominante. On dit alors qu’il « suscite la polémique » ou une levée de
boucliers ; lorsque cette personne appartient à la droite de conviction on dit
« tollé ». Voir aussi « controverse », « réactions ».

POPULAIRE (cf « quartier populaire »). Terme trompeur : désigne aujourd’hui les
zones où la population est majoritairement d’origine immigrée (trad. : immigré).
Voir « banlieue ».

POPULISME. Mot sidérant destiné à disqualifier la prise en compte des aspirations
populaires lorsqu’elles vont à l’encontre de l’idéologie dominante (trad. :
démocratie).

POST. Mot marqueur : préfixe accolé à de nombreux concepts pour leur donner
une signification savante (ex. : « post-moderne », « post-capitalisme », « postcommunisme ») mais traduisant en réalité le fait que le locuteur est justement incapable de qualifier et donc de concevoir cet « après ».

POTE. Mot trompeur : à l’origine désignait un ami proche en argot ; désigne
aujourd’hui une personne d’origine immigrée dont le comportement n’est pas
toujours amical (trad. : d’origine immigrée).

POUTINE. Mot sidérant : second grand Satan derrière Ben Laden ; présenté
comme une nouvelle incarnation de Staline car il prétend résister au nouvel ordre
mondial (Note : Le Staline d’après 1948 seulement) ; en général on ne dit pas
« le président » Poutine.

POUVOIR. Mot sidérant utilisé uniquement pour désigner le gouvernement
russe ; ne s’emploie jamais pour désigner le gouvernement des Etats-Unis.

PRAGMATISME. Mot marqueur : qualité valorisée par le Système car censée
caractériser l’esprit anglo-saxon ; tend à valoriser le comportement de l’élite
dirigeante quand elle ne respecte pas les règles qu’elle impose au reste de la
société (trad. : hypocrisie).

PRÉCAUTION (PRINCIPE DE). Mot marqueur : doit s’appliquer en tout sous le
contrôle vigilant de la justice, sauf en matière de peuplement (trad. :
pusillanimité).

PRÉFÉRENCES SEXUELLES. Terme trompeur ayant pour finalité de banaliser
l’homosexualité. Voir aussi « orientation sexuelle » (trad. : homosexualité).

PREMIER. Terme subliminal destiné à remplacer et à valoriser celui de
« primitif » (ex. : « Musée des arts premiers ») (trad. : primitif).

PRESSION. Mot subliminal destiné à suggérer un vaste mouvement ; s’emploie
lorsque des individus ou des groupes agissent pour faire évoluer l’action publique
dans un sens conforme à l’idéologie dominante (ex. : « Les sans-papiers mettent
la pression sur le gouvernement ») (trad. stratagème). Note : Les Français de
souche ne mettent jamais la pression sur rien ; dans un tel cas d’ailleurs cette
pression serait déclarée « intolérable » ou « populiste ».

PROBLEME. Mot marqueur mais un peu passé de mode : terme passe-partout qui
sert à donner la posture de l’expert à celui qui l’utilise.

PROF. Mot marqueur désignant dans les médias le personnel enseignant public
lorsqu’il lui arrive quelque chose de particulier ou lorsqu’il manifeste (ex. « les
profs sont dans la rue »).

PROPRE. Mot marqueur : se dit d’un dispositif censé limiter les rejets d’émissions
toxiques dans l’atmosphère (ex. : « voiture propre ») (trad. : argument
publicitaire). Voir aussi « douces ».

PROXIMITÉ. Mot trompeur (cf. « juge de proximité », « police de proximité ») :
elle est réputée curieusement tout résoudre pour ceux qui font profession de foi
mondialiste.

• Q •

QUARTIER. Mot trompeur : doit être « sensible » sinon n’intéresse pas. Voir
« banlieue ».

QUOTIDIEN (ex. « le quotidien des Français »). Mot subliminal destiné à dévaluer
les préoccupations des Français de souche (trad. : les conditions de vie).

• R •

RACE. Mot tabou : les races n’existent pas et prétendre le contraire expose à des
poursuites judiciaires ; on peut à la rigueur employer le mot « ethnie » ou
« communauté » mais avec prudence et si possible toujours au pluriel (ex. :
« les violences interethniques au Kenya»). Note : Pour ne pas utiliser le mot
« race » les médias ont recours à des formulations alambiquées, ex. : « les
violences politico-ethniques au Kenya », « Les Echos » du 26/02/08) (trad.
autorisée : ethnie).

RACISME. Voir « xénophobie ».

RACISTE. Mot sidérant ayant changé de sens : au siècle précédent, personne
affirmant en général la supériorité d’une race (la sienne) par rapport aux autres ;
aujourd’hui, selon les tribunaux, personne affirmant que les races humaines
existent ou s’inquiétant de l’immigration de peuplement (trad. : observateur).

RÉAC. Mot sidérant destiné à disqualifier toute prise de position contraire à
l’idéologie dominante qui est par construction progressiste (trad. : réaliste).

RÉFORMES. Mot trompeur : principale activité de la classe politique consistant à
essayer de modifier les sociétés européennes dans le sens conforme à l’idéologie
dominante et non pas conformément aux attentes des citoyens (trad. :
bouleversements). Voir aussi « rupture », « changement » et « modernisation ».

RÉFUGIÉ. Mot trompeur : étranger réclamant et en général obtenant le droit de
s’installer en France au motif de l’instabilité politique de son pays d’origine
(trad. : immigrant fin connaisseur de notre droit).

RÉGULARISATION. Mot trompeur : acte par lequel la personne publique donne
des droits à ceux dont elle n’a pu empêcher l’entrée sur le territoire ou l’activité
illégale (trad. : encouragement).

RELIGION, « religiosité ». Mot marqueur employé de préférence au pluriel et
sans déterminant particulier pour bien marquer que l’Europe « ne doit pas être
un club chrétien » (J. Attali) et pour masquer la montée de l’Islam. Voir aussi
l’expression « le retour du religieux », qui remplit la même fonction en essayant
de faire croire que toutes les religions évolueraient de la même façon, et
« intégrisme ».

REPENTANCE. Mot sidérant : déformation du repentir car elle consiste à faire
repentance pour des fautes que l’on n’a pas commises et en réalité à prendre la
posture du procureur (voir « Mémoire ») (trad. : rééducation, hypocrisie).

RÉPROBATION, « réprobation unanime ». Mot sidérant destiné à suggérer que
celui qui tient des propos ou qui agit à contresens de l’idéologie dominante
suscite la réprobation de la majorité du peuple français, alors qu’il ne suscite que
celle de l’élite dirigeante et médiatique. Voir aussi « polémique » et « tollé.

RESPECT. Mot trompeur : repris du langage des Noirs américains ; les « jeunes »
voulant qu’on leur témoigne du respect (trad. : soumission). « Respect de
l’autre » : nouvel impératif moral de l’Establishment signifiant qu’il convient
prioritairement de ne se préoccuper ni de ses proches ni de ses concitoyens
(trad. : xénophilie).

RESPONSABLE. Mot trompeur destiné à valoriser les comportements conformes
aux attentes de l’Establishment (cf. « éco-responsable »). Voir « citoyen ».

RESSOURCE HUMAINE. Mot marqueur : révélateur de l’estime portée à la
personne humaine par la société marchande (trad. : personnel).

RICHES. Mot tabou sauf dans la presse people.

RISQUE (cf. « risques majeurs »). Mot marqueur : l’élite dirigeante aime à dire
qu’elle se préoccupe de les prévenir (voir « précaution ») et donc qu’elle sait
gouverner et prévoir.

ROM (trad. : romanichel). Mot sidérant pour valoriser les romanichels et les
présenter comme des victimes des Européens autochtones.

RUPTURE. Mot trompeur car utilisé par toutes les familles politiques (cf.
« rupture avec le capitalisme », « rupture avec le socialisme ») ; désigne
aujourd’hui l’action visant à détruire les défenses immunitaires de la société
contre la domination du marché et du cosmopolitisme (trad. : mise au pas).

RUSSIE. Mot sidérant : sorte d’enfer mafieux toujours opposé au paradis libéral
de la société multiraciale et mondialisée ; dans les films, les Russes (si possible
d’extrême droite) incarnent de plus en plus souvent les méchants.

• S •

SAGE. Mot trompeur écrit en général au pluriel et désignant les juges et les
groupes de pression philosophiques et religieux qui dictent leur interprétation des
lois et qui entendent mettre en tutelle la souveraineté nationale.

SANS ABRI, SANS DOMICILE FIXE. Expression sidérante désignant des
personnes n’ayant plus leur place dans le Système, sinon périodiquement comme
faire-valoir de la classe médiatique ; n’intéressent que s’ils ne sont pas d’origine
européenne : ces derniers deviennent alors des « mal logés » (trad. : miséreux).

SANS PAPIERS. Néologisme trompeur désignant un étranger ayant franchi
irrégulièrement les frontières de l’Union européenne et obtenant de ce fait même
le droit aux prestations sociales et à un titre de séjour par le pays d’accueil à
l’issue de quelques manifestations médiatisées et de durée variable (trad. :
parasite). Note : On ne dit pas encore « Sans argent » pour désigner un voleur.

SÉCURITÉ. Mot sidérant : prétexte à une réduction permanente des libertés des
Européens autochtones (trad. : surveillance). Note : « Pour votre sécurité » est
aussi devenue l’explication passe-partout à tous les dysfonctionnements liés à
des travaux ou à des contrôles.

SENIORS. Mot marqueur : personnes âgées et qui ne veulent pas le reconnaître
(trad. : âgé).

SENSIBILITÉS. Mot trompeur s’écrivant en général au pluriel (ex. : « les
différentes sensibilités associatives et politiques ») ; l’Establishment veut en tenir
le plus grand compte sauf si elles sont discordantes par rapport à l’idéologie
dominante (trad. : les opinions et tendances de gauche).

SENSIBLE. Mot trompeur : se dit d’une zone d’habitation comprenant une
majorité de résidents issus de l’immigration. Voir « banlieue » (trad. : étranger).

SIDA. Mot sidérant : maladie suscitant une mobilisation permanente des
pouvoirs publics et des médias car en Europe elle touche prioritairement les
Africains et les homosexuels.

SIECLE. Mot tabou : club influent au sein de l’Establishment dont les médias ne
parlent jamais (« le Siècle »).

SOCIAL. Mot trompeur qualifiant des comportements qui ont souvent pour effet
de créer des difficultés d’existence pour certaines catégories de la population
(ex. : « plan social » = plan de licenciement).

SOCIÉTÉ CIVILE. Mot trompeur : qualifie les représentants autoproclamés de
groupes qui prétendent parler au nom du peuple français mais qui évitent
prudemment l’onction de son suffrage (trad. : groupes de pression).

SOLDES. Mot sidérant : grande fête populaire dédiée à la Consommation qui
succède habituellement au Nouvel An et qui conduit des gens à acheter avec
enthousiasme des produits souvent de mauvaise qualité mais réputés « moins
chers » (trad. : arnaque).

SOLIDARITÉ, SOLIDAIRE. Mot trompeur : prétexte à agitation médiatique et en
général à de nouveaux prélèvements, grâce à la mise en scène de « victimes »
« emblématiques » (trad. : hypocrisie).

SOMBRE. Mot sidérant (cf. « les heures sombres de notre histoire ») : se dit
principalement de la période historique qui s’étend, selon les pays, de 1933 à
1945 et en France de 1940 à 1945, par opposition aux heures lumineuses que
nous vivons aujourd’hui ; par extension, désigne toute période de l’histoire
européenne que l’élite au pouvoir décide de diaboliser (ex. : « L’aventure
coloniale a été en son principe une page sombre de notre histoire », Bernard-
Henri Lévy dans « Le Point » du 8/12/05).

SOUVERAINETÉ. Mot tabou pour l’élite dirigeante qui considère que seuls les
marchés exercent une souveraineté légitime (ex. : « les fonds souverains »).

SPORT. Mot marqueur : activité encouragée par l’élite dirigeante car elle permet
de tenter de canaliser l’énergie de la jeunesse, parce qu’elle est devenue un
commerce et enfin parce qu’elle est présentée comme un modèle
« d’intégration » en raison de la composition en majorité africaine des équipes
nationales ; seule activité où la passion nationale est encore licite (trad. :
spectacle).

STÉRÉOTYPES. Mot sidérant : l’élite dirigeante aime « dénoncer » les stéréotypes
(par exemple sexistes) que véhiculerait notre culture ; mais c’est pour imposer
finalement ses propres stéréotypes, par exemple dans le cinéma (ex. :
valorisation de la femme dominante et libérée, valorisation de l’homme blanc
homosexuel, dévalorisation du mariage, valorisation du métissage, homme de
couleur tolérant et victime du méchant Blanc raciste et borné, prêtre pédophile,
héros viril américain, méchant Russe ou méchant Chinois, gentil musulman et
méchant terroriste « intégriste »).

STIGMATISER. Mot sidérant : comportement, sanctionné par les tribunaux,
attribué à un Français de souche quand il désigne l’origine d’une personne
appartenant à une autre communauté ayant commis des délits (trad. : désigner).
Voir aussi « bouc émissaire ».

SUBSIDIARITÉ. Mot subliminal utilisé au sein de l’Union européenne pour faire
comprendre que les Etats ne doivent plus exercer que des compétences
résiduelles (trad. : abandon).

SUPER. Mot marqueur : adjectif imprécis à la mode destiné à valoriser
artificiellement certaines personnes ou certaines choses (son contraire est
« nul »).

SUPERSTITION. Mot trompeur utilisé pour masquer les comportements racistes
des populations non européennes (ex. : le racisme de certains Africains vis-à-vis
des albinos est qualifié de « superstition ») (trad. : racisme).

SYSTEME. Mot tabou car il désigne justement la nouvelle répartition des pouvoirs
intervenue au sein des sociétés occidentales depuis la chute de l’Union
soviétique. Voir « establishment » (trad. : oligarchie).

• T •

TAGG. Mot marqueur destiné à valoriser les graffitis qui se répandent partout en
Europe et qui sont présentés comme une expression culturelle par ceux qui
habitent en général dans des endroits préservés.

TALK. Mot marqueur : débat avec une personnalité politique par le truchement
d’un moyen Internet. Voir aussi « chat ».

TCHÉTCHENES. Mot trompeur : présentés par les médias avant tout comme des
« séparatistes » sans préciser en général qu’ils sont musulmans et se réclament
souvent d’A-Qaïda (trad. : terroristes).

TECHNOLOGIES. Mot marqueur : elles doivent être « nouvelles » pour intéresser
les médias.

TÉLÉVISION (cf.« télé »). Système de conditionnement de la population et
destiné à vendre de la publicité et à réduire le temps libre des individus (trad. :
chaînes).

TENSIONS. Mot trompeur : destiné à cacher le comportement hostile ou violent,
notamment vis-à-vis des représentants de l’Etat, des populations d’origine
immigrée et que le Système affiche de ne pas reconnaître (trad. : violences).

TENTATION. Mot sidérant souvent associé à « protectionniste » et d’une façon
générale à des comportements ou des paroles allant à l’encontre de l’idéologie
dominante ; la référence subliminale au concept chrétien de tentation est
destinée à suggérer le caractère diabolique et pervers du comportement cité
(trad. : solution).

TERRORISME. Mot sidérant : il faut le « condamner fermement » ; désigne les
violences et les attentats commis par les islamistes contre les Etats-Unis, les
pays occidentaux et leurs alliés ; en revanche, lorsqu’elles sont commises en
Russie elles sont compréhensibles et ce sont les forces de l’ordre qu’il faut
condamner. Voir « Tchétchènes ».

TESTING. Mot trompeur : procédé par lequel les associations dites
« antiracistes » s’efforcent de démontrer que des discriminations ont lieu et sont
le fait des Français de souche ; le testing est désormais reconnu au rang de
preuve par la HALDE (trad. : provocation). Note : Aucun testing n’est organisé
dans les banlieues dites « sensibles » au profit des femmes ou des Français de
souche et de religion chrétienne.

TOLÉRANCE. Mot trompeur : vertu affichée par le Système, sauf à l’égard de
ceux qui contestent sa domination, car elle ne vise qu’à encourager les
comportements destructeurs des valeurs de la société traditionnelle (trad. :
laxisme, encouragement).

TOLLÉ. Voir « Polémique ».

TOURNÉ, « TOURNÉ vers ». Mot marqueur pour dire orienté.

TRANSATLANTIQUE. Mot trompeur : se dit des relations inégales entre l’Europe
et les Etats-Unis (cf. « liens transatlantiques ») (trad. : sujétion).

TRANSPARENCE. Mot trompeur : qualité revendiquée par un nombre croissant
d’organisations et censée être une composante de la démocratie ; une activité
transparente est en réalité une activité qui fournit aux « marchés » toute
l’information, notamment financière, qu’ils demandent pour faire des bénéfices
rapides et à coup sûr.

TRAVAILLEUR. Mot trompeur employé périodiquement par Mme Laguiller lors des
élections présidentielles mais qui a changé de sens : au XXe siècle désignait une
condition réputée servile ; aujourd’hui désigne plutôt une situation enviée,
surtout si le travailleur bénéficie d’un contrat à durée indéterminée. « Travailleur
immigré » : expression trompeuse car l’essentiel de l’immigration est familiale et
non liée au travail.

TROUBLES PSYCHOLOGIQUES. Expression subliminale employée lorsqu’une
personne issue de l’immigration ou d’une confession autre que catholique
commet des délits ; elle est alors présentée comme relevant de « troubles
psychologiques », ce qui permet d’inférer que son comportement est anormal et
ne correspond pas à la norme de son groupe d’origine. Voir aussi « fragile
psychologiquement » et « déséquilibré ».

TSUNAMI. Mot marqueur : raz de marée mais en plus savant ; constitue la
preuve que le climat se réchauffe et pour la classe médiatique une excellente
« information ».

TURQUIE. Mot marqueur : pays laïc (voir « laïcité »), moderne, européen,
membre de l’OTAN et que les Etats-Unis souhaiteraient faire entrer dans l’Union
européenne ; prétendre le contraire vous exclut de l’élite dirigeante.

• U •

ULTRANATIONALISTE. Terme sidérant pour désigner les mouvements populistes
d’Europe orientale et de Russie (trad. : patriote). On emploie « ultragauche »
plus rarement et dans un sens au contraire lénifiant afin de ménager l’extrême
gauche qui doit rester fréquentable.

UNION EUROPÉENNE. Expression trompeuse : espace sans frontières déterminé
uniquement par l’adhésion de ses membres aux « valeurs » du marché, de
l’atlantisme et de l’idéologie des droits de l’homme et destiné à s’étendre
toujours plus (trad. : zone).

• V •

VALEURS. Mot trompeur destiné à cacher que l’idéologie dominante n’est qu’une
idéologie arbitraire et à suggérer qu’il serait illicite de la contester (trad. :
idéologie). Voir « éthique ».

VÉLO. Mot marqueur : moyen de transport urbain extrêmement moderne, en
général préconisé au nom du développement durable par ceux qui disposent par
ailleurs de voitures avec chauffeur, qui ne travaillent pas ou qui résident à
proximité de leur lieu de travail.

VICTIME. Mot sidérant : personne éminente qui sert de prétexte au renforcement
de l’Etat-providence et aux réglementations, à la condition qu’elle soit organisée
en groupe et médiatisée.

VILLE, POLITIQUE DE LA VILLE. Mot marqueur : concentration de prestations
sociales et de financements et de transferts publics au bénéfice de personnes
d’origine immigrée et désignées « défavorisées » par antiphrase.

VIOLENCES. Mot trompeur : s’écrit en général au pluriel et est souvent associé à
un qualificatif (ex. : « violences urbaines », « violences conjugales ») ; sert à
masquer l’identité des responsables de ces agissements en présentant les faits
incriminés comme des sortes de fatalités sociologiques ; « violence routière » :
terme inventé pour diluer les statistiques de l’insécurité en mélangeant
contraventions, crimes et délits.

VOILE. Symbole musulman et moyen d’émancipation de la femme dans les cités
(trad. : ne pas toucher cette femme).

VOITURE. Mot sidérant : engin diabolique, responsable du réchauffement
climatique (à la condition qu’il soit conduit par un particulier) et qu’il serait
« traditionnel » en France de brûler, le soir du Réveillon, selon les médias.

VOLONTÉ, VOULOIR. Mot trompeur : la volition occupe une place importante
dans le discours de N. Sarkozy (ex. : je veux ceci ou cela pour la France) mais a
la même signification que la promesse électorale : elle n’engage que son
auditeur (trad. : intention).

• W X Y Z •

WALKMAN. Système inventé et commercialisé pour que les individus ne puissent
pas échapper à la « musique » ni aux « informations » ; le MP3 remplit la même
fonction (trad. : baladeur).

XÉNOPHOBIE (voir « racisme »). Mot sidérant : ne s’emploie qu’à l’encontre des
Français d’origine européenne et de religion chrétienne qui entendent protéger
leur identité ou leurs préférences (trad. : identité) ; les agissements comparables
des autres groupes sont qualifiés au pire de « communautarisme ».

ZÉRO. Mot sidérant : Nicolas Sarkozy a décrété que l’immigration zéro était
impossible, ce qui revient à faire de l’impuissance une vertu.

ZOÉ (ARCHE DE). Association dont la vocation est d’importer en France des
enfants africains ; ses démêlés avec la justice tchadienne ont mobilisé l’attention
du président de la République.

Michel Geoffroy
04/01/09
© Polémia

Mise à jour janvier 2013 :

A

ACCIDENT : mot fétiche du Système, la prévention des accidents servant de prétexte à l’intervention étatique et à la réduction constante de la liberté des autochtones ; voir CATASTROPHE.

ACCOMPAGNEMENT : synonyme d’ASSISTANAT, « car il faut en finir avec un discours de stigmatisation vis-à-vis de ceux qui sont en situation de pauvreté et d’exclusion », Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales, Le Bulletin quotidien du 3 juillet 2012 ; synonyme : INSERTION.

ARRÊT DE TRAVAIL : expression employée pour banaliser la grève dans les services publics (transports notamment) en lui donnant un sens presque technique.

AUSTÉRITÉ : voir REDRESSEMENT DES COMPTES PUBLICS.

B

BALKANS (originaire des) : expression trompeuse utilisée en lieu et place de roms (ex : « un couple de mineurs originaires des Balkans ») ; voir ITINÉRANT.

BANAL : adjectif trompeur ; se dit toujours d’un incident ou d’un délit ayant dégénéré violemment quand il met en cause des personnes d’origine immigrée (ex : une « banale altercation », un « banal vol de sac à main ») ; voir aussi SIMPLE.

BANALISER : se dit quand des idées ou des prises de position politiquement incorrectes trouvent un écho favorable dans l’opinion (ex : « le Front national se banalise », Le Monde du 13 janvier 2012).

BIENTRAITANCE : néologisme destiné à prendre le contre-pied de Maltraitance.

BIO : argument publicitaire (ex : « un produit bio ») pour vendre des produits en général plus chers que les autres mais pas toujours de meilleure qualité ; voir VERT, DURABLE*.

BOULEVERSANT : accroche publicitaire pour film diffusant des messages à l’eau de rose mais politiquement corrects ; voir CHEF-D’ŒUVRE.

C

CAMP : partisans d’une personnalité politique politiquement correcte (ex : « le camp Obama »).

CATASTROPHE : se revendiquer en VICTIME* permet de bénéficier de la bienveillance publique et médiatique.

CHANCE (pour la France) : avantage que l’oligarchie tire d’une situation qui en général ne profite qu’à elle (ex : « l’immigration est une chance pour la France » ; « Les outre-mer sont une chance pour la France », Francois Hollande le 19 novembre 2012) ; voir FORCE.

CHEF-D’ŒUVRE : accroche publicitaire réservée aux films conformes à l’idéologie dominante ; voir BOULEVERSANT.

CHOC DE COMPÉTITIVITÉ : synonyme de choc fiscal pour les Français qui travaillent et qui épargnent ; voir JUSTICE.

CLAN : mot péjoratif pour désigner l’équipe d’un chef d’Etat qui est diabolisé dans les médias (ex : « le clan Assad, le clan Ben Ali ») ; synonyme : FAMILLE*.

CLASSE MOYENNE : synonyme de RICHES* pour les socialistes.

CLICHÉ : mot dévalorisant visant uniquement les traditions et valeurs des Français de souche (ex : « des clichés sexistes ») ; on ne dit jamais « cliché musulman », « cliché anglo-saxon » ou « cliché africain » ; synonyme : STÉRÉOTYPE.

COMMUNICATION : synonyme de propagande ; voir aussi PÉDAGOGIE.

COMPLIQUÉ : synonyme de tabou ; une question « compliquée » est une question que l’on ne doit pas trancher et, si possible, ne pas évoquer dans les médias ; voir DÉLICAT.

CONFIANCE (je fais toute confiance à) : expression en général employée au moment où un ministre ne la mérite plus (ex : « j’ai toute confiance en mon ministre Jérôme Cahuzac », J.-M. Ayrault sur RTL le 6 décembre 2012).

CONSISTANT : se dit pour ne pas reconnaître le succès d’une manifestation à l’encontre de l’idéologie dominante lorsqu’elle rassemble de très nombreux Français de souche.

CONTEMPORAIN : sans style ; ART CONTEMPORAIN : art déraciné marchand.

CONTESTÉ : se dit uniquement des initiatives qui vont à l’encontre du politiquement correct et des intérêts de l’oligarchie (ex : « la réforme [l’élection au suffrage universel des chefs de la police locale britannique] est très contestée », LeFigaro.fr du 15 novembre 2012), jamais des réformes « SOCIÉTALES» ; synonyme : CONTROVERSÉ.

CONTEXTE : mot passe-partout destiné à justifier de nouveaux sacrifices pour les salariés (ex : « contexte international », « contexte économique »).

CONVAINCRE : s’emploie en général dans une formulation négative (« peine à convaincre ») à l’encontre de personnes ou de gouvernements qui tiennent des propos ou qui conduisent une politique allant à l’encontre de l’idéologie dominante.

CORDON SANITAIRE : expression employée par les partis « RÉPUBLICAINS » pour désigner l’ostracisme auquel doivent être soumis les électeurs qui votent pour des candidats des partis populistes ou identitaires et à l’égard desquels aucune alliance ne serait possible ; l’expression suggère que le vote populiste serait une sorte de maladie ; synonyme : ARC CONSTITUTIONNEL.

COUP DE POUCE : synonyme d’augmentation quand on parle du SMIC. On ne dit pas que le SMIC augmente, mais qu’il bénéficie d’un coup de pouce ; cela fait plus « social », sans doute.

COUPABLE : mot fétiche du Système qui repose sur la promotion du triptyque victime-coupable-juge ; les Européens et les Français en particulier seraient coupables d’à peu près tout si l’on en croit l’oligarchie, qui joue le rôle commode de procureur et juge.

COUPLE DE MÊME SEXE : synonyme de couple homosexuel ; voir HOMOPARENTALITÉ.

CHRISTIANOPHOBIE : déclarations ou actes antichrétiens tout à fait autorisés par le Système et les ligues de vertu « antiracistes » ; synonyme : CATHOPHOBIE.

D

DANGER : mot fétiche de l’Etat Big Mother : la prévention contre les « dangers » constituant le prétexte à la réduction continue des libertés et de l’autonomie des citoyens ; voir SÉCURITÉ*, PROTECTION.

DÉFENSEUR DES DROITS : gardien de l’idéologie des droits de l’homme (« l’intérêt supérieur de l’enfant doit primer [sur les enjeux relatifs à] la politique des flux migratoires », Dominique Baudis, Le Bulletin quotidien du 27 décembre 2012) ; voir HAUT.

DÉLICAT : se dit d’un sujet que les médias sont contraints d’aborder, alors qu’il contredit le politiquement correct (ex : le racisme anti-blancs est un « sujet délicat ») ; voir COMPLIQUÉ.

DÉRANGEANT : mot trompeur signifiant que l’on se conforme au politiquement correct ; synonyme de CONFORMISTE ; voir aussi EMBARRAS.

DÉRIVE : lorsqu’une personne d’origine immigrée commet un délit ou un crime on dit qu’elle a dérivé, ce qui suggère que son comportement serait anormal par rapport à la norme des personnes de même origine. Ce terme s’emploie aussi à l’encontre des personnes tenant des propos politiquement incorrects ou n’agissant pas en conformité avec la ligne de l’idéologie dominante (ex : « Depardieu : dérive ou provoc », titre du Parisien du 8 janvier 2013).

DIFFÉRENCES INTERGÉNÉRATIONNELLES : expression pédante destinée à masquer les difficultés d’intégration des jeunes d’origine immigrée en milieu professionnel français.

DIGNITÉ : qualifie le comportement des parents ou familles de victimes de violences commises par des personnes d’origine immigrée, à la condition qu’ils s’abstiennent de dénoncer l’identité des malfaiteurs ou le laxisme de la justice.

DROITISATION, SE DROITISER : voir RADICALISATION, VIRAGE, DÉRIVE.

E

ÉCRAN : autrefois, ce mot désignait qui faisait obstacle à la diffusion de la lumière ou de la chaleur ; aujourd’hui, il désigne au contraire le truchement par lequel les Occidentaux voient le monde.

ÉGALITÉ RÉELLE : mot destiné à positiver les revendications féministes les plus extrêmes (ex : le gouvernement veut instaurer « l’égalité réelle » entre les hommes et les femmes).

EMBARRAS : se dit d’une situation qui contredit la vision politiquement correcte du monde et qui sème donc l’embarras dans l’oligarchie (ex : « la question des spoliations embarrasse les relations franco-algériennes ») ; voir aussi DÉLICAT.

ÉMOTION : expression de l’impuissance politique à faire cesser des actes délictueux (en général l’émotion se doit d’être « vive») ; voir HOMMAGE.

EMPREINTE CARBONE : équivalent de Satan pour la religion écologiste, qui prétend notamment que le réchauffement du climat serait dangereux et dû au taux de CO2 produit par l’activité humaine ; il est en outre normal pour l’homme aux semelles de vent que promeut l’oligarchie de ne pas vouloir laisser de traces ; synonyme : EMPREINTE ÉCOLOGIQUE.

ÉNERGISANT : simple argument publicitaire sans véritable justification (ex : « boisson énergisante »).

ENFANT : objet à revendiquer au titre du « droit » à en avoir ; voir PMA.

ENGAGEMENT, S’ENGAGER : expression trompeuse, qui empreinte au vocabulaire militaire, simple promesse électorale n’engageant… que les électeurs (ex : « les 60 engagements de campagne du président de la République ») ; ENGAGEMENTS EUROPÉENS : synonyme de contraintes pesant sur la souveraineté nationale (ex : les « engagements européens de la France ») ; S’ENGAGER (ex : « En visite à Rungis Hollande s’engage sur l’emploi », LeMonde.fr du 27 décembre 2012) : synonyme de PROMESSE, PROMETTRE.

ENSEMBLE : accroche commerciale pour vendre des produits ou des services. Le terme « ensemble » capitalise le mal-vivre au sein d’un Système qui repose au contraire sur l’implosion individualiste des sociétés humaines : dans une telle société les hommes ne sont pas « ensemble » mais à la fois nombreux et isolés ; voir LIEN.

ENVIE : argument publicitaire consistant à faire croire que céder à ses envies donnerait un plaisir durable (« envie de »).

ÉQUILIBRÉ : qualificatif trompeur car synonyme de parité homme/femme et de réduction de la part des hommes dans un groupe ; les nominations doivent être ainsi « équilibrées », sauf à la Justice où les femmes sont… majoritaires ; voir aussi RETRAITES.

ÉVASION FISCALE : expression stigmatisant le fait de ne pas payer légalement d’impôts en France ; voir aussi NICHE FISCALE, PARADIS FISCAL, EXIL FISCAL.

EXIL FISCAL : expression stigmatisant le fait de s’installer dans un autre pays de l’Union européenne pour payer moins d’impôts, attitude pourtant tout à fait conforme au principe de libre circulation et de libre installation prévu au Traité de Maastricht ; les exilés fiscaux de droite sont montrés du doigt, à la différence des exilés de gauche ; voir PARADIS.

F

FAUTE : la REPENTANCE* pour les prétendues fautes qu’auraient commises nos ancêtres est l’une des composantes de l’idéologie dominante, car destinée à déconsidérer l’identité nationale et européenne (ex : « La France se grandit toujours lorsqu’elle reconnaît ses fautes », F. Hollande le 25 septembre 2012 dans son message aux harkis).

FÉMINISATION : signe de dévalorisation pour un métier.

FORCE : qualificatif trompeur associé aux initiatives SOCIÉTALES de l’oligarchie qui prétend toujours qu’elle agit pour notre bien (ex :« Il ne faut pas avoir peur de ces nouveaux Français qui sont une force pour la République », Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, le 28 septembre 2012) ; voir CHANCE.

FRAGILE, FRAGILISÉ : qualificatif alambiqué pour éviter d’appeler les choses par leur nom, notamment pour ne pas employer le mot « pauvre » (ex : « personnes fragilisées face à l’écrit » pour personnes ne sachant pas lire : Enquête Insee sur la lecture et le calcul, décembre 2012).

G

GENRE : francisation du mot anglais gender, utilisé à la place du mot sexe ; selon l’idéologie du gender, les différences sexuelles ne seraient pas naturelles mais acquises et de nature culturelle. Selon cette théorie les inclinations sexuelles sont toutes équivalentes et devraient être librement choisies par les individus ; synonyme ORIENTATION SEXUELLE.

GESTATION POUR AUTRUI : expression pédante pour dire « droit » des homosexuelles à avoir des enfants ; voir PMA.

H

HAUT (Haut Conseil de, Haute Autorité de) : groupes de personnes irresponsables politiquement, qui prennent des décisions que le pouvoir politique ne veut pas assumer ; synonymes : AUTORITE ADMINISTRATIVE INDÉPENDANTE, DÉFENSEUR DES DROITS.

HÉROS : catégorie absente de la nouvelle idéologie dominante, qui lui préfère les figure de la VICTIME*, du COUPABLE et du JUGE ; la figure du héros – celui qui se sacrifie pour une cause qui le dépasse – est suspecte, en effet, pour un Système qui ramène tout à l’intérêt économique individuel.

HEURTS ETHNIQUES : violences racistes quand elles se déroulent en Afrique ; synonyme : VIOLENCES TRIBALES.

HOMOPARENTALITÉ : terme trompeur inventé pour pallier l’impossibilité pour des homosexuels d’être parents ; voir PARENT.

HOMMAGE : manifestation collective d’impuissance, en général sous forme d’une marche ou d’un attroupement silencieux, à la mémoire des victimes de la délinquance violente ; on rend hommage aux victimes à défaut de pouvoir assurer la sécurité des Français ; synonymes : MARCHE BLANCHE, MINUTE DE SILENCE, ÉMOTION.

I

IMMIGRATION* : catastrophe européenne, synonyme d’islamisation et/ou d’africanisation.

INCIDENTS : médiatisation de certains faits, en général résultant de provocations, lors d’une réunion ou d’une manifestation de droite ou sur un thème politiquement incorrect, afin de détourner l’attention sur son succès.

INSERTION : voir ACCOMPAGNEMENT.

INTÉGRATION* : c’est un devoir pour la France et les Français de souche uniquement, et un droit pour les immigrés (cf. « La France intègre avec difficulté ses populations d’immigrés », Le Monde du 4 décembre 2012).

ITINÉRANT : qualificatif trompeur utilisé en lieu et place de roms (ex : « des jeunes voleurs itinérants en provenance des pays d’ex-Yougoslavie »).

INVISIBLES : personnes d’origine étrangère ou de couleur résidant en France qui seraient « invisibles » au motif qu’elles ne se sentiraient pas suffisamment représentées dans les médias audiovisuels. Comme l’oligarchie réside habituellement dans des quartiers privilégiés et qu’elle n’utilise pas les transports en commun, elle trouve en outre que ces personnes ne sont pas assez visibles. Pour les Français de souche et d’en bas, elles sont, au contraire, de plus en plus visibles.

IRRÉVERSIBLE : mot fétiche de l’oligarchie qui pense qu’elle peut transformer durablement la nature de l’homme et de la société et créer un monde nouveau (« L’euro est irréversible », Mario Draghi, président de la BCE, Le Monde du 22 juillet 2012).

J

JUGE : agent public irresponsable de ses actes, qui prétend prendre ses décisions au nom du peuple, mais dont la fonction principale consiste à veiller à ce que les lois reçoivent une lecture politiquement correcte ; la figure du juge tient une place centrale dans les productions médiatiques du Système ; synonyme : GOUVERNEMENT DES JUGES ; voir VICTIME, COUPABLE.

JUSTICE : mot trompeur, synonyme d’IMPÔTS depuis le 6 mai 2012.

L

LAÏC : personne qui trouve que toutes les religions sont respectables, sauf le christianisme ; LAÏCITÉ POSITIVE : expression trompeuse, contraire à la conception traditionnelle de la laïcité, consistant à prétendre qu’il appartient aux collectivités publiques d’encourager la construction de mosquées et de participer financièrement à la formation des imams.

LGBT : acronyme pour « lesbienne gay bi transgenre » ; lobby ultra minoritaire qui exerce une très grosse influence sur l’oligarchie.

LIEN (« construire du ») : accroche commerciale qui veut faire croire que l’on construit des liens (en achetant des produits ou des services !) alors que le Système repose, au contraire, sur l’implosion individualiste des sociétés ; voir ENSEMBLE.

M

MAL-LOGÉS : familles nombreuses, en général d’origine africaine et souvent entrées illégalement sur le territoire, qui revendiquent bruyamment un droit à obtenir un logement, avec la bienveillante complicité des médias (« Fanta Soumahoro et ses trois enfants s’époumonent : “Un toit c’est la loi, un toit c’est un droit” », LeMonde.fr du 26 décembre 2012) ; les autochtones dans la même situation intéressent beaucoup moins l’oligarchie.

MALAISE : se dit quand une personne ou une institution qui incarne le Système et le politiquement correct se retrouve devant la justice pour répondre de faits délictueux, afin de suggérer qu’elle n’est pas aussi coupable que cela (ex : le procès des responsables de l’Arche de Zoé « après deux semaines de débats laisse un sentiment de malaise », Le Monde du 14 décembre 2012) ; voir EMBARRAS.

MARIAGE : institution ringarde qui se doit d’être dépassée pour les autochtones, mais qui est réclamée comme un droit par les minorités homosexuelles ; MARIAGE DES COUPLES DE MÊME SEXE : expression trompeuse, pour ne pas dire mariage des homosexuels.

MÈRE : terme ringard et crypto-fasciste depuis que l’homoparentalité est la loi ; la maternité est haïssable pour l’oligarchie dès lors qu’elle est le fait des Européennes de souche ; elle lui préfère l’image de la femme « libérée », c’est-à-dire soumise à la dure loi du travail salarié ; voir : HOMOPARENTALITÉ.

MILITANT : terme destiné à positiver l’action, souvent violente, de certaines minorités, à la condition qu’elles agissent dans le sens du politiquement correct (ex : « les militants de la cause homosexuelle », les « militants anti-nucléaires » ; on ne dit pas, par contre, « militants identitaires »).

MINABLE : personne qui s’expatrie car elle considère qu’elle paye trop d’impôts en France, à la condition qu’elle ne soit pas de gauche.

MORT DOUCE : euthanasie réservée aux vieux Européens privés du secours de leur famille et qui n’ont plus le goût de vivre ; synonyme : SUICIDE ASSISTÉ.

MORTEL : tout ce qui dure au-delà d’un plan audiovisuel, pour les enfants du Système.

N

NATIF : terme employé par les sociologues pour désigner un Français de souche ; voir SOUCHIEN.

NICHE FISCALE : expression dévalorisante pour désigner les dispositifs tout à fait légaux permettant de diminuer le montant de ses impôts et pour diaboliser ceux qui les utilisent.

NOËL : fête européenne et chrétienne qu’il est préférable de ne plus invoquer en public afin de ne pas indisposer nos hôtes qui ne relèvent pas de cette identité ; voir SAPIN.

NOUVEAU : mot trompeur, argument publicitaire déterminant renvoyant à l’idéologie progressiste ; aujourd’hui est mieux qu’hier et sera moins bien que demain ; voir aussi VU A LA TÉLÉ.

NUMÉRO VERT : numéro de téléphone gratuit que les victimes de l’impuissance de l’Etat à assurer la sécurité intérieure sont priées d’appeler ; synonyme de SOLUTION MIRACLE.

O

ORANGE : couleur symbolique et marqueur du Système (ex : « révolution orange »).

ORIENTATION SEXUELLE : expression trompeuse destinée à banaliser l’homosexualité ; voir GENRE.

P

PARADIS FISCAL : pays où l’on paye moins d’impôts qu’ailleurs, en particulier ailleurs qu’en France (de nombreux pays sont dans ce cas !).

PARENT : terme ringard car renvoyant aux notions dépassées de père et mère, depuis que l’homoparentalité est la loi ; voir HOMOPARENTALITÉ.

PARENTALITÉ : terme trompeur inventé pour réduire le rôle des parents à sa dimension éducative, en gommant leur dimension de géniteurs ; voir PARENT.

PATRIMOINE (de l’humanité) : quand une manifestation de la culture humaine est déclarée « inscrite au patrimoine mondial de l’humanité » par l’UNESCO, c’est qu’elle est en voie de disparition.

PATRIOTISME : n’est acceptable pour l’oligarchie que s’il se déclare « économique », « écologique », ou s’il est américain ou israélien ; sinon il s’agit d’un concept RINGARD, belliciste et crypto-fasciste et en tout cas interdit aux Européens de souche.

PÈRE : terme ringard et crypto-fasciste depuis que l’homoparentalité est la loi ; voir HOMOPARENTALITÉ.

PLANÈTE* (protection de la) : prétexte à l’augmentation incessante des réglementations et des taxes totalement inutiles par rapport à l’objectif affiché car pesant sur les seuls Européens ; source aussi de notoriété à bon compte pour politiciens ratés (ex : Nicolas Hulot est nommé « envoyé spécial du président de la République pour la protection de la planète » le 6 décembre 2012).

POUVOIR : mot péjoratif pour désigner le gouvernement d’un pays considéré comme ennemi par le Système (ex : le « pouvoir syrien ») ; synonymes : CLAN, RÉGIME, FAMILLE.

PRIORITÉ : mot trompeur, synonyme de CRISE. Car en France tout ce qui ne marche pas bien est une « priorité gouvernementale » (ex : « La sécurité est non seulement une priorité mais une obligation », F. Hollande à Pierrefeu–du-Var le 14 août 2012).

PMA (procréation médicalement assistée) : terme technique pour dire que les couples d’homosexuelles ont le « droit » d’avoir des enfants ; voir GESTATION POUR AUTRUI.

PROFANATION : n’intéresse les médias et l’oligarchie qu’à la condition que des églises ou des sépultures chrétiennes ne soient pas visées ; dans ce dernier cas on doit seulement employer le mot « dégradations ».

PROTECTION : mot prétexte justifiant l’intrusion permanente des pouvoirs publics dans la vie des gens, ainsi que la réduction de la libre initiative ; voir DANGER, SÉCURITÉ*.

PUB : technique d’action psychologique exercée sur les consommateurs potentiels afin de les conduire à acheter des produits ou des services dont ils n’ont pas un réel besoin, mais qui est par contre nécessaire à la survie du Système marchand occidental.

R

RACISME ANTI-BLANCS : oxymore, phénomène inexistant, ou à l’extrême rigueur cas tout à fait isolé, pour l’oligarchie ; car pour elle, seuls les Blancs sont racistes.

RADICALISATION : se dit d’un mouvement politique qui décide d’adopter une position allant à l’encontre de l’idéologie dominante ou du politiquement correct ; synonymes : RAIDISSEMENT, SURENCHÈRE, SE DROITISER ; voir aussi ISLAM RADICAL comme synonyme d’islamisme ou de terrorisme islamique.

RECYCLÉ : produit de mauvaise qualité vendu aux clients au nom de l’écologisme ; synonyme : ERSATZ.

REDRESSEMENT DES COMPTES PUBLICS : politique conduite par l’oligarchie consistant à réduire les dépenses publiques ou sociales et à augmenter les impôts et cotisations sociales, afin de permettre aux Etats de rembourser les dettes qu’ils ont contractées auprès des banques. Cette politique n’est, bien sûr, jamais de la DÉFLATION, de l’AUSTÉRITÉ ou de la RIGUEUR, en particulier quand elle est conduite par des gouvernements de gauche.

REFONDATION : mot trompeur et artifice de communication pour qualifier la simple poursuite des errements antérieurs (ex : « la refondation de l’école », un grand classique du langage politique).

RÉPUBLICAIN : mot trompeur, synonyme de soumis à l’idéologie dominante et au politiquement correct (ex : « droite républicaine »).

RETRAITES : pour l’oligarchie, doivent toujours être « ÉQUILIBRÉES », c’est-à-dire réduites.

RÉVOLUTIONS ARABES : conquête du pouvoir par les mouvements islamistes dans les pays arabes, avec la bénédiction aveugle de l’Occident et le soutien des pétro-monarchies ; synonyme : PRINTEMPS ARABE.

RIGUEUR : voir REDRESSEMENT DES COMPTES PUBLICS.

RINGARD : pour l’oligarchie, est ringard tout ce qui n’est pas transnational ; synonyme :RÉAC*.

S

SANG-FROID : synonyme de soumission au politiquement correct ; une personne qui tient des propos allant à l’encontre de l’idéologie dominante se trouve accusée de « perdre son sang-froid ».

SAPIN : arbre politiquement incorrect lorsqu’il est associé à la célébration de Noël, car il indisposerait ceux qui ne sont ni chrétiens ni européens de souche ; voir NOËL.

SIMPLE : qualificatif trompeur, en général utilisé pour minimiser des faits violents imputables à des personnes d’origine immigrée (ex : « un simple différend familial ») ; voir aussi BANAL.

SOCIÉTAL : barbarisme inventé pour qualifier l’ingénierie mise en œuvre par l’oligarchie et consistant à bouleverser les mœurs et le droit sans demander l’avis de la population majoritaire par référendum (ex : le mariage des homosexuels est une réforme « sociétale » du gouvernement socialiste) ; le sociétal permet de détourner l’attention sur le caractère de moins en moins « social » du Système.

SOUCHIEN : diminutif méprisant pour « Français de souche », sur la base d’un jeu de mots (sous-chien) employé par Houria Bouteldja (relaxée par la Cour d’Appel de Toulouse alors qu’elle avait été poursuivie pour injures raciales) ; voir NATIF.

SURENCHÈRE : se dit d’un homme ou d’un mouvement politique qui tient des propos politiquement incorrects ; voir aussi RADICALISATION.

SURPOPULATION CARCÉRALE : expression destinée à faire croire que le problème viendrait du nombre de détenus, alors que celui-ci n’est que la résultante de la progression des crimes et délits en France. Il faut en outre surtout craindre ceux qui ne sont pas emprisonnés.

SURPRISE : mot trompeur utilisé quand les résultats d’une élection ne correspondent pas à ce qui était souhaité et préparé par l’oligarchie.

T

TOUS, POUR TOUS : expression trompeuse utilisée pour positiver le fait de donner à certaines minorités agissantes les mêmes droits qu’à la majorité, alors qu’elles ne sont pas du tout dans la même situation (ex : « le mariage pour tous », pour ne pas dire le mariage pour les homosexuels).

V

VÉLO* : moyen de transport urbain pour bobos écolos, offrant l’avantage de s’affranchir des règles normales de circulation tout en bénéficiant d’une impunité juridictionnelle sur les automobilistes (ex : ne pas s’arrêter aux feux rouges, prendre des voies à contresens, rouler sur les trottoirs, rouler de nuit sans lumières).

VERT : qualificatif magique permettant de transformer des réglementations inutiles, des normes tatillonnes, des subventions injustes, des taxes et des impôts multiples qui pèsent sur les seuls Européens, en actes vertueux censés « sauver la planète » (ex : « emplois verts », « fiscalité verte », « croissance verte ») ; voir BIO, DURABLE*, DOUCE*.

VIGILANCE (Appel à la) : attitude hostile préconisée par l’oligarchie vis-à-vis de ceux qui vont à l’encontre de l’idéologie dominante (ex : « vigilance vis-à-vis de l’extrême droite », « vigilance vis-à-vis de l’homophobie ») ; la vigilance contredit le tolérantisme préconisé en tout par l’oligarchie à la condition qu’il reste politiquement correct.

VILLAGE GLOBAL : expression cosmopolite, utilisée par l’oligarchie et destinée à valoriser la suppression des nations et à nous faire croire que nous profitons de la mondialisation. Seuls les privilégiés ont en réalité accès à ce prétendu « village global ».

VIRAGE : le mot Virage s’applique toujours à la droite (ex : « virage à droite ») mais jamais à la gauche (il n’y a pas de « virage de la rigueur ») car il est assimilé à un changement de trajectoire illégitime ; synonyme de DROITISATION, DÉRAPAGE, DÉRIVE.

VU A LA TÉLÉ : accroche publicitaire à caractère tautologique puisque la télévision sert justement à diffuser des messages publicitaires, en captant l’attention des spectateurs.

Mise à jour septembre 2014 :

Acteurs impliqués dans la conception. Expression utilisée à la place du mot « parent », car « Aujourd’hui, la filiation biologique n’est plus la seule filiation possible ; il y a une multiplication des acteurs impliqués dans la conception et l’éducation des enfants » (Dominique Bertinotti, commission des lois, réunion du 18 décembre 2012).

Américain. Mot fascinateur et accroche publicitaire, tout ce qui est américain étant réputé posséder toutes les qualités possibles.

Antifascistes. Agitateurs d’extrême gauche habituellement encensés par les médias et peu poursuivis par la justice malgré les déprédations et les violences qu’ils provoquent (ex. : « Des antifascistes protestent contre la venue du candidat FN à Sciences–po », leMonde.fr du 13 février 2014).

Austérité. Mot trompeur destiné à faire croire que l’on réduit effectivement les dépenses publiques en France, alors que l’on se borne, au mieux, à augmenter les dépenses un peu moins qu’anticipé et que l’on augmente surtout les prélèvements sur les salariés ; synonyme tout aussi trompeur : « rigueur ». Voir « économies budgétaires ».

Bain de sang. Expression utilisée pour dramatiser des manifestations dans un pays ou un régime faisant l’objet d’une opération de déstabilisation occidentale (ex. : « Ukraine : après le bain de sang, la quête d’une situation politique », Le Monde du 24 février 2014).

Bashing. Anglicisme destiné à suggérer que les critiques à l’encontre des responsables du Système seraient excessives et outrancières (ex. : « Hollande bashing »). Mais curieusement les mêmes ne déplorent jamais le « Poutine bashing », le « Hassad bashing » ou « l’Iran bashing » incessants de nos médias.

Bleus. Equipe de France de football. Sur le terrain les Bleus sont facilement reconnaissables à leur couleur et au fait qu’ils ne connaissent pas les paroles de l’hymne national.

Camp de voyageurs. Camp de Roms pour Ouest France (« Un jeune policier roué de coups dans un camp de voyageurs », Ouest France du 16 mars 2014).

Care (éthique du care). Concept abscons d’origine américaine (de to care : se soucier de) introduit par Martine Aubry, alors première secrétaire du PS, qui prétend qu’il faudrait fonder désormais la société sur les « valeurs » féminines réputées bien plus bénéfiques que celles des hommes. Moralité : les femmes sont des hommes comme les autres mais elles leur sont quand même supérieures en tout !

Cathos. Diminutif méprisant et vaguement moqueur pour Catholiques (ex. : « Le film qui fâche les cathos » [à propos du film Au nom du fils], Metro du 7 mai 2014). On ne dit jamais musuls pour musulmans ni jujus pour juifs, bien évidemment.

Cœur (au cœur). Expression stéréotypée destinée à faire croire que l’oligarchie politique prendrait en compte un sujet qui préoccupe la population : elle répète alors à l’envi que ce sujet serait « au cœur » de l’action du gouvernement. Mais il y a tellement de choses qui sont censées être « au cœur » de l’action gouvernementale qu’en réalité cela ne traduit aucune priorité particulière autre que verbale.

Cohésion sociale. Prétexte utilisé par le Système pour maintenir les dépenses de transfert à un haut niveau car il faut « maintenir la cohésion sociale » : en fait, acheter des clientèles électorales.

Commando. Expression employée pour fustiger « l’extrême droite » ou les catholiques « intégristes » qui agresseraient leurs pacifiques opposants politiques ; désigne en réalité bien souvent des militants identitaires qui tentent de se défendre face à une agression gauchiste. Les gens d’extrême gauche n’organisent jamais de « commandos », ce ne sont que des militants courageux qui s’opposent au fascisme… plus de 60 ans après sa disparition en Europe.

Communauté internationale. Expression trompeuse désignant les gouvernements et organisations internationales inféodés aux Etats-Unis et soumis à l’idéologie occidentale, donc en réalité minoritaires à l’échelle de la population mondiale (ex. : « La communauté internationale choquée par le triomphe de Marine Le Pen en France », leFigaro.fr du 26 mai 2014).

Complot. Terme en général employé sur un mode humoristique pour déconsidérer tous ceux qui dénoncent l’existence du projet politique secret de l’oligarchie et qui seraient, bien sûr, tous des toqués d’extrême droite atteints de « complotisme ». Voir aussi « rumeur ».

Contrôle fiscal. Grand classique de la communication gouvernementale qui accompagne une augmentation des prélèvements pour tous les salariés ; dans ce cas on explique toujours que le contrôle fiscal a rapporté beaucoup d’argent dans les caisses de l’Etat.

Crise. Mot fétiche de l’oligarchie politique destiné à justifier qu’elle ne tient jamais ses promesses électorales, notamment en matière d’emploi. L’expression est trompeuse car justement c’est bien l’oligarchie qui provoque ou accentue les « crises ».

Culte. Dans l’expression « film culte ». Film que tout individu d’une génération donnée doit avoir vu sous peine de passer pour un ringard. Trad.: parfois, regardable, le plus souvent chiant, insipide, partisan, conformiste (ex. : Haneke, Besson, Scorcese, Almodovar… réalisent souvent des films « culte »). On dit aussi livre culte, BD culte, chanteur culte, festival culte…

Cyberpatrouilles. Surveillance accrue d’Internet et des réseaux sociaux par les services de police, au motif de dépister les « cyber-djihadistes » ; l’usage du mot patrouille est destiné à rassurer les braves gens qui pourraient s’inquiéter du renforcement de l’espionnage de leurs communications.

Déclarant. Mari et femme, selon le fisc, depuis le vote de la loi sur le « mariage » homosexuel.

Déconstruire les stéréotypes de genre. Expression pédante signifiant que l’on veut rééduquer les enfants pour leur faire oublier leur identité et leur sexe (« La création du programme ABCD de l’égalité, qui s’adresse à l’ensemble des élèves de la grande section de maternelle au CM2 et à leurs enseignants, vise à déconstruire des stéréotypes de genre », site du ministère de la Santé, décembre 2012).

Défense européenne. Oxymore trompeur destiné à faire croire que l’Union européenne assurerait la défense militaire de l’Europe, alors qu’elle se borne à confier ce rôle à l’OTAN, donc aux Etats-Unis.

Délinquant routier. Expression trompeuse ; tout automobiliste est un délinquant en puissance et un malade pour le Système (ex. : « 70% des délinquants routiers rechutent dans les 8 ans », Le Monde du 2 mai 2014). Voir aussi « Violence routière ».

Difficultés de circulation. Euphémisme utilisé par la SNCF pour cacher aux usagers que des grèves sporadiques ou des actes de malveillance perturbent la circulation des trains. Voir aussi « panne électrique », « événements défavorables ».

Djihadiste français (s’écrit aussi sous la forme jihadiste français). Oxymore désignant des musulmans résidant habituellement en France et combattant en principe à l’étranger contre des gouvernements laïcs pour instaurer la charia ou contre les armées occidentales. Ces combattants de la guerre sainte n’ont rien de français, sinon une pièce d’identité. On dit aussi dans le même registre « terroriste français » (ex. : « Encore un terroriste français », Le Parisien du 2 juin 2014 à propos de Mehdi Nemmouche suspecté d’être l’auteur de l’attentat du musée juif de Bruxelles) ; l’emploi du mot djihadiste permet aussi d’éviter d’utiliser le terme musulman, puisque chacun sait que l’islam est une religion de paix et de tolérance ; on dit aussi « djihadisme européen » dans le même registre.

Drame. Mot sidérant permettant de ne pas qualifier un fait qui irait à l’encontre de l’idéologie dominante. Ainsi quand une personne d’origine immigrée commet un crime on utilise le mot drame à la place ; de même pour ne pas écrire que la pression de l’immigration irrégulière sur les frontières de l’Europe s’accentue on utilise le mot drame, qui a l’avantage de transformer en victimes ceux qui veulent pénétrer irrégulièrement en Europe (ex. : « Immigration : l’Europe face au drame », Le Monde du 7 mai 2014).

Economies budgétaires. Expression trompeuse en France car en réalité on ne diminue pas les dépenses publiques mais on se borne, au mieux, à diminuer leur augmentation tendancielle supposée. Voir « austérité ».

Egalité de genre. Promotion systématique de la part des femmes dans tous les emplois.

Embuscade (en). Expression sidérante destinée à donner une image négative de la progression électorale du Front national (ex. : « Dans cette commune, le FN se tient en embuscade »). Cette expression est destinée à suggérer la malfaisance du FN, toujours à l’affût d’innocentes victimes. Traduction : le FN a des chances de gagner. Voir « rafler ».

En-commun. « De la conception à la gestion des espaces publics, comment construire un “en-commun” » (« Refonder la politique d’intégration », 2013). Charabia destiné à faire croire que la société n’a pas implosé.

Europhobe. Expression trompeuse visant une personne qui conteste l’orientation actuelle de l’Union européenne. Or on peut être « européen » tout en contestant l’Europe de Bruxelles ; l’expression suggère aussi que le fait d’exprimer une opinion contraire relèverait de la maladie (phobie) dont il faudrait guérir.

Eurosceptique, euroscepticisme. Euphémisme trompeur employé pour désigner tous ceux qui n’ont pas voté pour les partis institutionnels lors des élections européennes de mai 2014 et qui seraient donc « sceptiques ». En réalité, il ne s’agit pas de scepticisme mais bien de révolte contre les conséquences de la politique conduite par l’Europe de Bruxelles.

Evénements défavorables. Euphémisme utilisé par la RATP quand des supporters de l’équipe d’Algérie de football bloquent la circulation des bus.

Extrême droite musulmane. Islamistes, selon Charlie Hebdo, puisque le mal ne saurait venir que de la droite.

Fait religieux. Expression contournée pour tenter de noyer la montée en puissance de l’islam dans la société dans un phénomène religieux indéfini (ex. : « Près d’un salarié sur deux confronté à la montée du fait religieux en entreprise », Les Echos du 15 mai 2014). Voir aussi « intégrismes ».

Fantasme(s). Mot trompeur : quand une information est susceptible d’aller à l’encontre de ce que veut faire croire l’oligarchie on la qualifie de fantasme (ex. : « Le traité transatlantique : réalités et fantasmes », leFigaro.fr du 19 mai 2014). Voir aussi « rumeur », « complot ».

Femme active. Expression trompeuse utilisée par la presse « féminine », destinée à dévaloriser la mère de famille au profit de la femme salariée.

Festif (soirée festive). Euphémisme médiatique pour décrire les nombreux incidents provoqués en France par les supporters de l’équipe de football d’Algérie.

Fête des mères. Fête de plus en plus politiquement incorrecte, surtout à l’Education nationale où, comme l’on sait, on n’enseigne pas du tout la théorie du genre ; certaines écoles ont ainsi décidé que les enfants ne prépareraient plus de cadeaux pour la fête des mères « pour éviter des situations délicates pour de nombreux élèves ».

Fêtes religieuses. Expression trompeuse ; l’oligarchie ne respecte que les fêtes qui ne sont pas chrétiennes. Elle invite en outre systématiquement à travailler lors des fêtes chrétiennes, pour « lutter contre le chômage », bien sûr. Voir aussi « fait religieux ».

Film psychologique. Film, souvent français, barbant et destiné à ébahir les bobos. Voir « culte ».

Français (les). Expression marqueur de l’oligarchie qui a pris l’habitude de parler des Français à la troisième personne, pour bien marquer sa distance critique à leur égard.

France rance. Personnes assistant aux spectacles de Dieudonné, selon Roger Pol-Droit, et donc évidemment d’extrême droite (Les Echos du 9 janvier 2014) ; on peut dire aussi « patriotisme rance » pour viser le Front national (Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT, Les Echos du 3 juin 2014).

Franco-israélien. Expression employée quand un escroc d’origine juive se réfugie en Israël pour échapper à la justice.

Groupes académiques climat scolaire. Expression alambiquée pour cacher la triste réalité de l’insécurité et de l’indiscipline dans les établissements scolaires publics (« Afin de rendre effective cette lutte contre les violences, des “groupes académiques climat scolaire” sont par ailleurs déjà constitués pour aider localement chaque école et établissement », site du ministère de l’Education nationale).

Guerre froide. Expression trompeuse employée quand la Russie entend résister aux menées occidentales (ex. : les événements en Ukraine et en Crimée ont été assimilés à une « nouvelle guerre froide » par les médias occidentaux). Les Etats-Unis et leurs satellites ne sont, bien entendu, jamais suspects de vouloir raviver la guerre froide.

Humoriste. Histrion qui accède aux médias à la condition de tenir des propos politiquement corrects et notamment de se moquer des hommes, des catholiques et des électeurs du Front national et, bien sûr, de ne parler que de sexe. Dieudonné pour cette raison n’est plus un humoriste mais un « polémiste ».

Idée idiote. Quand un « jeune » jette une pierre sur un policier, ce n’est pas une agression violente mais seulement une « idée idiote », selon La Provence du 22 novembre 2013.

Idéologie. Mot trompeur utilisé à l’encontre de ceux qui critiquent le Système : on les accuse alors de faire de l’idéologie (ex. : « Point de posture, point d’idéologie », lance le premier ministre à l’intention de l’opposition lors du débat au Parlement sur la réforme pénale le 3 juin 2014). Le Système veut faire croire qu’il refuse l’idéologie alors qu’en réalité il repose tout entier sur des présupposés idéologiques comme le libre-échangisme ou l’antiracisme, par exemple. On utilise aussi le mot « polémique »* dans le même sens (pas de « vaines polémiques », bien sûr).

Immobilier (marché de l’). Dans les médias l’immobilier fait toujours l’objet de commentaires euphoriques selon la méthode Coué : le marché de l’immobilier « repart » et ses prix « baissent ». Mais curieusement ce n’est jamais ce que l’on constate à titre personnel.

Inégalité. Mot sidérant, sorte de figure moderne de Satan et prétexte à l’ingénierie sociale et à l’intervention croissante de l’Etat pour rétablir une prétendue égalité naturelle des situations. Mais curieusement les pourfendeurs de l’inégalité, ralliés au néo-libéralisme, ne s’intéressent plus aux inégalités sociales. Voir aussi « égalité réelle ».

Infertilité sociale. Mal dont seraient victimes les « couples » homosexuels, effectivement dans l’impossibilité de procréer (« La présente proposition de loi a pour objet d’ouvrir l’assistance médicale à la procréation à tous les couples infertiles, qu’il s’agisse d’une infertilité médicale ou “sociale”. » (Proposition de loi déposée au Sénat par cinq sénateurs socialistes le 19 juillet 2013).

Intégrisme(s). Concept fourre-tout utilisé pour essayer de placer sur le même plan l’islamisme et le traditionalisme catholique, afin de relativiser le premier ; pour les juifs on ne parle pas d’intégristes mais d’orthodoxes ou à la rigueur d’ultra-orthodoxes. Voir aussi « fait religieux ».

Jupe. Attribut vestimentaire féminin ringard et réac sauf s’il est porté par un garçon à l’instigation du conseil académique de la vie lycéenne de Nantes le 16 mai pour « lutter contre le sexisme ».

Lieu de culte. Périphrase utilisée dans les bulletins municipaux pour indiquer que la commune a favorisé l’implantation d’une mosquée pour ne pas avoir à employer ce mot. Voir aussi « centre culturel et religieux ».

Livre blanc. Quand l’oligarchie ne sait pas comment trancher une question ni définir une stratégie, elle produit un livre blanc, qui en général permet de différer la réponse sans établir de priorités claires. Voir aussi « observatoire ».

Mariage homosexuel. Mensonge sémantique. Le mot « pariage » serait plus approprié car il traduit une association entre pairs. En tout cas il est préférable d’écrire « mariage » homosexuel (mariage écrit entre guillemets) ou pseudo-mariage homosexuel.

Médaille d’or. Mensonge publicitaire consistant à faire croire qu’une horrible piquette serait un très bon vin, plusieurs fois primé par des œnologues.

Migrant. Mot trompeur désignant un étranger, en général d’origine africaine, tentant d’entrer illégalement sur le territoire de l’Union européenne. Voir « drame ».

Milicien (pro-russe). Expression destinée à jeter le discrédit sur les russophones fédéralistes d’Ukraine en suggérant qu’il s’agit d’individus violents et armés ; milicien est un jeu de mot avec police qui se dit militzia en russe. Voir « rebelle », « séparatiste ».

Milliers. Chiffre sidérant employé quand des manifestants défilent pour une cause politiquement correcte et destiné à faire croire qu’ils sont représentatifs (ex. : « Des milliers de jeunes ont manifesté hier contre le Front national », Les Echos du 30 mai 2014). Quand il s’agit des opposants à la loi Taubira sur le mariage des homosexuels, par contre, les médias comme les services de la préfecture de police ont beaucoup plus de mal à compter les milliers ou les millions.

Modeste (ex. : « les plus modestes »). Mot trompeur qui désigne non pas les vrais pauvres, mais ceux qui bénéficient de la redistribution initiée par les collectivités publiques et qui constituent une clientèle électorale précieuse, notamment pour les partis de gauche ; beaucoup de ces foyers modestes sont en réalité composés de personnes issues de l’immigration. Voir « petit ».

Nationaux-populistes. Expression sidérante utilisée dans les médias pour suggérer insidieusement que les mouvements souverainistes, identitaires, patriotiques ou populistes, et d’une façon générale ceux qui sont en désaccord avec la politique de l’Union européenne, seraient les héritiers des nationaux-socialistes des années 1930 (ex. : « Les élections européennes sous la pression des nationaux-populistes », leFigaro.fr du 23 mai 2014).

Niveau (le niveau scolaire monte). Désinformation très en vogue à l’Education nationale qui prétendait toujours que le niveau scolaire « montait »… jusqu’à ce que les enquêtes internationales soient publiées confirmant ce que chacun pouvait ressentir : à savoir une baisse continue des performances scolaires dans les disciplines fondamentales, malgré les sommes colossales dépensées chaque année à l’Education nationale.

Normal. Qualificatif tombé en ridicule depuis que François Hollande s’est vanté d’être un président normal lors de la campagne présidentielle de 2012 ; synonyme : lamentable.

Ouverture d’esprit. Expression trompeuse : se conformer au diktat politiquement correct des médias serait faire preuve « d’ouverture d’esprit » (ex. : « Conchita Wurst. Le triomphe de la différence : la victoire de ce travesti autrichien au concours de l’Eurovision atteste de l’ouverture d’esprit des millions de téléspectateurs européens », Le Monde du 13 mai 2014).

Panne électrique. Euphémisme employé dans les transports ferroviaires pour signifier aux usagers que des vols de métaux ont eu lieu. Voir « perturbations », « difficultés de circulation ».

Patriote venu d’ailleurs. Seul type de patriote convenable pour le Système (l’expression a été employée, pour désigner Romain Gary à l’occasion du centenaire de sa naissance, par Kader Arif, secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants et à la Mémoire le 13 mai 2014).

Patriotisme*. Maladie inquiétante pour l’oligarchie cosmopolite (ex. : « La crise ukrainienne a déclenché en Russie une inquiétante vague de patriotisme », Les Echos du 30 avril 2014).

Pays de Poutine. Expression synonyme de Russie pour le journal Le Monde (« Le pays de Poutine a réussi ses jeux », leMonde.fr du 24 février 2014).

Pédagogie*. Synonyme de rééducation des enfants dans le sens du politiquement correct à l’Education nationale.

Personnes éloignées de la culture. Périphrase pour personnes issues de l’immigration et ne parlant pas la langue du pays d’accueil (expression utilisée en Allemagne notamment pour désigner les familles turques).

Perturbation(s). Euphémisme utilisé pour « expliquer » aux usagers qu’un service public ne fonctionne pas (ex. : à la SNCF le trafic est souvent « perturbé »).

Petit. Mot fétiche de l’oligarchie politique qui prétend se préoccuper des « petits », alors qu’elle s’est mise en réalité au service des puissances d’argent. Voir « modeste ».

Philanthrope. Milliardaire défendant des positions politiquement correctes, notamment en matière d’immigration, de mœurs, de libre-échangisme et de mondialisme : pour le Système c’est donc forcément quelqu’un de bien (ex. : G. Soros est un philanthrope, selon La Tribune).

Polémiste(s). Commentateurs politiques qui sur les ondes ou à la télévision ont pour fonction de faire croire que différentes opinions auraient droit de cité dans les médias de propagande. En réalité, ils se bornent à décliner différentes variantes du politiquement correct et se gardent bien de « polémiquer » sur les sujets qui fâchent. Polémiste s’emploie aussi pour les « humoristes » qui ne sont plus politiquement corrects.

Précarité. En général elle est grande et réputée intéresser l’oligarchie qui aime étaler sa fibre « sociale » alors qu’il joue en la matière les pompiers incendiaires puisque c’est le Système qui étend la précarité. Voir « modeste ».

Première école. « Changer le nom en “petite école” ou “première école”, c’est neutraliser d’une certaine manière la charge affective maternante du mot “maternelle” » (Sandrine Mazetier, députée PS, le 1er février 2013).

Préoccupation. Dans le langage diplomatique, signifie embarras ou impuissance à faire cesser ce que l’on fait mine de dénoncer. Synonyme de résignation. Voir aussi « émotion ».

Promotion(s). Expression publicitaire trompeuse destinée à faire croire aux clients qu’ils vont faire une bonne affaire en achetant tel ou tel produit.

Rafler. Terme péjoratif employé en lieu et place de gagner, lorsqu’il s’agit d’une élection susceptible d’être remportée par un candidat du Front national, comme pour suggérer qu’il s’agirait d’un escroc raflant la mise (ex. : « Ces villes que le FN pourrait rafler », Direct Matin du 26 février 2014). Voir « embuscade ».

Rebondir. Mot trompeur généralement employé pour positiver le fait qu’un gouvernant tente d’empêcher la poursuite de la dégradation de sa popularité (ex. : « La stratégie de Hollande pour rebondir », Le Monde du 6 mai 2014) ; on emploie aussi « second souffle » dans le même sens.

Rebelle. Personne défendant son identité et réclamant son indépendance, mais qualifiée de rebelle quand sa cause va à l’encontre des intérêts de l’oligarchie (ex : les russophones d’Ukraine sont des rebelles quand ils se prononcent par référendum pour le fédéralisme). Voir « séparatiste ».

Réponse pénale. Expression trompeuse d’autosatisfaction du monde judiciaire destinée à faire croire que les délinquants et les criminels seraient effectivement sanctionnés par la justice en France ; car le taux de réponses pénales est toujours très élevé, selon les magistrats. Les victimes ou les services de police et de gendarmerie n’ont par contre pas du tout ce sentiment.

Répression. Mot sidérant, relevant de la sémantique de l’extrême gauche et toujours appliqué aux gouvernements désignés comme adversaires des Occidentaux. Ainsi l’Ukraine ne réprime pas les pro-russes, elle conduit seulement des opérations de police. Le Système ne réprime jamais personne, c’est bien connu.

Retardé. Qualificatif trompeur utilisé dans les compagnies de transport à la place du mot retard : le train n’est pas en retard, il est seulement retardé, comme pour suggérer que ce retard serait en quelque sorte étranger à la compagnie.

Risque. Euphémisme utilisé pour éviter d’affirmer un fait qui contredirait le politiquement correct ou qui serait désagréable pour l’oligarchie politicienne (ex. : « Hollande face au risque de cassure avec l’opinion », Le Monde du 7 mai 2014).

Rumeur. Quand un fait que veut cacher le Système est révélé, on parle de rumeur pour essayer de suggérer que sa réalité ne serait pas vraiment établie (ex. : l’enseignement de la théorie du genre serait une « rumeur »). Voir aussi « fantasme », « complot ».

Sanctions. Aboutissement lâche de toute diplomatie occidentale et notamment de celle de l’Union européenne ; les Occidentaux ne préconisent des sanctions que contre ceux que le Système désigne comme ses ennemis (ex. : sanctions contre la Russie accusée d’aider les « séparatistes » russophones en Crimée). Ces sanctions sont avant tout économiques car les Occidentaux pensent que l’économie dirige tout. Elles traduisent leur conception moraliste des relations internationales.

Sauver des vies. Mission de la marine italienne quand elle recueille en mer des immigrés irréguliers tentant d’entrer à Lampedusa, lesquels immigrés finiront par ne pas être refoulés. Mais heureusement pour les droits de l’homme, ils seront saufs.

Séisme. Quand l’oligarchie politique perd les élections et donc son monopole au profit des mouvements identitaires ou populistes on dit que c’est un « séisme » (séisme politique) ; le mot séisme cherche à suggérer que la victoire du Front national serait assimilable à une sorte de catastrophe géologique. Voir « vingt et un avril ».

Séparatiste. Terme destiné à dévaluer le droit à l’autodétermination des peuples lorsqu’ils ne vont pas dans le sens souhaité par le Système et par l’OTAN. Ex. : les russophones de Crimée sont des séparatistes (« séparatistes pro-russes »), mais les Kossavars étaient des combattants de la liberté ; dans le cas de l’Ukraine on dit aussi « militants pro-russes ». Voir « rebelle ».

Sexisme. Mot trompeur car, au lieu de lutter contre le sexisme, on promeut en réalité la domination d’un certain féminisme.

Situation préoccupante. Euphémisme pour dire illettrisme (cf. Les Echos du 29 novembre 2013).

Soft power. Expression d’origine américaine et reprise par l’Union européenne qui se vante d’exercer une puissance d’influence dans le monde, pour cacher le fait que l’Europe sort de l’histoire ; on utilise aussi dans le même sens « smart power ».

Tabou (sans). Expression trompeuse car en général les entretiens « sans tabou » des personnalités du Système se caractérisent par leur nombrilisme affligeant et leur totale correction politique.

Tenue islamique. Euphémisme désignant le port de signes vestimentaires d’appartenance religieuse à l’islam tolérés par l’Education nationale qui se prétend « laïque ».

Terrorisme. Mot sidérant justifiant un contrôle croissant de la population et notamment via les nouvelles technologies de communication et Internet.

Torchon (d’extrême-droite). Publication opposée au politiquement correct. Pour un journal de gauche équivalent, on utilise les termes positifs de « revue satirique ».

Transphobie. Nouvelle phobie inventée par le Système : sans doute la phobie des transsexuels (ex. : 17 mai 2014 « Journée nationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie »).

Veuve noire. Terroriste islamique de sexe féminin, quand elle frappe une cible en Russie. Puisqu’elle tue des Russes elle est donc victime et non coupable. La veuve noire désigne aussi une araignée du genre latrodectus, réputée dévorer les mâles. Mais l’usage du mot veuve au cas d’espèce suggère l’idée que la terroriste a dû perdre son mari du fait de la répression injuste de ces méchants russes. Voir aussi « kamikaze ».

Vingt et un avril. Expression sidérante destinée à mobiliser périodiquement les forces qui s’opposent au Front national ; le « 21 avril » fait référence au premier tour de l’élection présidentielle de 2002, où Jean-Marie Le Pen était arrivé second, devançant le candidat socialiste. Pour l’oligarchie il faut tout faire pour éviter le retour d’un 21 avril, ce qui signifie en réalité tout faire pour conserver son pouvoir. Voir aussi « séisme ».

Violences interconfessionnelles. Euphémisme utilisé pour rendre compte des violences mettant en cause des islamistes en Afrique. Cette expression permet aussi d’éviter de relever le caractère également souvent racial de ces violences, car par construction les Africains ne peuvent être racistes (ex. : « Regain de violences interconfessionnelles à Bangui », Le Monde du 30 mai 2014).

Michel Geoffroy
27/09/2014

Mise à jour mai 2016 :

ACCUEIL (DES MIGRANTS). Expression trompeuse pour dire « Nous sommes incapables de protéger les frontières de l’Europe ». Voir aussi « Welcome ».

 ACCORD SALARIAL OFFENSIF. Expression trompeuse désignant la possibilité de baisser les salaires dans une entreprise même si elle est en bonne santé financière, au titre de la loi Macron « pour la croissance et l’activité » de 2015.

ACTIVEMENT RECHERCHÉ. Expression stéréotypée utilisée à chaque fois qu’un attentat a été commis. Ses auteurs sont toujours « activement recherchés », pour suggérer une grande efficacité de la police… qui n’a pourtant pas pu prévenir l’attentat alors que dans la majorité des cas les terroristes étaient « bien connus des services de police » car ils avaient commencé dans le banditisme.

AGRESSION. Mot sidérant utilisé comme prétexte à des grèves à répétition dans les transports publics : les grévistes prennent ainsi en otages tous les usagers, sans toutefois désigner clairement l’identité des auteurs d’agressions contre les personnels qui en sont victimes.

AMÉLIORER (VOTRE QUOTIDIEN). Bobard publicitaire cachant la plupart du temps une diminution du service rendu à la majorité des clients ou des usagers.

ANTIRACISME. Mot trompeur signifiant que l’on est très favorable au racisme antifrançais et antieuropéen.

ARTY. Anglicisme pour désigner une activité qui se prétend « artistique », c’est-à-dire artistiquement correcte.

ATTENTAT (DÉJOUÉ). Grand classique de la communication gouvernementale destiné à rassurer les Français sur l’efficacité de notre police contre le terrorisme islamiste. Un attentat est toujours « déjoué », malheureusement toujours après qu’un attentat réel a été commis…

BABTOU. Initialement « toubab, dont « babtou » est le verlan, est un terme utilisé en Afrique de l’Ouest pour désigner quelqu’un à la peau blanche. L’apostrophe babtou est reprise par les jeunes des banlieues, souvent de façon péjorative, pour désigner les Français de souche. Son emploi n’est évidemment pas raciste pour les bien-pensants. Voir aussi « Kouffar ».

BARBARIE. Euphémisme utilisé pour éviter de désigner l’identité des auteurs d’attentats islamistes commis en France. On utilise aussi le terme générique de terrorisme à des fins identiques. Voir aussi « Terrorisme ».

BELGE. Mot trompeur utilisé pour masquer la dimension musulmane des auteurs d’attentats islamistes commis en France en novembre 2015.

BOBO. Pour « bourgeois bohème » ; le bobo est l’incarnation sociologique de l’idéologie libérale/libertaire : il désigne des privilégiés qui méprisent le peuple. Ils ont ostensiblement le « cœur à gauche » pour cacher l’épaisseur de leur portefeuille qui se trouve, lui, bien à droite.

BOUGIE. Arme magique recommandée par l’oligarchie pour lutter contre le djihadisme. Voir aussi « Crayon », « Drapeau ».

CASSEUR(S). Personnes se rendant coupables de nombreux délits et dégradations, souvent en groupe, mais bien vues des médias et de l’oligarchie car elles gravitent autour de l’extrême gauche. A ne pas confondre avec les hooligans qui sont des nervis d’extrême droite contre lesquels il faut sévir avec sévérité. Voir aussi « Hooligans ».

CAUSE (GRANDE CAUSE NATIONALE). Expression sidérante destinée à faire croire que le Pouvoir agit. Les grandes causes nationales se caractérisent en général par leur caractère bisounours ou anecdotique, mais surtout politiquement correct.

CERTIFIÉ BIO. Tromperie publicitaire destinée à faire croire qu’un produit ou un service respecterait des normes écologiques élevées (ex. : l’abattoir de Mauléon où les animaux étaient maltraités et égorgés sans étourdissement préalable était certifié bio !). Voir aussi « Vert »

 CHAHUTÉ. Euphémisme pour dire qu’un oligarque a été pris à partie par la population (« François Hollande a été chahuté au Salon de l’Agriculture », LeFigaro.fr du 27 février 2016). La référence au chahut est destinée à suggérer que tout cela est resté bon enfant, ce qui n’est pas forcément le cas. Voir aussi « Sous tension ».

 CHARLIE (JE SUIS). Double manipulation politico-médiatique organisée par le Pouvoir suite aux attentats islamistes de janvier 2015 en France notamment contre le journal Charlie Hebdo, destinée, d’une part, à faire croire que les terroristes s’en prendraient aux « valeurs de la République » et que, d’autre part, celles-ci correspondraient à l’idéologie gauchiste de ce journal. La manipulation a aussi tenté de créer une « union nationale » factice autour de François Hollande, excluant au surplus le Front national. Voir aussi « DAESH ».

 CHEF DE FILE. Expression pédante pour désigner le président de quelque chose en suggérant que l’entité en cause serait importante ou nombreuse. Voir aussi Leader.

CISGENRE. Barbarisme désignant un hétérosexuel pour les tenants de la théorie du genre.

COMBATTANT. Mot respectueux employé par les dhimmis européens pour désigner un djihadiste. Voir aussi « Djihadiste », « Kamikaze ».

COMMÉMORATION. Activité préférée de l’oligarchie, qui à défaut d’assurer la sécurité, aime beaucoup commémorer la mort des victimes françaises. Voir aussi « Mémoire ».

CON (PETIT). Définition bisounours du djihadiste Salah Abdeslam selon son avocat belge Sven Mary dans Libération du 26 avril 2016.

CONCURRENCE. Mot sidérant employé par l’oligarchie pour justifier la mise en œuvre de l’idéologie libérale. La concurrence est en effet censée apporter des bienfaits infinis, à la condition d’être « pure et parfaite ». Mais l’oligarchie s’efforce curieusement de se placer hors de sa portée : la concurrence c’est bon pour les autres !

 CONNECTEZ-VOUS. Expression publicitaire destinée à valoriser le recours à Internet pour obtenir des biens ou des services, c’est-à-dire en réalité le recours à un mode de communication qui fait l’objet d’une surveillance mondiale.

CONNU (DES SERVICES DE POLICE). Euphémisme pour ne pas dire délinquant récidiviste. Voir aussi « Activement recherché ».

CONSOMMATEUR. Mot sidérant destiné à mettre en scène une entité passive formatée à l’achat compulsif par la publicité, mais présentée comme exerçant un choix souverain.

COP (21). Expression sidérante désignant la 21e conférence des parties signataires de l’accord cadre des Nations unies de 1992 sur les changements climatiques, organisée à Paris en novembre et décembre 2015. La promotion de la COP 21 dans les médias a servi à diffuser l’idéologie réchauffiste et à justifier de nouvelles mesures coercitives dans les pays occidentaux, censées nous protéger contre le réchauffement climatique. Voir aussi « Réchauffement climatique ».

CRAYON. Instrument censé lutter contre le terrorisme islamiste lorsqu’il est brandi par les bisounours français en solidarité avec les victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo de janvier 2015 à Paris. Le crayon est censé symboliser la liberté d’expression. Voir aussi « Bougie », « Drapeau ».

CROIRE (VOULOIR). Verbe souvent employé à la place de penser ou d’affirmer quand il est question des conceptions des membres et responsables du Front national ; on écrit alors que le FN veut croire telle ou telle chose afin de souligner qu’il ne s’agit pas d’un comportement logique et rationnel de ses dirigeants (exemple : article de Olivier Faye dans Le Monde du 6 novembre 2015)

CULTISSIME. Adjectif censé signifier qu’il s’agit d’un bon film.

DAESH. Acronyme désignant l’Etat islamique qui prétend instaurer le Califat et l’application stricte de la Charia dans les régions qu’il contrôle. L’utilisation systématique du terme Daesh par l’oligarchie permet d’éviter de désigner l’identité musulmane des auteurs d’attentats terroristes en Europe. Le mot est aussi utilisé pour tenter de placer sur le même plan populisme et islamisme au motif fallacieux que tous deux menaceraient les « valeurs » occidentales (ex. : « Le refus des régions FN c’est le refus à la fois de DAESH et du FN », Ruth Elkrief à BFM TV du 12 décembre 2015). DAESH peut aussi s’écrire sous la forme : DAECH.

DÉCAPITATION. Terme lénifiant, à prétention technique, désignant les horribles assassinats rituels par égorgement des victimes perpétrés par les islamistes, notamment ceux se réclamant de Daesh.

DÉCOMPLEXÉ. Euphémisme pour dire cynique ; en général s’emploie pour valoriser une posture politiquement correcte (ex. : « La droite assume un libéralisme décomplexé », LeFigaro.fr du 22 février 2016).

DÉGAINER. Verbe trompeur employé pour suggérer une mâle détermination du gouvernement (ex. : « Manuel Valls dégaine le 49-3 »).

DÉMODÉ. Mot publicitaire sidérant destiné à préparer le consommateur à l’idée d’un nouvel achat pour rester conforme à la mode. Voir aussi « Mode ».

DÉRADICALISATION. Processus mystérieux par lequel un méchant islamiste serait censé redevenir un gentil musulman pacifique et amoureux du genre humain.

DIALOGUE (DES CULTURES). Expression trompeuse servant de prétexte à l’abandon de notre identité et au développement du relativisme culturel ; trad : Soumission de notre culture.

DISCRIMINATION. Mot sidérant destiné à délégitimer toute préférence ou toute protection identitaire de la part des Européens de souche (ex. : la préférence nationale est considérée comme une discrimination depuis la loi Pleven de 1972). Le principe de « non-discrimination » est utilisé par les partisans de la dérégulation libérale, notamment dans le cadre de l’Union européenne, pour déconstruire toutes les spécificités nationales, présentées à chaque fois comme d’injustes discriminations faisant obstacle à la transparence du marché.

DRAPEAU (TRICOLORE). Objet magique censé protéger contre le djihadisme quand il est accroché à une fenêtre par un bisounours européen ; bien qu’on accroche toujours des drapeaux après qu’un attentat a été commis. Voir aussi « Bougie », « Crayon ».

ÉPINEUX. Se dit d’un sujet ou d’une information susceptible de contredire le politiquement correct et l’idéologie bisounours (ex. : «L’épineux Traité Transatlantique », LeFigaro.fr du 2 mai 2016). Voir aussi « Délicat ».

ÉPINGLER. Se dit lorsque des propos ou des actes politiquement incorrects sont révélés : on dit alors qu’ils sont épinglés, pour mieux souligner leur caractère punissable (ex. : « Les élus républicains de Wissous épinglés pour des propos islamophobes », LeFigaro.fr du 11 mars 2016).

ÉTAT (D’URGENCE). Renforcement des pouvoirs de police et réduction des libertés justifiés par une situation d’urgence nationale et validés par le Parlement. L’état d’urgence a été présenté comme la ferme réponse du gouvernement au terrorisme islamique, suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Mais curieusement l’état d’urgence n’empêche pas l’extrême gauche de multiplier les violences en toute impunité.

EXTRÊME. Adjectif valorisé par la publicité afin de faire croire que l’acquisition de certains produits ou de certains services procurerait une satisfaction très élevée (ex. : un goût extrême, des sports extrêmes). Par contre, curieusement, en politique l’adjectif extrême sert à diaboliser les opinions dissidentes. Voir aussi « extrême droite ».

FAMILLE. Le mot doit désormais s’écrire au pluriel selon François Hollande car « Ce qui est réactionnaire c’est de considérer un seul et unique modèle familial », à propos de la création d’un ministère des Familles (interview au magazine Elle de mars 2016).

 FRANÇAIS DE SOUCHE. Expression politiquement incorrecte ne recouvrant « aucune réalité légale, historique, biologique ou sociologique » selon le Tribunal correctionnel de Paris le 19 mars 2015, jugement confirmé en appel en décembre 2015.

FUCK THE CHURCH. Expression ordurière employée par les Femen contre les catholiques, et pour cette raison parfaitement tolérée au nom de la « liberté d’expression » par le Tribunal correctionnel de Paris en février 2016. Les Femen se gardent bien d’affirmer « Fuck the Mosquée » ou « Fuck the Synagogue », évidemment.

GAZ. Mot sidérant employé à des fins compassionnelles quand des immigrants sont concernés (ex. : « A la frontière macédonienne on a utilisé des gaz lacrymogènes contre les migrants »). Par contre, quand il s’agit de manifestants autochtones, la police n’utilise que des « aérosols lacrymogènes », nuance ! Voir aussi « Aérosols lacrymogènes ».

GUERRE (EN). Expression trompeuse dans la mesure où l’oligarchie refuse obstinément de désigner l’ennemi contre lequel elle se prétend « en guerre » et où, au surplus, elle ne se prépare pas du tout à livrer cette guerre. L’utilisation du mot guerre a pour fonction de masquer l’identité de ceux qui frappent l’Europe (ex. : « L’Europe en guerre », Le Parisien du 23 mars 2016 au lendemain des attentats islamistes de Bruxelles). Voir aussi « Chef de guerre », « Terrorisme ».

GOURMANDISE. Défaut encouragé cyniquement par la publicité. Voir aussi « Gourmand ».

HOME JACKING. Anglicisme désignant une agression violente au domicile de la victime volée, perpétrée par des bandes organisées. Leur nombre a augmenté en France de 20% en 2015.

HONTE. Mot sidérant annonçant habituellement une mise en accusation pour commission d’un « crime contre la pensée » ou destiné à préparer l’opinion à des mesures conformes à l’idéologie cosmopolite (ex. : « La jungle de Calais est une honte pour la France »).

HOOLIGAN. Terme mensonger destiné à diaboliser des manifestants en faveur d’une cause politiquement incorrecte. En URSS le terme hooligan servait de même à déconsidérer les opposants au système soviétique. Voir aussi « Casseurs ».

IMAGE (CHOQUANTE). Image censurée par les médias quand elle va à l’encontre de l’idéologie dominante ou quand elle risquerait de réveiller l’opinion (ex. : les images des victimes de l’islamisme en France sont toujours considérées comme choquantes).

INAPPROPRIÉ. Synonyme de politiquement incorrect et donc de censurable (ex. : « propos inappropriés »).

INITIATIVE (POUR LE COURAGE CIVIL). Expression pédante désignant l’accord entre Twitter, Google, Facebook pour censurer, à la demande du gouvernement allemand, les messages critiquant l’immigration et l’islamisation au motif qu’ils seraient « haineux ».

INSOLENT (INSOLENCE). Terme trompeur lorsqu’il est appliqué à un intellectuel ou à un « artiste » car en général sa prétendue insolence n’est qu’une forme d’obéissance au politiquement ou à l’artistiquement correct. Voir aussi « Renverser les tabous ».

ISLAMOPHOBIE. Mot sidérant destiné à diaboliser et à censurer toute critique de l’islam ou de l’islamisation de l’Europe. La référence à la phobie sert à faire croire que ceux qui refusent ou s’inquiètent de l’islamisation seraient de dangereux malades. Voir aussi « Musulman ».

KOUFFAR (PAYS DE). Définition de la France pour le rappeur Black M ; kouffar, pluriel de kafir, est le terme arabe méprisant pour dire mécréants. Mais ce n’est bien sûr pas une affirmation raciste ni europhobe, ni christianophobe. Voir aussi « Babtou ».

 LEADER(S) DU MONDE. Expression trompeuse traduisant la prétention des chefs d’Etat occidentaux, sujets des Etats-Unis, à continuer de diriger l’humanité, alors que le monde devient, au contraire, chaque jour plus multipolaire et chaotique.

LÉGITIME DÉFENSE. Expression taboue. La légitime défense n’est quasiment jamais reconnue par la justice lorsqu’elle est invoquée par des Français de souche.

LIMITES (DÉPASSEZ VOS). Expression publicitaire destinée à valoriser la fuite en avant incessante dans toujours plus de consommation. Voir aussi « Extrême ».

LOCATAIRE (DE MATIGNON). Expression alambiquée pour dire premier ministre, insistant sur le caractère révocable de la fonction.

LUTTE (EN). Expression emblématique de l’extrême gauche qui se prétend toujours en lutte contre le Capitalisme ou le Pouvoir ; en réalité cette lutte n’en est pas une et en tout cas elle est sans risque pour les prétendus lutteurs. Voir aussi « Extrême gauche ».

MANIFESTATION (NON DÉCLARÉE). Expression politico-médiatique employée pour justifier la répression policière des manifestations politiquement incorrectes (ex. : la manifestation des Identitaires à Calais le 12 mars 2016 a été réprimée car elle… n’était pas déclarée ! Par contre, les immigrants irréguliers de Calais ont tout à fait le droit de manifester).

MARGE (EN). Expression stéréotypée utilisée lorsqu’une manifestation politiquement correcte débouche sur des violences de la part de casseurs : on dit alors que ces violences ont eu lieu en marge comme pour suggérer qu’elles sont indépendantes de la cause défendue par les manifestants (ex. : « Violences en marge de Nuit Debout à Paris »). Lorsque la manifestation est politiquement incorrecte on dit, par contre, qu’elles ont donné lieu à des incidents. Voir aussi « Incidents », « Casseurs », « Débordements ».

 MEILLEUR. Mot publicitaire sidérant destiné à faire croire au consommateur qu’on lui fournit des produits de qualité.

MELTING-POT (creuset en anglais). Expression trompeuse destinée à faire croire que les Etats-Unis seraient un modèle de société multiculturelle, alors qu’en réalité la ségrégation sociale et ethnique y est très présente. La référence au mythe du melting-pot sert à justifier le discours sur le « vivre-ensemble » et l’immigrationnisme en Europe.

 MIGRANT CLIMATIQUE. Expression trompeuse destinée à justifier un nouvel afflux d’immigrants irréguliers en Europe, cette fois au prétexte du réchauffement climatique.

MOBILE (POLITIQUE). Expression lénifiante pour désigner un attentat djihadiste (ex. : « Le mobile de l’attaque serait politique » à propos de l’attentat au couteau commis par un « Allemand de 27 ans au cri de Allouha Akbar » dans une gare bavaroise : LeFigaro.fr et AFP du 9 mai 2016).

MONDE (CHANGE). Expression stéréotypée employée par l’oligarchie (« le monde change ») pour justifier le bouleversement de la société conformément à ses intérêts ; on dit aussi « le monde bouge » dans le même sens.

MUSULMAN. Mot sidérant désignant l’adepte d’une religion de paix et d’amour hautement respectable en Europe ; le musulman enrichit notre culture bien qu’il soit victime d’injustes discriminations de la part des Européens de souche. Nota : il est bien-pensant de dire que « les musulmans sont les principales victimes du terrorisme » et on ne doit jamais utiliser le mot musulman pour évoquer l’identité des terroristes islamistes. Le mot musulman ne doit être utilisé que dans un sens positif, sauf à se rendre coupable d’islamophobie. Voir aussi « Islam », « Islamophobie », « Radicalisé ».

NATION BUILDING. Anglicisme traduisant la prétention occidentale à créer de toutes pièces une société « démocratique », au mépris de l’histoire et de l’identité des peuples, le plus souvent suite à une guerre qu’ils ont conduite contre ladite société. Le nation building a en réalité échoué partout où on a prétendu le mettre en œuvre, notamment en Irak ou en Afghanistan, et a débouché sur le chaos et la progression de l’islamisme.

NIQUE (LA FRANCE). Expression ordurière très en vogue chez certains rappeurs mais absolument dénuée de tout contenu raciste pour la justice et les ligues de vertu antiracistes. Voir aussi « Babtous », « Kouffar ».

 NOUNOU. Euphémisme trompeur pour désigner l’assassin d’un enfant à Moscou, une femme voilée qui déclare avoir agi à la demande d’Allah : « Une nounou décapite un enfant et brandit sa tête dans les rues de Moscou », LeFigaro.fr du 29 février 2016. Voir aussi « Décapitation ».

 NUIT DEBOUT. Manifestation gauchiste bénéficiant pour cette raison de la bienveillance du Système, car elle sert à détourner l’attention sur les vraies préoccupations populaires. Voir aussi « Extrême gauche ».

PARACHUTE (DORÉ). Rétribution exceptionnelle que les dirigeants des grandes entreprises mondialisées se font attribuer au cas où il serait mis fin à leurs fonctions. Ce qui ne les empêche nullement de proclamer que « l’emploi à vie c’est fini » ou de réclamer un démantèlement de la protection sociale des salariés. Il est d’usage pour la classe politicienne de réclamer périodiquement une moralisation de ces pratiques, mais sans effet pratique. Synonyme : Privilège.

PARCOURS CITOYEN. Expression valorisant les différentes étapes d’une rééducation politiquement correcte de la population. Voir aussi « Parcours d’intégration ».

 PATRIOTE. Mot tabou s’il concerne un Français ; en novlangue on utilise plutôt les termes : « Nationaliste » et surtout « d’Extrême droite » afin de disqualifier le patriotisme. Voir aussi « Patriote venu d’ailleurs ».

PERCÉE. Mot subliminal employé lorsqu’un parti identitaire ou populiste progresse aux élections ; le mot a une connotation militaire comme pour souligner le caractère agressif et donc dangereux de cette progression.

 PERQUISITION. Mot sidérant désignant une simple étape dans une procédure judiciaire, mais présenté dans les médias comme une présomption de culpabilité (ex. : « Perquisition au siège du Front national »).

PERVERS (NARCISSIQUE). Penchant naturel d’un homme pour la pudibonderie féministe.

PLAN. Mot sidérant destiné à suggérer que le gouvernement décide d’agir fermement contre quelque chose (ex. : « Valls dégaine son plan anti-djihadiste ») ; en général ces plans ne sont qu’un catalogue d’annonces de portée variable, rarement suivis d’effets mesurables, en outre. Voir aussi « Mobilisation ».

PLAN (DE SAUVERGARDE DE L’EMPLOI). Expression trompeuse désignant un plan de licenciement depuis la loi Macron « pour la croissance et l’activité » de 2015. Voir aussi « Plan social ».

 POINT GODWIN. Artifice de propagande consistant à disqualifier une opinion adverse en l’assimilant à un point de vue nazi ou relatif aux « heures sombres de notre histoire ». Le point Godwin (d’après Mike Godwin qui a le premier formulé cette loi) est atteint dans une discussion lorsque, faute d’argument, l’interlocuteur en arrive à invoquer la reductio ad hitlerum. Le recours au point Godwin constitue l’artifice de propagande essentiel de l’oligarchie pour contrer les dissidents.

PRÊTRE. N’intéresse les médias qu’à la condition d’être pédophile. Voir aussi « Pédophile ».

PRISE DE PAROLE. Expression pédante destinée à valoriser un chahut gauchiste qui bénéficie de la bienveillance de l’oligarchie et des médias. Voir aussi « Nuit debout ».

PROJET. Expression publicitaire désignant l’encouragement à de futures dépenses par l’endettement (ex. : « Nous finançons vos projets »).

QUESTION. Mot marqueur de l’oligarchie qui se complaît à évoquer les questions de ceci ou cela (« cela pose la question de »), car elle est justement incapable d’apporter des solutions. Voir aussi « Problème ».

RADICALISÉ. Se dit d’un gentil musulman devenu mystérieusement un méchant djihadiste ; curieusement les bouddhistes ou les catholiques ne semblent pas sujets à ce mal étrange. Voir aussi « Djihadiste ».

RÉDUCTION. Mot publicitaire trompeur destiné à inciter à l’achat au motif que le produit en cause verrait son prix réduit. Voir aussi « Soldes

RÉFORMES STRUCTURELLES. Expression synonyme d’austérité, lorsqu’elle est invoquée par les institutions financières internationales.

RELOCALISATION. Expression trompeuse signifiant l’hébergement des immigrants aux frais du contribuable et en général contre sa volonté, dans un lieu autre que celui de leur arrivée (ex. : « Le gouvernement veut relocaliser des immigrants de la jungle de Calais »). A ne pas confondre avec la remigration qui vise, au contraire, au retour des immigrés dans leur pays d’origine.

RETENIR (CE QU’IL FAUT). Expression stéréotypée servant à introduire, dans les médias, l’analyse politiquement correcte de « l’actualité » qu’il convient d’adopter si l’on veut rester bien-pensant.

SATIRIQUE. Se dit d’un journal ou d’une émission qui prétendent faire rire le public, mais à la condition d’être politiquement corrects (ex. le Petit Journal de Canal+ serait une émission satirique pour LeFigaro.fr du 9 mai 2016). Voir aussi « Humoriste », « Polémiste ».

SENSIBILISATION. Mot trompeur pour dire propagande (ex. : « Semaine de sensibilisation contre le racisme »).

SEUIL (DE TOLÉRANCE). Expression politiquement incorrecte quand on l’applique à l’immigration ou à l’islam.

SOTTISE. Comportement ou affirmation politiquement incorrecte aux yeux des politiciens « de droite » (ex. : Alain Juppé dénonçant en octobre 2015 « la sottise qui inspire la caricature d’une France de race blanche »).

SULFUREUX. Qualificatif employé pour disqualifier des propos politiquement incorrects ; la référence au soufre vise à suggérer le caractère diabolique des propos visés : des thèses sulfureuses.

TENDANCE. Mot sidérant utilisé à des fins publicitaires pour annoncer une nouvelle incitation à l’achat (ex. : « les nouvelles tendances de l’année »), ou pour valoriser la soumission au politiquement correct (ex. : « c’est tendance »). Voir aussi « Mode ».

TENSION (SOUS). Euphémisme utilisé lorsqu’un représentant de l’oligarchie se fait conspuer par la population (ex. : « Visite sous tension de François Hollande au Salon de l’Agriculture le 27 février 2016 » pour ne pas reconnaître que François Hollande s’est fait huer au Salon de l’Agriculture). Voir aussi « Chahuté ».

TOUS (UNIS CONTRE LA HAINE). Slogan bien-pensant destiné à faire croire que seules les personnes d’origine étrangère et musulmane seraient victimes du « racisme », et avant tout destiné à détourner l’attention sur le péril islamiste en Europe.

TRADITION(NEL). Accroche publicitaire destinée à faire croire aux acheteurs potentiels qu’un produit serait conforme aux traditions nationales, notamment culinaires.

TRAVAIL. Mot trompeur pour dire « salariat ». Voir aussi « Travailleur ».

 VIOLENCES (POLICIÈRES). Grand classique de l’extrême gauche et des médias de propagande ; la mise en scène des « violences policières » sert à justifier tous les débordements violents, notamment dans les banlieues. A noter que pour les médias, les participants aux Manif Pour Tous n’étaient, par contre, jamais victimes de violences policières.

VISION (PALÉOLITHIQUE DE LA SOCIÉTÉ). Pour Alain Juppé les salariés qui refusent de travailler le dimanche exprimeraient une « vision paléolithique de la société » (présentation de son programme économique le 10 mai 2016).

 WELCOME (bienvenue en anglais). Expression favorite des dhimmis européens, incapables d’empêcher l’installation violente d’étrangers sur leur territoire (« refugees welcome » : bienvenue aux refugiés). Voir aussi « Accueil des migrants ».

WORLD TOUR. Anglicisme publicitaire pour dire tournée mondiale, destiné à faire croire qu’un artiste se produisant dans un pays serait une vedette internationalement reconnue et célébrée.

Michel Geoffroy
17/05/2016

Mise à jour février 2017 :

ACCOMMODEMENT. Expression sidérante désignant la politique recommandée par l’Union européenne, visant à ce que les Européens de souche s’adaptent aux mœurs et à la religion des immigrants. Le caractère mutuel de l’accommodement est, bien sûr, factice car il ne repose sur aucune réciprocité. On dit aussi Accommodement raisonnable dans le même sens. Voir aussi « Société inclusive ».

 ACCORD SALARIAL OFFENSIF. Expression trompeuse désignant la possibilité de baisser les salaires dans une entreprise même si elle est en bonne santé financière, au titre de la loi Macron « pour la croissance et l’activité » de 2015.

ACCUEIL (DES MIGRANTS). Expression trompeuse pour dire « Nous sommes incapables de protéger les frontières de l’Europe ». Voir aussi « Afflux », « Welcome ».

ACHETER. Mot sidérant prononcé rituellement de très nombreuses fois par jour par les Occidentaux complètement manipulés par la suggestion publicitaire qui pousse à l’achat compulsif et au consumérisme.

ACTE DE SOUVENIR. Charabia inventé par François Hollande à l’occasion des commémorations des attentats du Bataclan, destiné à faire croire que commémorer serait une action efficace dans la lutte contre le terrorisme islamiste. Voir aussi « Commémoration ».

ACTE ISLAMOPHOBE. Grand classique de la propagande consistant à faire croire que dans les pays européens et notamment en France les musulmans seraient victimes d’un nombre considérable d’actes violents et « racistes ». Curieusement, le fait d’égorger un prêtre célébrant la Messe n’est pas considéré comme un acte « christianophobe ». Voir aussi « Racisme anti-blanc » (*).

ACTIVEMENT RECHERCHÉ. Expression stéréotypée utilisée à chaque fois qu’un attentat a été commis. Ses auteurs sont toujours « activement recherchés », pour suggérer une grande efficacité de la police… qui n’a pourtant pas pu prévenir l’attentat alors que dans la majorité des cas les terroristes étaient « bien connus des services de police » car ils avaient commencé dans le banditisme. Voir aussi « Traque » (*).

AFFLUX. Mot trompeur pour ne pas dire invasion (ex. : « A la frontière serbo-hongroise, nouvel afflux de migrants », LeFigaro.fr du 6 juillet 2016). Voir aussi « Augmenter ».

AGRESSION. Mot sidérant utilisé comme prétexte à des grèves à répétition dans les transports publics : les grévistes prennent ainsi en otages tous les usagers, sans toutefois désigner clairement l’identité des auteurs d’agressions contre les personnels qui en sont victimes.

ALERTE (*) POLLUTION (VITESSE RÉDUITE). Expression sidérante destinée à accoutumer la population à une réduction de la circulation automobile pour les seuls particuliers. Voir aussi « Pic de pollution », « Pollution ».

ALLONGEMENT (DU TEMPS DE PARCOURS). Euphémisme utilisé à la SNCF pour dire retard.

ALLOPHONE. Ecolier d’origine immigrée ne parlant pas le français, pour l’Education nationale.

AMÉLIORER (VOTRE QUOTIDIEN). Bobard publicitaire cachant la plupart du temps une diminution du service rendu à la majorité des clients ou des usagers.

ANTÉCÉDENTS PSYCHIATRIQUES. Expression rituellement utilisée à chaque fois qu’un islamiste commet un délit, un crime ou un attentat, pour tenter d’expliquer son geste par d’autres motivations que l’islamisme. Voir aussi « Déséquilibré » (*), « Troubles du comportement », « Troubles psychologiques » (*), « Troubles psychiatriques ».

ANTI-DIFFAMATION. Expression trompeuse désignant l’action d’associations communautaristes qui, dans les pays occidentaux, pratiquent le chantage au racisme pour extorquer des fonds à leurs victimes, avec la complicité des pouvoirs publics et notamment de la justice.

ANTIRACISME. Mot trompeur signifiant que l’on est très favorable au racisme antifrançais et antieuropéen. Voir aussi « Non-mixité ».

APAISER (LES TENSIONS). Expression signifiant que l’on capitule devant le communautarisme et l’islamisme, donc très prisée par les pouvoirs publics. Voir aussi « Compréhension » (*), « Se soumettre ».

APPORT. Terme publicitaire trompeur désignant la composition d’un produit alimentaire, censé apporter plein de bonnes choses à son consommateur.

APPRENDRE (A VIVRE AVEC LE TERRORISME). Expression destinée à cacher l’impuissance et la complaisance de l’oligarchie vis-à-vis du terrorisme islamiste : selon elle, ce terrorisme serait une sorte de fatalité à laquelle il conviendrait de se soumettre (cf. Manuel Valls, premier ministre en janvier 2015 : « Les jeunes Français doivent s’habituer à vivre durablement avec la menace d’attentats »).

ARTY. Anglicisme pour désigner une activité qui se prétend « artistique », c’est-à-dire artistiquement correcte.

ATTAQUE (*). Terme volontairement général utilisé pour éviter d’employer le mot attentat (ex. : LeFigaro.fr du 25 juillet 2016 : « L’Allemagne frappée par une série d’attaques »). Voir aussi « Terrorisme » (*).

ATTENTAT (DÉJOUÉ). Grand classique de la communication gouvernementale destiné à rassurer les Français sur l’efficacité de notre police contre le terrorisme islamiste. Curieusement, en effet, on annonce souvent qu’un attentat est toujours « déjoué », malheureusement après qu’un attentat réel a été commis…

AUGMENTER. Euphémisme utilisé pour cacher que les gouvernants ne maîtrisent plus les flux d’immigrants (ex. : « A la frontière franco-italienne, Vintimille voit les arrivées de migrants augmenter », LeMonde.fr du 10 août 2016). Voir aussi « Afflux ».

AUTODÉFENSE. Expression trompeuse destinée à diaboliser la légitime défense.

BABTOU. Initialement « toubab », dont « babtou » est le verlan : terme utilisé en Afrique de l’Ouest pour désigner quelqu’un à la peau blanche. L’apostrophe babtou est reprise par les jeunes des banlieues, souvent de façon péjorative, pour désigner les Français de souche. Son emploi n’est évidemment pas raciste pour les bien-pensants. Voir aussi « Kouffars ».

BAGARRE. Mot lénifiant utilisé lorsque des personnes d’origine immigrée sont responsables d’agressions et de violences, même lorsque de graves délits sont commis à cette occasion. Le mot bagarre est utilisé pour suggérer que les responsabilités de ces violences seraient partagées. Voir aussi « Bagarre par balles », « Rixe ».

BARBARE/BARBARIE. Euphémisme utilisé pour éviter de désigner l’identité des auteurs d’attentats islamistes commis en France (ex. : « Assassiné par les barbares » : titre du Figaro du 27 juillet 2016 faisant référence à l’égorgement par un islamiste du prêtre de l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray). On utilise aussi le terme générique de terrorisme à des fins identiques. Voir aussi « Terrorisme » (*).

BELGE. Mot trompeur utilisé pour masquer la dimension musulmane des auteurs d’attentats islamistes commis en France en novembre 2015. Voir aussi « Terroriste français ».

BIENVENUE (EN ZONE PIÉTONNIÈRE). Traduction : réservé aux bobos qui habitent dans le quartier.

BILAN CARBONE. Argument publicitaire à prétention écologique destiné à faire croire que la fabrication du produit qui est promu ne serait responsable que de peu d’émissions de carbone. Voir aussi « Empreinte carbone » (*).

BOBO. Pour « bourgeois bohème ». Le bobo est l’incarnation sociologique de l’idéologie libérale/libertaire : il désigne des privilégiés qui méprisent le peuple. Ils ont ostensiblement le « cœur à gauche » pour cacher l’épaisseur de leur portefeuille qui se trouve, lui, bien à droite.

BOUGIE. Arme magique recommandée par l’oligarchie à destination des bisounours, pour lutter contre le djihadisme. Voir aussi « Crayon », « Drapeau ».

BURKINI. Tenue vestimentaire pour les bains de mer et les piscines portée en signe religieux ostentatoire et prosélyte par les jeunes femmes musulmanes, mais autorisée par le Conseil d’Etat.

CAMION (FOU). Expression trompeuse utilisée lorsqu’un djihadiste utilise un camion pour foncer dans la foule : le coupable n’est pas le djihadiste mais… le camion, comme s’il s’agissait d’une sorte d’accident de la circulation. La manipulation est double car un véhicule est dit fou lorsqu’il n’obéit plus à son conducteur, alors qu’au cas d’espèce le camion est jeté volontairement sur la foule par son chauffeur. Voir aussi « Tirs ».

CARENCE (AFFECTIVE). Expression trompeuse destinée à justifier de façon compassionnelle les agressions sexuelles commises par les immigrés le 31 décembre 2015 en Allemagne, en présentant leurs auteurs comme des victimes.

CAS ISOLÉ. Expression lénifiante destinée à faire croire que les auteurs d’attentats islamistes constituent une minorité non représentative de la population musulmane ou des immigrants et auprès desquels ils ne recevraient aucun soutien (ex. : « Nous ne devons pas porter de soupçon généralisé contre les réfugiés, même s’il y a des procédures qui sont engagées dans des cas isolés », Thomas de Maiziere, ministre de l’Intérieur allemand le 25 juillet 2016). Voir aussi « Acte isolé » (*), « Loup solitaire » (*).

CASQUES BLANCS. ONG proche des islamistes d’Al-Nosra agissant en Syrie et à ce titre célébrée en Occident.

CASSEUR(S). Personnes se rendant coupables de nombreux dégradations et délits, souvent en groupe, mais bien vues des médias et de l’oligarchie car elles gravitent autour de l’extrême gauche. A ne pas confondre avec les hooligans qui sont des nervis d’extrême droite contre lesquels il faut sévir avec sévérité, surtout s’ils sont russes. Voir aussi « Hooligans ».

 CAUCASIEN. Mot désignant les personnes de race blanche en Amérique du Nord ; au Canada comme sur France 2 on trouve qu’il y en a trop parmi les présentateurs de la télévision.

CAUSE ANIMALE. Agitation gauchiste au prétexte de défendre les « droits » des animaux ; curieusement, cependant, ces prétendus défenseurs des animaux ne trouvent rien à dire contre l’abattage hallal sans étourdissement préalable.

CAUSE (GRANDE CAUSE NATIONALE). Expression sidérante destinée à faire croire que le pouvoir agit. Les grandes causes nationales se caractérisent en général par leur caractère bisounours ou anecdotique, mais surtout politiquement correct.

CELLULE (D’ASSISTANCE PSYCHOLOGIQUE). Action de l’Etat lorsqu’il se montre incapable de prévenir le crime : réconforter les victimes et les proches des victimes, à défaut de savoir les protéger. Voir aussi « Deuil national ».

CELLULE (DE DÉRADICALISATION). Dispositif bisounours censé réinsérer dans la société les jeunes islamistes, notamment ceux qui reviennent de Syrie. Ces cellules contribuent surtout à laisser en liberté des individus dangereux. Voir aussi « Radicalisation » (*), « Parcours d’intégration » (*), « Surpopulation carcérale » (*).

CERTIFIÉ BIO. Tromperie publicitaire destinée à faire croire qu’un produit ou un service respecterait des normes écologiques élevées (ex. : l’abattoir de Mauléon où les animaux étaient maltraités et égorgés sans étourdissement préalable était certifié bio !). Voir aussi « Vert » (*).

CHAHUTÉ. Euphémisme pour dire qu’un oligarque a été pris à partie par la population (« François Hollande a été chahuté au Salon de l’Agriculture », LeFigaro.fr du 27 février 2016). La référence au chahut est destinée à suggérer que tout cela est resté bon enfant, ce qui n’est pas forcément le cas. Voir aussi « Sous tension ».

CHARLIE (JE SUIS). Double manipulation politico-médiatique organisée par le pouvoir suite aux attentats islamistes de janvier 2015 en France, notamment contre le journal Charlie Hebdo, destinée d’une part à faire croire que les terroristes s’en prendraient aux « valeurs de la République » et que d’autre part celles-ci correspondraient à l’idéologie gauchiste de ce journal. La manipulation a aussi tenté de créer une « union nationale » factice autour de François Hollande, excluant au surplus le Front national. Voir aussi « DAESH », « Je suis ».

CHEF DE FILE. Expression pédante pour désigner le président de quelque chose en suggérant que l’entité en cause serait importante ou nombreuse. Voir aussi « Leader » (*).

CISGENRE. Barbarisme désignant un hétérosexuel pour les tenants de la théorie du genre.

CIVISME (APPEL AU). Appel à la soumission de la population quand cette admonestation provient de l’oligarchie (ex. « Pollution : appel au civisme en ce troisième jour de circulation alternée », OrangeInfo du 8 décembre 2016). Voir aussi « Citoyen ».

COMATERNITÉ. Néologisme utilisé en Belgique au profit des couples d’homosexuelles ayant des enfants.

COMBATTANT. Mot respectueux employé par les dhimmis européens pour désigner un djihadiste. Voir aussi « Djihadiste » (*), « Kamikaze » (*).

COMMÉMORATION. Activité préférée de l’oligarchie qui, à défaut d’assurer la sécurité des Français, aime beaucoup commémorer la mort des victimes françaises à des fins politiciennes et pour cacher sa responsabilité. Voir aussi « Acte de souvenir », « Mémoire » (*), « Recueillement ».

COMMUNAUTAIRE(S). Terme politiquement correct pour ne pas utiliser le mot musulman. Lorsqu’il y a des violences, le terme se met au pluriel pour cacher qui en est à l’origine (ex. : « des heurts communautaires à Sisco »).

COMMUNAUTÉ. Terme utilisé pour désigner des personnes qui n’entendent pas se définir comme Français, mais sur des critères identitaires religieux ou ethniques (ex. : « la communauté maghrébine », « la communauté antillaise », « la communauté juive »). Le fait de réduire la France à un agrégat de communautés traduit le projet cosmopolite de suppression des nations. Il exprime aussi la réalité du Grand Remplacement.

COMPLICATIONS. Euphémisme employé à la RATP pour dire que le trafic des trains est perturbé ou interrompu du fait de grèves ou de violences.

COMPLOTISTE. Mot destiné à diaboliser ceux qui dénoncent les agissements de la superclasse mondiale. Voir aussi « Complotisme » (*), « Conspirationniste ».

CON (PETIT). Définition bisounours du djihadiste Salah Abdeslam selon son avocat belge Sven Mary dans Libération du 26 avril 2016.

CONCURRENCE. Mot sidérant employé par l’oligarchie pour justifier la mise en œuvre de l’idéologie libérale. La concurrence est en effet censée apporter des bienfaits infinis, à la condition d’être « pure et parfaite ». Mais l’oligarchie s’efforce curieusement de se placer hors de sa portée : la concurrence c’est bon pour les autres !

 CONNECTEZ-VOUS. Expression publicitaire destinée à valoriser le recours à Internet pour obtenir des biens ou des services, c’est-à-dire en réalité le recours à un mode de communication qui fait l’objet d’une surveillance mondiale.

CONNU (DES SERVICES DE POLICE). Euphémisme désignant un délinquant récidiviste. Voir aussi « Activement recherché ».

CONSOMMATEUR. Mot sidérant destiné à mettre en scène une entité passive formatée à l’achat compulsif par la publicité, mais présentée comme exerçant un choix souverain.

CONSPIRATIONNISTE. Mot sidérant destiné à diaboliser ceux qui révèlent les projets cachés de la superclasse mondiale (ex. : « Ces conspirationnistes qui soutiennent D.Trump », LeFigaro.fr du 3 octobre 2016). Voir aussi « Complotiste ».

 CONTRÔLE AU FACIÈS. Thématique classique des associations immigrationnistes qui prétendent que la police, en contrôlant plus souvent des personnes d’origine immigrée, se rendrait coupable de discrimination. Ce qui revient à nier que la délinquance ne se répartit pas de façon homogène dans la population. Voir aussi « Violences policières ».

CONTROVERSÉ. Synonyme de « politiquement incorrect ».

COP (21). Expression sidérante désignant la 21e conférence des parties signataires de l’accord cadre des Nations unies de 1992 sur les changements climatiques, organisée à Paris en novembre et décembre 2015. La promotion de la COP 21 dans les médias a servi à diffuser l’idéologie réchauffiste et à justifier de nouvelles mesures coercitives dans les pays occidentaux, censées nous protéger contre le réchauffement climatique. Voir aussi « Réchauffement climatique » (*).

CRAYON. Instrument censé lutter contre le terrorisme islamiste lorsqu’il est brandi par les bisounours français en solidarité avec les victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo de janvier 2015 à Paris. Le crayon est censé symboliser la liberté d’expression qui est cependant de plus en plus restreinte par le Système. Voir aussi « Bougie », « Drapeau ».

 CRIME PASSIONNEL. Expression lénifiante utilisée par la police allemande pour éviter de qualifier comme terroriste l’attentat à la machette commis par un demandeur d’asile syrien à Stuttgart le 24 juillet 2016 (LeFigaro.fr du 25 juillet 2016).

CROIRE (VOULOIR). Verbe souvent employé à la place de penser ou d’affirmer quand il est question des conceptions des membres et responsables du Front national ; on écrit alors que le FN veut croire telle ou telle chose afin de souligner  qu’il ne s’agit pas d’un comportement logique et rationnel de ses dirigeants (ex. : article de Olivier Faye dans Le Monde du 6 novembre 2015).

CULTISSIME. Adjectif censé signifier qu’il s’agit d’un bon film.

DAESH. Acronyme désignant l’Etat islamique qui prétend instaurer le Califat et l’application stricte de la Charia dans les régions qu’il contrôle. L’utilisation systématique du terme Daesh par l’oligarchie permet d’éviter de désigner l’identité musulmane des auteurs d’attentats terroristes en Europe. Le mot est aussi utilisé pour tenter de placer sur le même plan populisme et islamisme au motif fallacieux que tous deux menaceraient les « valeurs » occidentales (ex. : « Le refus des régions FN c’est le refus à la fois de DAESH et du FN », Ruth Elkrief à BFM TV du 12 décembre 2015). DAESH peut aussi s’écrire sous la forme : DAECH.

DÉBAT (GRAND). Expression trompeuse destinée à faire croire que l’on débattrait démocratiquement des questions de société dans notre pays (ex. : « Le grand débat du trans-humanisme ») alors qu’il n’en est rien.

DÉCAPITATION. Terme lénifiant, à prétention technique, désignant les horribles assassinats rituels par égorgement des victimes perpétrés par les islamistes, notamment ceux se réclamant de Daesh.

DÉCODEUR(S). Expression trompeuse désignant par antiphrase ceux qui dans les médias imposent une lecture politiquement correcte des faits.

DÉCOLONIAL. Synonyme d’antiraciste et d’anti-islamophobe pour les associations communautaristes ayant pignon sur rue qui en réalité professent un racisme antiblanc systématique avec la complicité des pouvoirs publics. Voir aussi « Non-mixité ».

DÉCOMPLEXÉ. Euphémisme pour dire cynique ; en général s’emploie pour valoriser une posture politiquement correcte (ex. : « La droite assume un libéralisme décomplexé », LeFigaro.fr du 22 février 2016). Voir aussi « Pragmatisme » (*).

DÉGAINER. Verbe trompeur employé pour suggérer une mâle détermination du gouvernement (ex. : « Manuel Valls dégaine le 49-3 »).

DÉMANTÈLEMENT. Mot trompeur destiné à faire croire que le gouvernement a mis fin à une menace avec vigueur : ainsi on affirme que des filières djihadistes ont été démantelées… pour réapparaître aussitôt (ex. : « Cazeneuve à Calais pour annoncer la poursuite du démantèlement de la “jungle” », LeFigaro.fr du 2 septembre 2016). Voir aussi « Attentat déjoué ».

DÉMODÉ. Mot publicitaire sidérant destiné à préparer le consommateur à l’idée d’un nouvel achat pour rester conforme à la mode. Voir aussi « Mode » (*).

DÉPROGRAMMATION. Mot trompeur pour dire censure (ex. : le groupe Eagles of Death Metal a été déprogrammé du festival Rock en Seine pour avoir tenu des propos jugés islamophobes).

DÉRADICALISATION. Processus mystérieux par lequel un méchant islamiste serait censé redevenir un gentil musulman pacifique et amoureux du genre humain.

DÉSÉQUILIBRÉ (QUI VOULAIT TUER PENDANT LE RAMADAN). Expression trompeuse désignant un djihadiste ou un islamiste (ex. : « Rennes : une lycéenne blessée par un déséquilibré qui voulait tuer pendant le ramadan », LeFigaro.fr du 14 juin 2016). Voir aussi « Déséquilibré » (*), « Forcené », « Troubles du comportement ».

DEUIL NATIONAL. Activité préférée du gouvernement socialiste lorsqu’il est incapable d’empêcher une attaque terroriste. Voir aussi « Bougie », « Commémoration », « Recueillement ».

DÉVASTÉ. Qualificatif systématiquement adossé à la ville d’Alep dans les médias occidentaux, pour suggérer que la libération de cette ville par l’armée syrienne et son allié russe aurait conduit à des destructions inacceptables, et donc pour la disqualifier (ex. : « Au cœur d’Alep dévastée : en exclusivité pour Le Figaro », LeFigaro.fr du 27 décembre 2016). Par contre, ces mêmes médias n’évoquent jamais les dévastations provoquées par les Occidentaux dans les différentes guerres qu’ils conduisent, notamment du fait des bombardements. Voir aussi « Frappes » (*).

DIALOGUE (DES CULTURES). Expression trompeuse servant de prétexte à l’abandon de notre identité et au développement du relativisme culturel. Traduction : Soumission de notre culture.

 DIÈTE (MÉDIATIQUE). Euphémisme pour dire censure médiatique (expression employée par le maire PS d’Evry-Courcouronnes au sujet du silence des médias accompagnant le procès du viol collectif commis le 30 mars 2014).

DIGICODE. Paradoxe du sans-frontiérisme, qui prétend supprimer les obstacles à la circulation alors que les contrôles d’accès ne font que se multiplier. Voir aussi « Mot de passe ».

DISCIPLE (DE BREIVIK). Expression trompeuse inventée par les médias pour tenter de présenter l’auteur de l’attentat commis à Munich, non comme un islamiste mais comme un admirateur du terroriste norvégien d’extrême droite Anders Breivik et « souffrant de troubles pyschologiques » (ex. : « Le Norvégien Breivik a-t-il servi de modèle au tireur ? », 20minutes.fr du 23 juillet 2016).

 DISCRIMINATION. Mot sidérant destiné à délégitimer toute préférence ou toute protection identitaire de la part des Européens de souche (ex. : la préférence nationale est considérée comme une discrimination depuis la loi Pleven de 1972). Le principe de « non-discrimination » est utilisé par les partisans de la dérégulation libérale, notamment dans le cadre de l’Union européenne, pour déconstruire toutes les spécificités nationales, présentées à chaque fois comme d’injustes discriminations faisant obstacle à la transparence du marché. Voir aussi « Anti-diffamation ».

DISPARITION. Euphémisme pour dire décès.

DISSIDENT. Mot trompeur utilisé pour désigner les opposants au président Poutine, afin de suggérer que la Fédération de Russie serait assimilable au plan des libertés à l’ ex-URSS ; en Europe occidentale les opposants au Système ne sont pas qualifiés de dissidents mais de hooligans ou de populistes. Voir aussi « Hooligans ».

DIVERTISSEMENT. Autre fonction des médias de propagande consistant à divertir les spectateurs/auditeurs, c’est-à-dire à se rendre maîtres de leur capacité d’attention pour les empêcher de voir le monde tel qu’il est ainsi que de prendre conscience de leur propre condition servile. Et bien sûr aussi pour les rendre réceptifs à la suggestion publicitaire. Voir aussi « Rire » (*).

DRAPEAU (TRICOLORE). Objet magique censé protéger contre le djihadisme quand il est accroché à une fenêtre par un bisounours français ; bien qu’on accroche toujours des drapeaux après qu’un attentat a été commis, ce qui ne plaide pas pour l’efficacité de cette mesure. Voir aussi « Bougie », « Crayon ».

DROITS HUMAINS. Expression recommandée pour ne pas paraître sexiste, à utiliser en lieu et place de droits de l’homme conformément à la préconisation du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes dans l’édition 2016 du Guide pratique pour une communication publique sans stéréotype de sexe (cf. « La France, patrie des droits de l’homme, n’est pas encore la patrie des droits humains à parts égales entre les hommes et les femmes », Nathalie Loiseau, directrice de l’ENA, La Cohorte n° 225, septembre 2016). Voir aussi « Droits de l’homme » (*).

DYNAMIQUE (DE PEUPLEMENT). Expression trompeuse pour dire Grand Remplacement.

ÉLITE(S). Mot trompeur désignant non pas les meilleurs mais l’oligarchie politico-médiatique au pouvoir depuis 30 ans en Occident ; le mot s’emploie par opposition aux populistes (ex. : « Les élites toujours en guerre contre Trump », LeFigaro.fr du 9 août 2016). Voir aussi « Populiste ».

EMBALLEMENT (MÉDIATIQUE). Technique de propagande consistant à orchestrer une information par sa diffusion en boucle dans les différents médias de propagande, sans véritablement la vérifier. L’emballement médiatique est généralement utilisé pour diaboliser. Voir aussi « Post-vérité ».

 ENCHANTER. Verbe trompeur destiné à inciter à un acte de consommation (ex. : « Enchantez Noël avec SFR »).

ENGAGÉ (ARTISTE). Expression désignant un artiste qui prend des positions conformes au politiquement correct, la plupart du temps pour compenser son manque de talent.

ENQUÊTE (OUVRIR UNE). Expression trompeuse utilisée à chaque fois qu’un fait délictueux a été commis, pour faire croire qu’une sanction judiciaire va être prise contre ses auteurs. C’est rarement le cas.

ENTRAVE NUMÉRIQUE A L’IVG (DÉLIT D’). Délit créé par un vote du Sénat du 7 décembre 2016, d’initiative gouvernementale, destiné à faire taire sur Internet les sites pro-vie, au nom de l’avortement considéré comme un droit fondamental de la femme. Ce délit assimile les informations données sur ces sites à une tromperie susceptible de porter atteinte au droit de la femme d’avorter. Voir aussi « Fake news », « Interruption volontaire de grossesse » (*).

ENVOYÉ SPÉCIAL. Expression médiatique sidérante destinée à faire croire que le journalisme d’investigation existerait toujours.

ÉPINEUX. Se dit d’un sujet ou d’une information susceptible de contredire le politiquement correct et l’idéologie bisounours (ex. : « L’épineux Traité Transatlantique », LeFigaro.fr du 2 mai 2016). Voir aussi « Délicat » (*), « Inapproprié ».

ÉPINGLER. Se dit lorsque des propos ou des actes politiquement incorrects sont révélés : on dit alors qu’ils sont épinglés, pour mieux souligner leur caractère punissable (ex. : « Les élus républicains de Wissous épinglés pour des propos islamophobes », LeFigaro.fr du 11 mars 2016).

ÉTAT (D’URGENCE). Renforcement des pouvoirs de police administrative et réduction des libertés justifié par une situation d’urgence nationale et validé par le Parlement. L’état d’urgence a été présenté comme la ferme réponse du gouvernement au terrorisme islamique, suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Mais curieusement l’état d’urgence n’empêche pas l’extrême gauche de multiplier les violences en toute impunité, ni les titulaires de fiche S d’aller et venir comme ils veulent, ni les terroristes de frapper. Voir aussi « Fiche S ».

EXOTISME/EXOTIQUE. Mot sidérant utilisé largement dans la publicité pour valoriser des produits qui ne correspondent pas à la culture et à l’identité européennes et dont la qualité est souvent modeste (ex. : « goût exotique »). Voir aussi « Nomade » (*).

EXTRÊME. Adjectif valorisé par la publicité afin de faire croire que l’acquisition de certains produits ou de certains services procurerait une satisfaction très élevée (ex. : un goût extrême, des sports extrêmes). Par contre, curieusement, en politique l’adjectif extrême sert à diaboliser les opinions dissidentes. Voir aussi « Extrême droite » (*).

EXTRÉMISME. Terme sidérant destiné à déconsidérer les prises de position politiquement incorrectes. On ne dit jamais en effet, par exemple, que la théorie du genre ou la promotion de la GPA serait « extrémiste ».

FAIM (DANS LE MONDE). Expression sidérante destinée à soutirer de l’argent aux Occidentaux et à dédouaner à bon compte la responsabilité des gouvernements des pays concernés.

FAIT DIVERS. Expression trompeuse destinée à cacher le caractère terroriste de certains délits en les présentant comme de simples faits divers.

FAKE NEWS. Expression anglaise désignant des opérations de désinformation utilisant Internet et les réseaux sociaux pour diffuser de fausses informations, notamment sous forme de faux articles ou de faux reportages. L’expression a connu une notoriété à l’occasion de l’élection présidentielle américaine, lorsque les démocrates ont accusé la Russie d’avoir diffusé de fausses nouvelles sur la candidate Hillary Clinton pour la déstabiliser. On dit aussi hoax news dans le même sens. La notion de fake news a pour objet réel de déconsidérer la réinformation sur Internet. Noter que les emballements et la propagande médiatiques ne sont pas considérés comme des fake news… Voir aussi « Emballement médiatique », « Fachosphère » (*).

FAMILLE. Le mot doit désormais s’écrire au pluriel, selon François Hollande, car « Ce qui est réactionnaire c’est de considérer un seul et unique modèle familial », à propos de la création d’un ministère des Familles (interview au magazine Elle de mars 2016).

FÊTE (DE CEUX QU’ON AIME). Expression politiquement correcte pour Fête des mères dans certaines écoles soucieuses de ne pas stigmatiser les enfants qui n’ont pas de mère.

FICHE S. Procédure policière de signalement de terroristes potentiels ; mais ce signalement est inutile puisqu’on attend que l’intéressé ait commis un délit pour le mettre hors d’état de nuire. La Fiche S ressemble donc à « la machine à détecter les pannes de courant », de l’humoriste Pierre Dac, qui s’éteignait quand il n’y avait plus de lumière ! Voir aussi « Etat d’urgence ».

FLEXIBILITÉ (*) (DES SALAIRES). Mot trompeur pour dire baisse des salaires.

FLOU. Mot trompeur utilisé souvent pour tenter de cacher le caractère islamiste de certains crimes et délits : on insiste alors sur le fait que les motivations de l’individu qui s’en est rendu coupable seraient floues. Voir aussi « Délicat » (*).

FLOUTAGE (DES IMAGES). Censure des images, notamment préconisée par certains médias au prétexte de lutter contre l’islamisme.

FOOD. Anglicisme pédant pour dire gastronomique, ce dernier mot faisant sans doute trop français pour les bobos (ex. : « Les sept événements food de la rentrée à Paris », LeFigaro.fr du 1er septembre 2016). Voir aussi « Running ».

FORCENÉ. Mot trompeur pour désigner un terroriste islamiste. Voir aussi « Déséquilibré » (*).

FOU FURIEUX. Euphémisme utilisé pour éviter de désigner l’identité islamiste du terroriste ayant foncé dans la foule à Nice le soir du 14 juillet 2016. Voir aussi « Camion fou ».

FOUILLER. Euphémisme pour ne pas employer les termes voler ou cambrioler (ex. : « Il avait fouillé plus de 50 voitures », Ouest-France du 20 septembre 2016).

FRANÇAIS DE SOUCHE. Expression politiquement incorrecte ne recouvrant en outre « aucune réalité légale, historique, biologique ou sociologique » selon le Tribunal correctionnel de Paris le 19 mars 2015, jugement confirmé en appel en décembre 2015.

FRATERNIT        É. Mot trompeur signifiant société multiculturelle ; la référence à la fraternité a été utilisée suite aux attentats islamistes pour faire croire qu’elle serait une réponse appropriée au terrorisme (ex. : « Nous vaincrons par la fraternité », slogan vu le 30 juillet 2016, qui rappelle aussi « Vous n’aurez pas ma haine »). Voir aussi « Tous unis contre la haine ».

FRONTIÈRES (SANS). Expression marquante de l’idéologie dominante qui prétend que la destruction des frontières –en réalité : des nations– apporterait paix et prospérité pour tous. Alors qu’en réalité elle apportera l’esclavage pour tous.

FUCK THE CHURCH. Expression ordurière employée par les Femen contre les catholiques, et pour cette raison parfaitement tolérée au nom de la « liberté d’expression » par le Tribunal correctionnel de Paris en février 2016. Les Femen se gardent bien d’affirmer « Fuck the Mosquée » ou « Fuck the Synagogue », évidemment.

FUSILLADE. Expression suggérant que tireurs et victimes ont échangé des coups de feu, alors qu’en général seuls les agresseurs ont tiré (ex. : « 2 morts après une fusillade en plein jour à Marseille », LeFigaro.fr du 8 août 2016). Voir aussi « Tirs ».

FUTURE MAMAN. Expression politiquement incorrecte pour la British Medical Association (BMA) à remplacer par « gens enceints » car si « la grande majorité des personnes enceintes ou qui ont donné naissance s’identifient comme des femmes (…) cependant il existe certains hommes intersexes et des hommes trans qui peuvent tomber enceintes ».

GARDE A VUE. Expression sidérante utilisée dans les médias pour faire croire qu’une personne va être condamnée en justice alors qu’il ne s’agit que d’un simple acte de procédure qui ne préjuge pas de la suite ; on utilise aussi le terme « Perquisition » dans le même sens. Voir aussi « Perquisition ».

 GATE. Associé à un autre mot (ex. « dieselgate », « pénélopegate »), ce terme fait référence au Watergate –scandale d’espionnage politique ayant conduit à la démission du président Nixon en 1974 suite à une intense campagne de presse–pour suggérer qu’il s’agirait d’une grave affaire d’Etat, alors que la plupart du temps il ne s’agit que d’un montage ou d’un emballement médiatique. Voir aussi « Emballement médiatique ».

GAZ. Mot sidérant employé à des fins compassionnelles quand des immigrants sont concernés (ex. : « A la frontière macédonienne on a utilisé des gaz lacrymogènes contre les migrants »). Par contre, quand il s’agit de manifestants autochtones, la police n’utilise que des « aérosols lacrymogènes », nuance ! Voir aussi « Aérosols lacrymogènes » (*).

GENS (LES). Façon de parler des Français à la troisième personne, caractéristique de l’oligarchie. Voir aussi « Les Français » (*).

GERMANO-IRANIEN. Expression désignant un terroriste musulman opérant en Allemagne (ex. : « Fusillade à Munich : le tireur était un Germano-Iranien de 18 ans », LeFigaro.fr du 23 juillet 2016). Voir aussi « Belge ».

GOURMANDISE. Défaut encouragé cyniquement par la publicité. Voir aussi « Gourmand » (*).

GRANDES MARQUES. Expression publicitaire sidérante destinée à inciter les consommateurs à acheter des produits dits de marque : en fait pour leur faire acheter des marques et non des produits.

GUERRE (EN). Expression trompeuse dans la mesure où l’oligarchie refuse obstinément de désigner l’ennemi contre lequel elle se prétend « en guerre » et où, au surplus, elle ne se prépare pas du tout à livrer cette guerre. L’utilisation du mot guerre a pour fonction de masquer l’identité de ceux qui frappent l’Europe (ex. : « L’Europe en guerre », Le Parisien du 23 mars 2016 au lendemain des attentats islamistes de Bruxelles). Voir aussi « Chef de guerre » (*), « Terrorisme » (*).

GUERRE CIVILE. Nouveau bobard de l’oligarchie consistant à faire croire que la principale menace sur la paix civile en France proviendrait non pas de l’islamisme ou du terrorisme, mais des agissements de « l’ultra-droite » ou de la volonté des Français d’assurer eux-mêmes leur sécurité compte tenu des carences de l’action publique en la matière (cf. « Ce qui nous menace, c’est la montée des populismes », François Hollande le 14 juillet 2016). Alors qu’en réalité c’est l’oligarchie qui ouvre la voie, avec le multiculturalisme et une politique migratoire suicidaire, à la guerre ethnique en Europe.

HARCÈLEMENT. Concept inventé pour déconstruire les relations humaines, notamment hommes/femmes, pour laisser la place à l’individuation à outrance, à la judiciarisation des rapports sociaux, pour le plus grand profit du marché. Voir aussi « Prédateur sexuel ».

HARMONISER (LES RÉGLEMENTATIONS). Expression lénifiante utilisée dans les négociations commerciales internationales par les grandes entreprises, pour détruire les réglementations notamment sanitaires ou environnementales qui nuisent à leurs profits : il s’agit en effet toujours d’harmoniser vers le bas et non vers le haut. Voir aussi « Flexibilité » (*), « Libéraliser ».

HAUTE SÉCURITÉ. Expression trompeuse destinée à suggérer une grande efficacité des forces de l’ordre (ex. : « Un Réveillon sous haute sécurité »). Voir aussi « Sécurité » (*).

HEALTHY. Anglicisme publicitaire pour dire bon pour la santé ; la référence à l’anglais est censée faire sérieux.

HEXAGONE. Expression technocratique pour désigner la France dans les années 1970, remise au goût du jour par l’Education nationale afin de déraciner encore plus les élèves.

HOME JACKING. Anglicisme désignant une agression violente au domicile de la victime volée, perpétrée par des bandes organisées. Leur nombre a augmenté en France de 20 % en 2015.

HOMMAGE (*) NATIONAL. Expression annonçant en général une nouvelle repentance nationale –c’est-à-dire une mise en accusation de la nation– orchestrée par le pouvoir. Voir aussi « Repentance » (*).

HONTE. Mot sidérant annonçant habituellement une mise en accusation pour commission d’un « crime par la pensée » ou destiné à préparer l’opinion à des mesures conformes à l’idéologie cosmopolite (ex. : « La jungle de Calais est une honte pour la France »).

HOOLIGAN. Terme mensonger destiné à diaboliser des manifestants en faveur d’une cause politiquement incorrecte. En URSS le terme hooligan servait de même à déconsidérer les opposants au système soviétique. Voir aussi « Casseurs ».

IDENTITÉ (*) (HEUREUSE). Slogan utilisé par Alain Juppé pour cacher qu’il préconisait la société multiculturelle. Voir aussi « Société inclusive ».

IMAGE (CHOQUANTE). Image censurée par les médias quand elle va à l’encontre de l’idéologie dominante ou quand elle risquerait de réveiller l’opinion européenne (ex. : les images des victimes de l’islamisme en France sont toujours considérées comme choquantes). Par contre, la photo du petit Aylan mort sur une plage n’était pas choquante, car elle a servi à sidérer l’opinion occidentale afin de lui faire accepter les quotas de migrants voulus par le gouvernement allemand.

INAPPROPRIÉ. Synonyme de politiquement incorrect et donc de censurable (ex. : « propos inappropriés »). Voir aussi « Délicat » (*).

INCENDIER (DES BARAQUEMENTS). Aimable tradition ethnique, selon le préfet du Pas-de-Calais, dès lors que l’incendie est l’œuvre de « migrants ». Voir aussi « Mise à feu directe ».

INCIDENT(S) (*). Mot lénifiant pour désigner des violences commises par des « jeunes » (ex. : « Incident dans un TER : 7 ados interpellés », LeFigaro.fr du 9 novembre 2016).

INDIVIDU. Terme neutre utilisé pour éviter d’identifier les auteurs de délits. Voir aussi « Jeune » (*).

INITIATIVE (POUR LE COURAGE CIVIL). Expression pédante désignant l’accord entre Twitter, Google, Facebook pour censurer, à la demande du gouvernement allemand, les messages critiquant l’immigration et l’islamisation au motif qu’ils seraient « haineux ».

INSOLENT (INSOLENCE). Terme trompeur lorsqu’il est appliqué à un intellectuel ou à un « artiste » car en général sa prétendue insolence n’est qu’une forme d’obéissance au politiquement ou à l’artistiquement correct. Voir aussi « Renverser les tabous ».

INTÉGRISTE. Terme dévalorisant pour désigner les catholiques traditionalistes. Ne s’emploie pas pour un musulman que l’on qualifiera plutôt de « rigoriste ». Voir aussi « Rigoriste ».

INTERPELLATION(S). Mot trompeur destiné à faire croire que des auteurs de délits seront traduits en justice, alors que dans la majorité des cas ils sont ensuite relâchés.

INTERSECTIONNALITÉ. Barbarisme désignant les mouvements féministes qui prétendent s’intéresser aux personnes subissant simultanément plusieurs formes de « discrimination ».

INVESTISSEUR ÉTRANGER. Synonyme de pillard des richesses nationales. Voir aussi « Investisseur » (*).

ISLAM (DE FRANCE). Expression trompeuse pour dire islamisation de la France, avec le concours actif des pouvoirs publics.

ISLAMOPHOBIE. Mot sidérant destiné à diaboliser et à censurer toute critique de l’islam ou de l’islamisation de l’Europe. La référence à la phobie sert à faire croire que ceux qui refusent ou s’inquiètent de l’islamisation seraient de dangereux malades. Voir aussi « Musulman ».

ISOLÉ (ACTE). Qualificatif trompeur signifiant en réalité répété, quand il caractérise des actes islamistes. Voir aussi « Loup solitaire » (*).

JEUNE HOMME. Euphémisme désignant un délinquant lorsqu’il n’est pas Français de souche. Voir aussi « Jeune ».

JE SUIS (…). Expression stéréotypée initiée par les agences de communication gouvernementales lors des attentats de janvier 2015 contre notamment le magazine Charlie Hebdo ; les bisounours et les bobos prétendaient ainsi marquer leur solidarité avec les victimes en arborant un badge « Je suis Charlie ». La formule a été utilisée pour d’autres attentats (ex. : « Je suis Belge »). Elle est destinée à gommer toute référence aux auteurs islamistes de ces attentats en se focalisant sur les seules victimes. Traduction : « Je ne fais rien contre le terrorisme islamiste ». Voir aussi « Charlie ».

JOURNALISTE (*). Terme désignant un militant doté d’une carte de presse sévissant dans les médias pour imposer la vision politiquement correcte de l’actualité et conforme aux intérêts de l’oligarchie.

KOUFFARS (PAYS DE). Définition de la France pour le rappeur Black M ; kouffar, pluriel de kafir, est le terme arabe méprisant pour dire mécréants. Mais ce n’est bien sûr pas une affirmation raciste ni europhobe, ni christianophobe. Voir aussi « Babtou ».

LEADER(S) DU MONDE. Expression trompeuse traduisant la prétention des chefs d’Etat occidentaux, sujets des Etats-Unis, à continuer de diriger l’humanité, alors que le monde devient au contraire chaque jour plus multipolaire et chaotique.

LÉGITIME DÉFENSE. Expression taboue. La légitime défense n’est quasiment jamais reconnue par la justice lorsqu’elle est invoquée par des Français de souche.

LETTRE (D’INFORMATION). Expression trompeuse désignant un document de propagande ou de publicité, en général payé directement ou indirectement par ceux que l’on désinforme, notamment dans le cas des bulletins municipaux.

LIBÉRER. Verbe trompeur désignant la soumission des individus ou des peuples à l’idéologie libérale/libertaire occidentale et aux forces du marché. Voir aussi « Liberté ».

LIGNE (EN). Expression sidérante annonçant en général que l’usager ou le client doivent faire eux-mêmes sur Internet ce que le prestataire ne veut plus prendre en charge (ex. : « services en ligne », « votre compte en ligne »).

LIMITES (DÉPASSEZ VOS). Expression publicitaire destinée à valoriser la fuite en avant incessante dans toujours plus de consommation. Voir aussi « Extrême » (*).

LOCATAIRE (DE MATIGNON). Expression alambiquée pour dire premier ministre, insistant sur le caractère révocable de la fonction.

LUTTE (EN). Expression emblématique de l’extrême gauche qui se prétend toujours en lutte contre le capitalisme ou le pouvoir ; en réalité, cette lutte n’en est pas une car les gauchistes sont au service de l’oligarchie et en tout cas elle est sans risque pour les prétendus lutteurs. Voir aussi « Extrême gauche ».

MAÎTRISE (DE L’ANTENNE). Euphémisme utilisé par le Conseil supérieur de l’audiovisuel pour dire censure des propos politiquement incorrects (« La maîtrise de l’antenne doit être proportionnée au discours de l’invité et donc particulièrement forte lorsque ce dernier se caractérise par l’exacerbation des antagonismes au sein de la société française et la justification de comportements discriminatoires », CSA, 1er décembre 2016).

MAJORITAIRES. Synonyme de Français de souche, dans certaines études de l’INED. Voir aussi « Natif » (*).

MANIFESTATION (NON DÉCLARÉE). Expression politico-médiatique employée pour justifier la répression policière des manifestations politiquement incorrectes (ex. : la manifestation des Identitaires à Calais le 12 mars 2016 a été réprimée car elle… n’était pas déclarée ! Par contre, les immigrants irréguliers de Calais ont tout à fait le droit de manifester).

MARGE (EN). Expression stéréotypée utilisée lorsqu’une manifestation politiquement correcte débouche sur des violences de la part de casseurs : on dit alors que ces violences ont eu lieu en marge comme pour suggérer qu’elles sont indépendantes de la cause défendue par les manifestants (ex. : « Violences en marge de Nuit Debout à Paris »). Lorsque la manifestation est politiquement incorrecte on dit, par contre, qu’elle a donné lieu à des incidents. Voir aussi « Incidents » (*), « Casseurs », « Débordements » (*).

MARTYR. Mot trompeur utilisé par les médias, à la suite des islamistes, pour désigner les djihadistes qui meurent en commettant un attentat, alors que les martyrs n’imposaient le martyre à personne en se sacrifiant pour leur foi. Voir aussi « Kamikaze » (*).

MEILLEUR. Mot publicitaire sidérant destiné à faire croire au consommateur qu’on lui fournit des produits de qualité.

MELTING-POT (creuset en anglais). Expression trompeuse destinée à faire croire que les Etats-Unis seraient un modèle de société multiculturelle, alors qu’en réalité la ségrégation sociale et ethnique y est très présente. La référence au mythe du melting-pot sert à justifier le discours sur le « vivre-ensemble » et l’immigrationnisme en Europe, alors qu’en réalité le melting-pot n’existe plus nulle part.

MENACER. Verbe trompeur utilisé à la place de mettre en garde (ex. : « En Corse, le FNLC du 22 octobre menace Daech », LeFigaro.fr du 28 juillet 2016).

MERCI. Mot utilisé constamment par la caste médiatique pour s’autocongratuler à longueur d’ondes. On remercie aussi les téléspectateurs de se soumettre à la tyrannie des écrans. Il y a de quoi, en effet !

MÉTÉO. Instrument de sidération et de fidélisation des téléspectateurs, à prétention scientifique, destiné à une population majoritairement urbaine et incapable de reconnaître désormais les signes météorologiques.

MIGRANT CLIMATIQUE. Expression trompeuse destinée à justifier un nouvel afflux d’immigrants irréguliers en Europe, cette fois au prétexte du réchauffement climatique.

MINEUR ISOLÉ. Expression compassionnelle désignant de jeunes immigrants illégaux bénéficiant de l’impunité judiciaire au motif de leur minorité. Mais curieusement certains de ces « mineurs » semblent très matures dans leur comportement, notamment sexuel.

MISE A FEU DIRECTE. Euphémisme utilisé par le ministre de l’Intérieur pour désigner l’incendie de véhicules, qui permet de ne pas comptabiliser les véhicules incendiés par propagation.

MOBILE (POLITIQUE). Expression lénifiante pour désigner un attentat djihadiste (ex. : « Le mobile de l’attaque serait politique » à propos de l’attentat au couteau commis par un « Allemand de 27 ans au cri de Allouha Akbar » dans une gare bavaroise, LeFigaro.fr et AFP du 9 mai 2016). Voir aussi « Flou ».

MONDE (CHANGE). Expression stéréotypée employée par l’oligarchie (« le monde change ») pour justifier le bouleversement de la société conformément à ses intérêts ; on dit aussi « le monde bouge » dans le même sens.

MOT DE PASSE. Symbole des paradoxes de la prétendue « société de l’information » puisque pour accéder à un service en ligne il faut de plus en plus de mots de passe. Voir aussi « Digicode ».

MUSULMAN. Mot sidérant désignant l’adepte d’une religion de paix et d’amour hautement respectable en Europe ; le musulman enrichit notre culture bien qu’il soit victime d’injustes discriminations de la part des Européens de souche. Nota : il est bien-pensant de dire que « les musulmans sont les principales victimes du terrorisme » et on ne doit jamais utiliser le mot musulman pour évoquer l’identité des terroristes islamistes. Le mot musulman ne doit être utilisé que dans un sens positif, sauf à se rendre coupable d’islamophobie. Voir aussi « Islam » (*), « Islamophobie », « Se radicaliser » (*).

NATION BUILDING. Anglicisme traduisant la prétention occidentale à créer de toutes pièces une société « démocratique », au mépris de l’histoire et de l’identité des peuples, le plus souvent suite à une guerre qu’ils ont conduite contre ladite société. Le nation building a en réalité échoué partout où on a prétendu le mettre en œuvre, notamment en Irak ou en Afghanistan, et a débouché sur le chaos et la progression de l’islamisme.

NATIONS UNIES. Expression trompeuse désignant l’organisation internationale qui fut longtemps dominée par les Occidentaux à fin d’imposer leur domination et de jeter les fondations d’un gouvernement mondial.

NATURE. Mot sidérant servant d’argument publicitaire et de justification à la mise en œuvre des programmes écologistes (au motif de la préserver). Curieusement, la seule nature dont il ne faudrait pas tenir compte serait la nature humaine. Voir aussi « Nature humaine » (*).

NEUTRALISER. Verbe signifiant réduire au silence pour les services spéciaux ; de nombreux djihadistes sont ainsi neutralisés après avoir commis leur attentat, ce qui permet peut-être d’éviter les révélations d’un procès public.

NEW YORK. Expression sidérante incarnant le summum de la culture pour l’idéologie dominante ; porter des vêtements faisant référence à New York constitue un signe d’allégeance à la Bête.

NIQUE (LA FRANCE). Expression ordurière très en vogue chez certains rappeurs mais absolument dénuée de tout contenu raciste pour la justice et les ligues de vertu « antiracistes ». Voir aussi « Baptous », « Kouffars ».

NO BORDERS. Organisation gauchiste ultra-violente et cosmopolite qui apporte son aide aux immigrants quand ils franchissent irrégulièrement les frontières européennes. L’organisation est notamment financée par l’Union européenne et G. Soros.

NON-MIXITÉ. Expression trompeuse signifiant interdit aux Blancs, utilisée pour le « camp d’été décolonial » organisé par des organisations communautaristes en août 2016 à Reims. Il convient de noter que ses organisateurs n’ont fait l’objet d’aucune poursuite pour discrimination.

NON VALIDE. Euphémisme politiquement correct pour dire handicapé (ex. : « Olympiades du vivre-ensemble : 1000 participants valides et non valides », Versailles Magazine, octobre 2016).

NOUNOU. Euphémisme trompeur pour désigner l’assassin d’un enfant à Moscou, une femme voilée qui déclare avoir agi à la demande d’Allah (ex. : « Une nounou décapite un enfant et brandit sa tête dans les rues de Moscou », LeFigaro.fr du 29 février 2016). Voir aussi « Décapitation ».

NUIT. Mot fétiche du culturellement correct ; très prisée par les bobos (ex. : « nuit des musées », « nuit blanche »).

NUIT DEBOUT. Manifestation gauchiste bénéficiant pour cette raison de la bienveillance du Système, car elle sert à détourner l’attention des vraies préoccupations populaires. Voir aussi « Extrême gauche » (*).

OCCUPATION. Action militante consistant à occuper des locaux à des fins politiques. L’occupation était un genre très prisé par l’extrême gauche et systématiquement relevé par les médias pour cette raison. Depuis que les jeunes Identitaires font de même, l’occupation semble moins sympathique.

OFFRE (SOUMISE A CONDITIONS). Expression permettant de faire de la publicité mensongère en toute impunité, puisque la plupart du temps ce qui est annoncé ne peut être « offert », tant les conditions requises sont en réalité restrictives. Voir aussi « Offert » (*).

OPPORTUNITÉS (GRANDES). Euphémisme, appliqué à un placement financier, signifiant : hautement spéculatif.

OPPOSANT (POLITIQUE). Qualificatif uniquement employé pour désigner celui qui défend une cause politiquement correcte ou conforme aux intérêts de l’oligarchie occidentale. Voir aussi « Hooligan », « Militant » (*).

PARACHUTE (DORÉ). Rétribution exceptionnelle que les dirigeants des grandes entreprises mondialisées se font attribuer au cas où il serait mis fin à leurs fonctions. Ce qui ne les empêche nullement de proclamer que « l’emploi à vie c’est fini » ou de réclamer un démantèlement de la protection sociale des salariés. Il est d’usage pour la classe politicienne de réclamer périodiquement une moralisation de ces pratiques, mais sans effet pratique. Synonyme : Privilège.

PARCOURS CITOYEN. Expression valorisant les différentes étapes d’une rééducation politiquement correcte de la population. Voir aussi « Parcours d’intégration » (*).

PAROLES FORTES. Expression trompeuse, en général destinée à valoriser des propos les plus platement politiquement corrects.

PARTAGÉ. Qualificatif trompeur utilisé pour faire croire que les thèmes identitaires, conservateurs ou populistes ne seraient pas majoritaires dans la population ; l’artifice de propagande consiste à tirer prétexte de la prise de position politiquement correcte de quelques individus, dûment médiatisée, pour conclure que la population serait partagée (ex. : « Accueil des migrants : la population de Louveciennes partagée », alors que les manifestants contre l‘accueil étaient plus d’un millier).

PASSAGE (A L’ACTE MORTIFÈRE). Définition alambiquée de l’attentat commis par Mohamed Lahouaiej-Bouhlel à Nice le 14 juillet 2016, selon le procureur de Paris François Molins (le 22 juillet 2016).

PATRIOTE. Mot tabou s’il concerne un Français ; en novlangue on utilise plutôt les termes « nationaliste », « xénophobe » et surtout « d’extrême droite » afin de disqualifier le patriotisme. Voir aussi « Patriote venu d’ailleurs » (*).

 PAUMÉ. Qualificatif lénifiant souvent employé quand un jeune commet un crime ou un délit, pour suggérer qu’il n’aurait finalement pas conscience de ses actes et que ce serait lui la vraie victime. L’expression a même été utilisée aussi pour désigner l’un des assassins djihadistes du prêtre de l’église de Saint-Etienne-du-Rouvray en juillet 2016. Voir aussi « Jeune » (*).

PERCÉE. Mot subliminal employé lorsqu’un parti identitaire ou populiste progresse aux élections ; le mot a une connotation militaire comme pour souligner le caractère agressif et donc dangereux de cette progression.

PERQUISITION. Mot sidérant désignant une étape dans une procédure judiciaire, mais présentée dans les médias comme une présomption de culpabilité (ex :. « Perquisition au siège du Front national »). Voir aussi « Garde à vue ».

PERSONNALITÉ (PRÉFÉRÉE DES FRANÇAIS). Désinformation sous forme de sondages destinée périodiquement à faire croire que les Français se prononceraient en majorité en faveur de personnalités politiquement correctes, notamment du monde du spectacle.

PERSONNE (PERÇUE COMME NON BLANCHE). Expression alambiquée désignant les personnes de couleur par la secrétaire d’Etat à l’Egalité réelle, Ericka Bareigts. Voir aussi « Caucasien », « Non-mixité », « Race » (*).

PERVERS (NARCISSIQUE). Penchant naturel d’un homme pour la pudibonderie féministe.

PÉTER (LES PLOMBS). Expression lénifiante utilisée quand un individu de religion musulmane se met à commettre un acte violent, ce qui est bien sûr extrêmement rare et ne peut donc qu’être accidentel ou maladif. Voir aussi « Coup de folie », « Paumé ».

PEUPLE DE GAUCHE (*). Oxymore trompeur puisque la gauche a abandonné les classes populaires en se ralliant au néo-libéralisme et parce que le peuple autochtone vote de moins en moins à gauche.

PIERCING. Mode masochiste consistant à se fixer des anneaux ou des morceaux de métal dans le corps, sans doute pour exprimer le mépris post-moderne de sa propre nature. Voir aussi « Tatouages ».

PISTE. Terme d’origine policière utilisé pour différer le plus possible l’affirmation d’une réalité politiquement correcte (ex. : « la piste terroriste n’est pas exclue »).

PLAIE (AU COU). Euphémisme utilisé par Le Figaro pour ne pas dire que la victime du terroriste islamiste de Magnanville a été égorgée, le 13 juin 2016. Voir aussi « Décapitation », « Tué ».

PLAN. Mot sidérant destiné à suggérer que le gouvernement déciderait d’agir fermement contre quelque chose (ex. : « Valls dégaine son plan anti-djihadiste ») ; en général ces « plans » ne sont qu’un catalogue d’annonces médiatiques de portée variable, rarement suivies d’effets mesurables, en outre. Voir aussi « Mobilisation » (*).

PLAN (DE SAUVERGARDE DE L’EMPLOI). Expression trompeuse désignant un plan de licenciement depuis la loi Macron « pour la croissance et l’activité » de 2015. Voir aussi « Social » (*).

PLEIN (LES YEUX). Expression publicitaire en général associée à la vente de produits audiovisuels et destinée à suggérer que leur achat procurerait des sensations agréables. Voir aussi « Extrême » (*).

POINT GODWIN. Artifice de propagande consistant à disqualifier une opinion adverse en l’assimilant à un point de vue nazi ou relatif aux « heures sombres de notre histoire ». Le point Godwin (d’après Mike Godwin qui a le premier formulé cette loi) est atteint dans une discussion lorsque, faute d’argument, l’interlocuteur en arrive à invoquer la reductio ad hitlerum. Le recours au point Godwin constitue l’artifice de propagande essentiel de l’oligarchie pour contrer les dissidents.

POLLUTION. Synonyme de brouillard, utilisé principalement pour diaboliser les automobilistes et sidérer la population. Voir aussi « Pic de pollution » (*).

POSITIVE (ÉMISSION). Débat télévisé rassemblant uniquement des personnes partageant la même opinion, pour la chaîne France 2. Voir aussi « Positiver ».

 POST-VÉRITÉ. Selon le Dictionnaire de l’Université d’Oxford, la post-vérité est un mode d’influence médiatique au terme duquel « les faits objectifs ont moins d’influence que les appels à l’émotion et aux opinions personnelles pour modeler l’opinion publique ». Les médias de propagande pratiquent donc largement la post-vérité ! Voir aussi « Emballement médiatique ».

PRAY FOR NICE. Expression anglophone d’impuissance des bisounours signifiant « Priez pour Nice » : en d’autres termes priez tardivement pour ceux que l’on n’a pas su protéger du terrorisme islamiste. Voir aussi « Bougie », « Drapeau ».

PRÉDATEUR SEXUEL. Expression diabolisante désignant un séducteur pour les féministes. Voir aussi « Harcèlement ».

PRÉDICAT. Le prédicat désigne la partie de la phrase ou de la proposition qui porte l’information verbale ou le commentaire relatif au sujet. A l’Education nationale, où comme l’on sait le niveau ne cesse de monter, le prédicat remplacera désormais l’étude du complément d’objet direct ou indirect, décidément trop compliquée pour les maîtres et les bambins, surtout s’ils sont allophones. Voir aussi « Allophone ».

PREMIUM. Terme publicitaire utilisé pour faire croire au consommateur qu’on lui vend un produit ou un service de qualité exceptionnelle.

PRÊTRE. S’il est catholique, n’intéresse les médias qu’à la condition d’être pédophile ou mort. Voir aussi « Pédophile » (*).

PRIMAIRE. Procédure consistant à élire au sein des partis des candidats à une élection présidentielle, introduite en France à l’imitation des Etats-Unis. La primaire permet de renforcer le rôle des partis dans l’élection présidentielle en contradiction avec l’esprit initial de la constitution de la Ve République. Elle sert aussi à remettre en selle médiatiquement les partis du Système, en focalisant « l’information » politique sur ces primaires.

PRISE DE PAROLE. Expression pédante destinée à valoriser un chahut gauchiste qui bénéficie de la bienveillance de l’oligarchie et des médias. Voir aussi « Nuit debout ».

PRISONNIER. Mot trompeur pour dire détenu ; la référence à la notion de prisonnier est destinée à provoquer un sentiment de compassion dans le public (ex. : « Français, fichés, anciens prisonniers : portrait des djihadistes », OrangeInfo du 30 juillet 2016).

PROBLÈMES PSYCHIATRIQUES. Expression relevant de la culture de l’excuse systématiquement utilisée lorsqu’une personne qui n’est pas française de souche commet des crimes ou des délits (ex. : « Fissenou S., connu pour des violences, vols et trafic de stupéfiants, était sorti de la prison de Fresnes (Val-de-Marne) en septembre dernier. Mais il souffre aussi de lourds problèmes psychiatriques », Le Parisien du 27 décembre 2016). Voir aussi « Antécédents psychiatriques », « Déséquilibré » (*), « troubles psychologiques » (*).

PROGRESSISTE. Terme un peu passé de mode désignant les personnes se réclamant de la gauche, c’est-à-dire aujourd’hui les partisans du néo-capitalisme et de l’idéologie libérale/libertaire : soit tout le contraire du progrès humain.

PROJET. Expression publicitaire désignant l’encouragement à de futures dépenses par l’endettement (ex. de publicité bancaire : « Nous finançons vos projets »).

PROJET PÉDAGOGIQUE. Expression pédante utilisée à l’Education nationale désignant l’abandon de l’enseignement des disciplines de base et consistant à livrer les élèves à eux-mêmes.

PROPAGANDE. Mot utilisé uniquement pour désigner la communication gouvernementale en Chine ou en Russie. Car il est bien entendu que les Occidentaux ne sont en aucune façon soumis à de la propagande.

PROPOSITIONS CHOCS. Expression trompeuse destinée à faire de la publicité autour de déclarations de politiciens, en général banales et qui, de toute façon, ne seront pas suivies d’effet dans la plupart des cas.

 PRORUSSE. Qualificatif diabolisant destiné à déconsidérer les responsables politiques, notamment en Europe de l’Est, qui ne se déclarent pas hostiles à la Russie. On ne dit jamais par contre proaméricain ou proallemand dans le cas contraire.

PUDIQUE (MODE). Euphémisme commercial pour dire mode exclusivement destinée aux femmes musulmanes voilées. Voir aussi « Burkini ».

QUENELLE. Mot désignant une spécialité gastronomique d’origine lyonnaise devenu politiquement incorrect depuis que l’humoriste Dieudonné en a fait un geste d’opposition au Système et au sionisme que reprennent ses admirateurs.

QUESTION. Mot marqueur de l’oligarchie qui se complaît à évoquer les questions de ceci ou cela (« cela pose la question de »), car elle est justement incapable d’apporter des solutions. Voir aussi « Problème » (*).

RACINE(S). Mot tabou pour les Européens, qui n’ont pas le droit de se réclamer notamment des « racines chrétiennes » de l’Europe. Par contre, le mot est tout à fait politiquement correct s’il est prononcé par un Africain ou un musulman.

RADICALISATION RAPIDE. Expression trompeuse consistant à faire croire que l’auteur d’un attentat à caractère islamiste serait passé à l’acte très rapidement et donc sans préméditation. Ce bobard a notamment été utilisé pour présenter l’auteur de l’attentat de Nice, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, alors que l’enquête a révélé qu’il avait préparé son acte depuis un an au moins. Voir aussi « Passage à l’acte mortifère ».

RADICALISÉ. Se dit d’un gentil musulman devenu mystérieusement un méchant djihadiste ; curieusement les bouddhistes ou les catholiques ne semblent pas sujets à ce mal étrange. Le mot s’emploie aussi pour éviter d’utiliser le terme islamiste et a fortiori musulman (ex. : « Deux détenues radicalisées de Fleury-Mérogis jugées pour menaces de mort », LeFigaro.fr du 12 janvier 2017). Voir aussi « Djihadiste » (*), « Islamisme » (*).

RECUEILLEMENT. Mot sidérant destiné à empêcher toute réaction de révolte contre les attentats islamistes et l’impunité dont bénéficient les djihadistes. Après chaque attentat on est ainsi prié de se « recueillir », ce qui revient à se soumettre et à se taire. Voir aussi « Deuil national », « Marche républicaine » (*).

RÉDUCTION. Mot publicitaire trompeur destiné à inciter à l’achat au motif que le produit en cause verrait son prix réduit. Voir aussi « Soldes » (*).

RÉFÉRENDUM. Mot tabou dans le cadre de la post-démocratie que la superclasse mondiale met en place. Pour l’oligarchie, ceux qui préconisent le recours au référendum sont toujours de dangereux populistes.

RÉFORMES RADICALES. Oxymore trompeur, désignant la plupart du temps des projets qui restent politiquement corrects (ex. : « Les réformes radicales de François Fillon », novembre 2016).

RÉFORMES STRUCTURELLES. Expression synonyme d’austérité, lorsqu’elle est invoquée par les institutions financières internationales.

RÉINVENTER (SE). Expression pédante en général employée par un homme politique qui vient d’essuyer un échec électoral : il annonce alors qu’il va se réinventer. Traduction : faire autre chose.

RELOCALISATION. Expression trompeuse signifiant l’hébergement des immigrants aux frais du contribuable et en général contre sa volonté, dans un lieu autre que celui de leur arrivée (ex. : « Le gouvernement veut relocaliser des immigrants de la jungle de Calais »). A ne pas confondre avec la remigration qui vise au contraire au retour des immigrés dans leur pays d’origine.

RÉPARTIR. Terme trompeur pour dire imposer, lorsqu’il s’agit de clandestins.

RESPONSABILITÉ (*). Synonyme de culpabilité lorsqu’il est question de la France (ex. : « Harkis : Hollande reconnaît la responsabilité de la France », LeFigaro.fr du 25 septembre 2016).

RETENIR (CE QU’IL FAUT). Expression stéréotypée servant à introduire, dans les médias, l’analyse politiquement correcte de « l’actualité » qu’il convient d’adopter si l’on veut rester bien-pensant.

RETENUE. Terme valorisant la soumission au politiquement correct de la part de la classe politicienne, notamment après des attentats islamistes : faire preuve de retenue dans ce cas consiste en réalité à ne pas dénoncer les causes réelles de l’islamisme ni à mettre en cause l’action insuffisante des pouvoirs publics.

RÊVE (DE). Expression publicitaire destinée à faire croire qu’un produit ou un service serait de grande qualité et bon marché (ex. : « Prix de rêve pour un Noël féérique avec SFR Family »).

REVENDIQUER. Verbe utilisé dans une tournure de phrase impersonnelle afin d’éviter d’affirmer le caractère islamiste d’un attentat (ex. : « Charleroi : Daesh revendique l’attaque à la machette », pour ne pas écrire que l’agression à la machette était islamiste, OrangeInfo du 6 août 2016).

RÉVOLUTIONNER (VOTRE QUOTIDIEN). Expression publicitaire sidérante présentant comme un progrès le fait de bouleverser les habitudes des gens et donc de les déstabiliser (ex. : « Entre l’agenda, le journal intime et le calendrier, le Bullet Journal est un outil qui va tout simplement révolutionner votre quotidien », LeFigaro.fr du 19 août 2016).

RIGORISTE (*). Euphémisme pour désigner un musulman soucieux de l’application littérale de la Charia. Voir aussi « Intégrisme » (*), « Islam rigoriste ».

RIRE (*). Elément très important de la propagande du Système destiné à démontrer que les gens sont heureux de vivre dans l’ordre libéral/libertaire. Le rire correspond au « happy end » des films américains durant la guerre froide et remplit la même fonction lénifiante. Les rires qui ponctuent certaines émissions sont même parfois factices car préenregistrés. Bien entendu, pour être accepté, le rire doit rester politiquement correct. Les applaudissements remplissent la même fonction que le rire, ainsi que le sourire dans la publicité commerciale (pour suggérer que si l’on achète tel produit on sera heureux ou joyeux). Voir aussi « Humoriste » (*).

RISQUES (A). Expression employée lorsqu’une élection se profile ; car pour le Système l’expression populaire est toujours problématique (ex. : « 2017 année à risques en France et en Allemagne »).

RIXE (A L’ARME BLANCHE). Euphémisme pour désigner des agressions quand elles ont des Maghrébins ou des immigrants pour protagonistes (ex. : « Sisco : la rixe à l’arme blanche a fait cinq blessés », OrangeInfo du 14 août 2016).

RUISSELLEMENT (ÉCONOMIE DU). Expression inventée par les idéologues néo-libéraux et destinée à faire croire que si les riches s’enrichissent plus vite que le reste de la population, notamment grâce à la dérégulation financière, cela finira par profiter à tous. L’expérience ne prouve pas cette théorie.

RUNNING. Anglicisme utilisé par les bobos pour dire course à pied (ex. : « Jamais les Français n’ont été aussi nombreux à pratiquer le running », LeFigaro.fr du 4 septembre 2016). Voir aussi « Food ».

SAC PLASTIQUE. Entité diabolique que les écolos interdisent au prétexte de lutter contre le réchauffement climatique. Voir aussi « Empreinte carbone » (*).

SAGA. Terme prétentieux désignant une succession de films déclinant un même thème, à des fins commerciales (ex. : « La saga de la Guerre des Etoiles »). Le mot saga fait référence aux récits épiques des anciens scandinaves, alors que ces productions hollywoodiennes n’ont rien d’épique.

SAISIE RECORD. Expression trompeuse destinée à suggérer une grande efficacité des services de police ou des douanes ; alors qu’en réalité le caractère record des marchandises saisies ne fait que refléter l’augmentation continue des trafics de toute sorte (ex. : « Saisie record de méthamphétamines à Roissy », LeFigaro.fr du 2 septembre 2016).

SALARIÉ. Terme commençant à entrer en désuétude compte tenu du chômage et de l’augmentation du recours au statut de travailleur indépendant, qui représenterait 30% de l’emploi en entreprise désormais. Voir aussi « Slasher », « Travailleur » (*).

SALUER. Verbe exprimant l’impuissance du politique qui se borne à suivre les événements au lieu de les conduire (ex. : « Cop 21 : Hollande salue la ratification de l’accord par Pékin et Washington », le 3 septembre 2016) ; on dit aussi condamne dans le même registre impuissant.

SANS FRONTIÈRES. Expression fétiche de l’oligarchie cosmopolite, qui présente toujours positivement le fait de ne pas rester dans le cadre étroit ou étriqué des nations. Expression synonyme d’apatride. Voir aussi « No borders ».

SATIRIQUE. Se dit d’un journal ou d’une émission qui prétendent faire rire le public, mais à la condition d’être politiquement correct (ex. : le Petit Journal de Canal+ serait une émission satirique pour LeFigaro.fr du 9 mai 2016). Voir aussi « Humoriste » (*), « Polémiste » (*), « Rire » (*).

SENSIBILISATION. Mot trompeur pour dire propagande (ex. : « Semaine de sensibilisation contre le racisme »).

SEUIL (DE TOLÉRANCE). Expression politiquement incorrecte quand on l’applique à l’immigration ou à l’islam.

SLASHER. Salarié qui pratique plusieurs métiers à durée déterminée pour essayer d’améliorer sa situation précaire (8% des salariés seraient dans cette situation) ; le terme slasher fait référence à la barre informatique de séparation (/).

SOCIÉTÉ INCLUSIVE. Expression désignant en France l’incitation faite aux autochtones de s’adapter aux mœurs et à la religion musulmane des immigrants. Il ne s’agit même plus d’intégration mais de soumission. Voir aussi « Inclusif » (*), « Accommodement mutuel ».

SOTTISE. Comportement ou affirmation politiquement incorrecte aux yeux des politiciens « de droite » (ex. : Alain Juppé dénonçant en octobre 2015 « la sottise qui inspire la caricature d’une France de race blanche »).

SOUMETTRE (SE). Faire preuve de « compréhension » vis-à-vis du comportement des allogènes et notamment de l’islam. Voir aussi « Apaiser les tensions ».

SULFUREUX. Qualificatif employé pour disqualifier des propos politiquement incorrects ; la référence au soufre vise à suggérer le caractère diabolique des propos visés (ex. : des thèses sulfureuses).

TATOUAGE. Mode consistant à se couvrir le corps de tatouages compliqués, à prétention artistique, comme les mafieux japonais. Pour les hommes, cette mode sert de substitut à leur perte de virilité au sein du matriarcat occidental. Voir aussi « Piercing ».

TENDANCE. Mot sidérant utilisé à des fins publicitaires pour annoncer une nouvelle incitation à l’achat (ex. : « Les nouvelles tendances de l’année ») ou pour valoriser la soumission au politiquement correct (ex. : « C’est tendance »). Voir aussi « Mode » (*).

TENSION (SOUS). Euphémisme utilisé lorsqu’un représentant de l’oligarchie se fait conspuer par la population (ex. : « Visite sous tension de François Hollande au Salon de l’Agriculture le 27 février 2016 », pour ne pas reconnaître que François Hollande s’est fait huer). Voir aussi « Chahuté ».

TENSIONS (*) INTERCOMMUNAUTAIRES. Expression floue destinée à cacher qui est vraiment à l’origine de ces tensions, et qui sert à placer sur le même plan agresseurs et agressés (ex. : « Haute-Corse : tensions intercommunautaires après une violente rixe », MétroNews du 16 août 2016).

TERRORISTE FRANÇAIS. Expression trompeuse dans la mesure où ces terroristes n’ont rien de français car ils haïssent la France. La référence au caractère français du terroriste sert à masquer son identité musulmane. Voir aussi « Belge ».

TIRS. Expression destinée à cacher l’identité des auteurs des coups de feu (ex. : « Trois policiers américains victimes de tirs à Baton-Rouge », pour ne pas dire que le tueur était afro-américain). Voir aussi « Attaque » (*), « Camion fou », « Fusillade ».

TOUS (UNIS CONTRE LA HAINE). Slogan bien-pensant et expression trompeuse destinée à faire croire que seules les personnes d’origine étrangère et musulmanes seraient victimes du « racisme », et avant tout destiné à détourner l’attention sur le péril islamiste en Europe. Ce slogan correspond aussi à la tentative d’assimiler populisme et islamisme. Voir aussi « Fraternité ».

TRADITION(NEL). Accroche publicitaire destinée à faire croire aux acheteurs potentiels qu’un produit serait conforme aux traditions nationales, notamment culinaires. Le terme sert aussi à relativiser les violences urbaines (ex. : incendier des voitures le jour du Réveillon serait « traditionnel »).

TRAFIC NORMAL. Expression employée dans les transports publics, valorisant un fonctionnement nominal, ce qui est de plus en plus exceptionnel.

TRAVAIL. Mot trompeur pour dire salariat. Voir aussi « Travailleur » (*).

TRAVAILLEUR DÉTACHÉ. Personne d’origine européenne qui travaille dans un autre pays en conservant le droit social de son pays d’origine. La focalisation sur les conséquences économiques des travailleurs détachés européens permet de passer sous silence les conséquences, bien pires, de l’immigration extra-européenne.

TRAVAILLEUSE (DU SEXE). Euphémisme pour prostituée ; on peut dire aussi travailleuse de la rue dans le même sens. Voir aussi « Travailleur » (*).

TROUBLES DU COMPORTEMENT. Expression trompeuse utilisée lorsqu’un individu commet un attentat ou une agression pour tenter de masquer le caractère islamiste de son acte (ex. : « Un homme qui tirait de la fenêtre de son appartement a été interpellé mardi matin, dans le centre-ville de Cambrai. L’individu encagoulé criait “Allah akbar”. Selon les informations du journal, l’homme souffre de troubles du comportement », Europe 1 du 30 août 2016). On dit aussi troubles psychologiques dans le même sens. Voir aussi « Antécédents psychiatriques », « Déséquilibré » (*).

TRUBLION. Euphémisme pour dire racaille (ex. : « Andrésy : les policiers agressés par une trentaine de trublions », Le Parisien du 30 juillet 2016). Voir aussi « Festif » (*), « Jeune » (*).

 TUÉ. Terme utilisé afin de cacher que des victimes ont été sauvagement assassinées (ex. : « Prise d’otages dans une église près de Rouen ; le prêtre tué », LeFigaro.fr du 26 juillet 2016 ; en fait le prêtre a été égorgé par les islamistes). Voir aussi « Décapitation », « Plaie au cou », « Tué par balles », « Image choquante ».

 VIGILANCE (*) (ORANGE). Expression trompeuse destinée à faire croire que les pouvoirs publics pourraient agir pour assurer la sécurité des Français, alors qu’ils se bornent la plupart du temps à constater un état de fait (ex. : « Canicule : Météo-France étend la vigilance orange à 37 départements », LePoint.fr du 24 août 2016).

VIOLENCES (POLICIÈRES). Grand classique de l’extrême gauche et des médias de propagande ; la mise en scène des « violences policières » sert à justifier tous les débordements violents, notamment dans les banlieues. A noter que pour les médias, les participants aux Manif Pour Tous n’étaient, par contre, jamais victimes de violences policières. Voir aussi « Contrôle au faciès ».

VISION (PALÉOLITHIQUE DE LA SOCIÉTÉ). Pour Alain Juppé les salariés qui refusent de travailler le dimanche exprimeraient une « vision paléolithique de la société » (présentation de son programme économique le 10 mai 2016).

 WELCOME (bienvenue en anglais). Expression favorite des dhimmis européens, incapables d’empêcher l’installation violente d’étrangers sur leur territoire (« Refugees welcome » : bienvenue aux réfugiés = expression sidérante et anglophone par laquelle des Européens témoignent de leur soumission à l’invasion migratoire). Voir aussi « Accueil des migrants ».

WORLD TOUR. Anglicisme publicitaire pour dire tournée mondiale, destiné à faire croire qu’un artiste se produisant dans un pays serait une vedette internationalement reconnue et célébrée.

ZONE (DE NON-DROIT) (*). Expression trompeuse désignant les portions de territoire national soumises de fait à une morale clanique et aux règles de la Charia.

ZONE D’OMBRE. Expression utilisée pour essayer de suggérer que des faits allant à l’encontre de l’idéologie dominante ne seraient pas vraiment établis (ex. : « Le président de SOS Racisme Dominique Sopo […] met notamment en cause le maire PS de Sisco, qui à la suite des violences a pris un arrêté interdisant les burkinis sur les plages de sa commune alors que là n’est pas l’objet de la rixe sur lequel toutes les zones d’ombre devront être levées », Ouest France du 18 août 2016).

Michel Geoffroy
3/02/2017